Lettre ouverte à Sylvain MAILLARD

Ni Bonjour, ni Monsieur… Vous êtes content de vous, j’imagine ? Quand on a l’occasion de faire parler de soi, n’est-ce pas, il ne faut pas la manquer.

Ni Bonjour, ni Monsieur…

 Vous êtes content de vous, j’imagine ?

Quand on a l’occasion de faire parler de soi, n’est-ce pas, il ne faut pas la manquer.

 

Si les agressions verbales qu’a dû subir Monsieur Finkielkraut sont évidemment condamnables, elles font partie du risque inhérent à des prises  de position  extrêmes que l’on doit certes respecter même si (et c’est mon cas) on les désapprouve. Le problème vient de la notoriété du personnage et de la médiatisation de l’événement, bien tombé d’ailleurs pour discréditer les Gilets Jaunes, dont je suis.

 

Cependant, votre « sortie » sur le sionisme qui suivait de peu celle de Meyer HABIB* sur un plat typique lyonnais, est, à mon sens, responsable de la recrudescence d’actes incontestablement antisémites qui l’ont suivie. Ce feu couve depuis la nuit des temps, et vous n’avez pas manqué l’occasion de le rallumer. C’est irresponsable !

J’avais écrit la même chose à monsieur VALLS*, en des termes plus virulents.

S’il y a eu une augmentation de, paraît-il, 74%, il conviendrait de préciser qu’elle suit une forte baisse, ce qui est une bonne nouvelle dont personne ne s’était fait l’écho.

Selon les chiffres du Ministère de l’intérieur, les quelque 541 actes antisémites dénombrés en 2018 étaient principalement constitués d’injures, tandis que les actes anticatholiques s’élevaient à 1063 (sans précision) et les antimusulmans à 100.

C’est trop, ce sera toujours trop. Mais c’est peu statistiquement à l’échelle du pays : 0,00002%.

Pour parler (et non faire parler) un peu de moi, sachez que je suis profondément antisioniste, considérant la création de l’Etat d’Israël à cet endroit a été l’erreur la plus monumentale du XXème siècle. Mais sachez aussi qu’il y a toujours eu des Juifs parmi mes meilleurs amis, et que je donnerais ma peau pour en sauver un, tout comme je la donnerais tout aussi volontiers pour un Palestinien ou encore n’importe quel être humain. Sinon l’on ne mérite pas de faire partie de ce que l’on appelle « humanité »

Malheureusement toujours l’Histoire se répète et crier sans cesse « au loup » n’y a jamais rien changé, au contraire…

*Je ne comprends pas que des binationaux puissent être des élus de la République.

 

Courtoisement,

Guilain LANTIN (Alsace)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.