LA FRANCE UNIE VAINCRA LE COVID-19.

Mea-culpa.

J'ai dans un premier temps sous-estimé la dangerosité du virus Covid-19.

Je trouvais les gestes-barrière recommandés excessivement précautionneux, et que cela relevait d'un hygiénisme un peu obsessionnel.

Le double déclic me concernant a été consécutif :

- aux explications des spécialistes médicaux sur la question décisive de la prévalence exponentielle de ce virus du fait de sa très grande contagiosité.

- à la première intervention télévisée du président Macron, notamment quand il a annoncé la décision de la fermeture de tous les lieux de l'Education Nationale, pour la première fois de l'Histoire.

A partir de là, j'ai appliqué les gestes-barrière et la distanciation physique.

Puis l'annonce du confinement de la population lors de sa deuxième intervention n'a fait que confirmer ce que je pensais désormais.

Il est évident que ce confinement est actuellement seul de nature à endiguer l'épidémie.

Plus globalement, les annonces du président Macron, sur les plans sanitaire, économique et social sont positives.

La double indemnisation des salariés dont les entreprises ont arrêté leur activité et des parents contraints de garder leurs enfants est une bonne mesure sociale.

Pour sa part, le recours massif au chômage partiel est également la bonne réponse économique pour permettre un redémarrage de l'activité économique post-épidémie.

La fausse note est venue de la ministre du Travail Muriel Pénicaud quand elle a admonesté les trois fédérations patronales (!) du bâtiment qui mettaient en avant les risques sanitaires très importants courus par une large partie des salariés de ce secteur.

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a heureusement corrigé le tir le lendemain, après les réponses de la fédération patronale représentant les artisans du secteur, ainsi que de la fédération CGT du Bâtiment.

Il reste bien sûr à vérifier que tout se passe comme annoncé dans la réalité.

Je considère que, dans le cadre du système hospitalier tel qu'il est, et non pas tel qu'il devrait et devra être, le président Macron, le premier ministre Philippe et le gouvernement font de leur mieux.

C'est d'ailleurs l'opinion du syndicaliste représentant des médecins urgentistes Patrick Pelloux, dont l'engagement humaniste et de gauche n'est plus à démontrer.

Il se trouve, comme toujours, deux courants politiques et idéologiques pour faire dissensus dans la très grave crise sanitaire que nous combattons.

Pas sous ses formes partidaires, mais au travers d'expressions lues ici où là, l'extrême gauche crie au "contrôle social" quasi-totalitaire qu'instaurerait Emmanuel Macron.

Outre la négation irresponsable de la gravité sanitaire de la situation que cette position induit, elle est risible, ne serait-ce qu'en comparant la France avec le contrôle social dictatorial sévissant en Chine, d'ailleurs bien avant l'épidémie.

Sous ces formes partidaires en ce qui la concerne, l'extrême droite du Front National et se son appendice Génération Identitaire se distinguent doublement.

Depuis le début, Marine Le Pen ne cesse de faire de la politique politicienne du plus bas étage, en étant la Madame-plus de ce qu'il fallait faire.

Il suffit d'avoir constaté son incompétence crasse lors du débat de l'entre-deux tours de la dernière élection présidentielle pour mesurer sa crédibilité.

Simultanément, les porte-parole du Front National et les dirigeants de Génération Identitaire font tout pour mettre en avant uniquement les cas de non-respect du confinement par certains jeunes français non-blancs de peau habitant dans les banlieues ; mais jamais les cas concernant les français blanc de peau déambulant il y a peu dans plusieurs endroits des centres-villes.

Pour l'extrême droite, tout fait ventre pour développer ses obsessions racistes et xénophobes. Même une très grave crise sanitaire.

Il sera temps, une fois cette épidémie vaincue, d'en tirer les leçons économiques, sociales et budgétaires.

Je considère que le président Macron démontre en l'occurrence qu'il est un grand président de la République.

Qu'il le reste. Et gardons-le bien.

Le gouvernement fait face. Et le pays fait bloc.

La France et son peuple uni, dans la coopération européenne et mondiale, vaincra le Covid-19. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.