RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

213 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2017

RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

Expulsions : halte à la barbarie

Le coup de gueule d'un habitant de St-Chély indigné par la politique odieuse de Macron à l'encontre des familles de migrants accueillies par les habitants mais maltraitées par les autorités.

RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux familles de Saint Chély (Lozère) doivent être expulsées du territoire national. Deux familles albanaises passées par le C.A D.A. de Chambon le Château, logées à St Chély sous l'égide de l'association ALTER dans des appartements HLM où elles cohabitent chacune avec une autre famille de réfugiés dans une promiscuité certaine. Tout laisse à craindre que d'autres décisions d'expulsion suivront.

Depuis leur arrivée, la solidarité s'est organisée autour d'elles. Pour les aider dans leurs démarches, dans leur volonté d'intégration, dans la recherche de promesses d'embauche (sachant que sans titre de séjour ils n'ont pas droit au travail), dans leur apprentissage de la langue ; dans le soutien moral si précieux dans ces situations de détresse.

Deux familles ont vécu à nos côtés (à vos côtés) dans l'angoisse de la lettre fatale qui les condamne à l'expulsion. C'est à dire au retour dans "leur" pays où ils sont menacés de mort avec déjà des tentatives de passage à l'acte.

Deux familles qui ont eu la malchance de croire à une France terre d'asile et des Droits de l'Homme et qui ont découvert une politique migratoire inhumaine que, pour leur plus grand malheur, le président Macron et son ministre de l'intérieur G. Collomb ont décidé de durcir. En témoignent deux récentes circulaires qui intiment aux préfets l'ordre de durcir et d'expulser. Et même de créer des commandos pour aller trier dans les centres d'hébergement d'urgence les "indésirables".

Ceci appelle trois remarques. La première : on ramène ces pauvres gens à des chiffres, des contingents que doivent remplir les préfets. Ils se croyaient des hommes, n'étaient plus que des nombres chantait Jean Ferrat dans Nuit et Brouillard. Ils seront des statistiques livrées en pâture à une opinion publique soigneusement apeurée et oublieuse de leçons de l'Histoire. Cela va de pair avec le "tri" de sinistre mémoire dont le résultat sera de jeter à la rue ceux qui n'ont que le pauvre abri de ces centres. Et, troisième remarque, ce tri doit définir des "étrangers indésirables". Ce qui devrait avoir en Lozère un écho particulier puisque le célèbre camp de Rieucros à Mende regroupait justement sous le régime de Vichy des femmes désignées sous ce vocable "d'étrangères indésirables". Une honte que la Lozère taira longtemps, avant de retrouver la mémoire depuis quelques années.

Venons-en à St Chély plus particulièrement. Notre cité s'est développée grâce à l'immigration, depuis ces chinois qui ont participé à la construction de l'usine jusqu'à toutes ces nationalités qui l'ont fait vivre, comme elles ont participé au côté des travailleurs autochtones aux métiers les plus durs, du bâtiment au bois, des carrières aux travaux publics. Des générations qui se sont intégrées et qui, mieux, ont fait de notre ville un lieu qui s'est enrichi de leurs apports successifs. Ce que rappelle régulièrement le Maire Pierre Lafont, et qu'il a confirmé dans un courrier de soutien aux familles menacées dans lequel il souligne aussi le recul inquiétant de la démographie en Haute Lozère. Ajoutons à cela ce que chacun peut vérifier : des appartements H.L.M. vides, comme nombre de logements en ville ou dans les bourgs environnants. Ceci pour souligner que ces malheureuses familles ne prennent la place de personne en étant placées (à deux par logement) dans les trous béants de notre habitat.

Nous avons parlé de solidarité. Heureusement, et pour l'honneur de St Chély, elle a su s'exercer à travers une pétition massivement signée par les parents d’élèves et les enseignants des écoles publiques où sont scolarisés les enfants, et à l'occasion d'autres initiatives particulières. A travers nombre d'associations qui ont témoigné leur soutien écrit en direction de la Préfète, et leur soutien quotidien dans leurs actes pour soulager la détresse morale de ceux qu'aujourd'hui on veut expulser.

Faisons très attention ! Le mouvement en cours est un pas vers la barbarie. Nous en sommes tous comptables. La politique migratoire mise en œuvre sous l'égide de M. Macron nous salit tous. Sans aucune efficacité d'ailleurs au-delà de l'illusion donnée d'une Europe-forteresse pour apaiser les peurs. Étrange forteresse au demeurant, qui est une vraie passoire pour les capitaux, l'hégémonie de multinationales, l'évasion fiscale, le trafic des marchandises. Et qui voit monter impunément les idéologies inspirées du national-socialisme de sinistre mémoire. Des voix s'élèvent pour dénoncer la dérive actuelle : des forces progressistes bien sûr, des associations humanitaires mais aussi le Pape, ou de Défenseur des Droits Jacques Toubon, ancien garde des sceaux de J. Chirac. Et tous ces citoyens qui relèvent l'honneur de notre pays par leurs actes quotidiens de résistance.

CONTRE LA BARBARIE,POUR UNE HUMANITÉ PLUS HUMAINE ET PLUS SOLIDAIRE,VEILLONS ! AGISSONS !

                                                        Guy Galvier (RESF Lozère)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias