Portfolio

Cas de force majeure - L'histoire de Mohamed

Mohamed est de ces parias qu'on ose à peine regarder. Il est celui qui n'a pas su se sauver, le malade qui a sombré, l'homme qui n’a aucune excuse. Le 8 avril 2020, la police de Béziers l’a tué parce qu'il n'était pas confiné. Pour beaucoup, la perte n'est pas énorme. Mohamed était pourtant un homme et un père. Surtout, il est le symbole des libertés prises par certains pendant le confinement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.