SNCF…n’en demandez pas trop !

Twii Touuut ! Le Règlement c'est le Règlement, et on ne sort pas de la zone d'intervention !

La SNCF a un service d’assistance aux personnes handicapées qui est remarquable.

Cependant, il ne faut pas lui en demander plus que ce que son règlement prévoit :

Samedi passé, je voulais me rendre dans une bourgade de 4500 habitants. Possédant un scooter électrique pour PMR, je peux prendre les trains surbaissés, encore que pour en descendre il est préférable que les quais soient aménagés. Dans le doute je l’ai donc consultée. Apparemment pas de problème, sauf en ce qui concerne le retour où il faudra passer par la route vu qu’il n’y a pas de rampe pour aller d’un quai à l’autre.

 Peut-être est-il utile de préciser que la bourgade en question, c’est ROUFFACH, dont la réputation (heum heum) de l’établissement psychiatrique n’est certes pas à faire.

Cette petite ville est aussi desservie par un service d’autocars. Et si ceux-ci sont aménagés, aucun arrêt ne l’est. Pratique non ? Une lettre au Maire était restée sans réponse…

Donc, arrivée à Rouffach, quais non aménagés. 15 centimètres de dénivelé…impossible de descendre malgré l’aide proposée aimablement par un jeune homme.

Même pas le temps de réfléchir, les portes se ferment et le train repart. Que feriez-vous dans ce cas-là ? Ben vous descendez dès que possible car en plus vous n’avez pas de titre valable. Ouf, gare suivante, quai aménagé pour un patelin de 1200 habitants seulement. Nous descendons évidemment tous les deux.

 On a bien fait ? Eh ben non ! L’autre quai n’est pas aménagé et de plus le prochain train ne s’arrêtera que quatre heures plus tard.

Idée : j’ai un numéro d’urgence du service assistance, que j’appelle. Celui-ci me dit que nous devions aller jusque Mulhouse pour pouvoir faire le retour, payant évidemment !

 Ça c’est incroyable alors. Je dis qu’au moins il fasse quelque chose pour le jeune homme « coupable » de m’avoir aidé. Le rapide qui va passer pourrait exceptionnellement s’arrêter, non ?

Ah c’est que c’est non et non !

« Vous êtes descendus en toute connaissance de cause hors de notre périmètre d’intervention »

Bon, mais moi je vous dis qu’il va s’arrêter ce train car je vais me jeter sur les voies. Evidemment je ne vais pas le faire, mais je place quand même mon scooter à 10 cm du bord du quai.

Le train arrive alors à toute pompe. Je fais de grands signes en agitant ma canne... Twii Touuut en passant et c’est tout.

 Le jeune homme n’a eu d’autre choix que de se faire rechercher en voiture. Quant à moi l’aventure ne faisait que commencer.

Entre les deux gares il n’y a pas très loin, sauf qu’à part la voie rapide qu’il m’est interdit d’emprunter avec mon scooter (10 km/h maximum) il n’y a que des chemins agricoles.

Comme chacun le sait, ceux-ci sont très clairement indiqués n’est-ce pas ? Parti de chez moi à 12h30, je suis rentré à 21 heures, batteries à bout de souffle.

 Finalement c’est une aventure dont on rigole après coup puisqu’elle se termine finalement bien. Mais…

Est-il acceptable que lorsqu’une personne menace de se jeter sur les voies, rien ne soit entrepris ? Je m’attendais à voir débarquer des pompiers ou des gendarmes, que dalle. Le conducteur du train n’avait visiblement pas été prévenu non plus de redoubler de vigilance à l’approche. Twii Touuut !

Hors du périmètre d’intervention…vu ?

Toutefois, je dois dire aussi qu'ayant récemment un avion à prendre, et le "rapide" s'étant malencontreusement retrouvé derrière un train de marchandises (allez comprendre comment !) j'ai obtenu aux frais de la SNCF un taxi depuis Mulhouse jusqu'à l'aéroport de Bâle, soit un peu plus de 25 kilomètres. Zone d'intervention oblige.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.