L'islam n'est ni hériditaire ni un héritage. Après l'idole des jeunes, l'Imam des jeunes.

Tonnerre à Brest et dans les coeurs.

18/10/2015 - 18:41

http://www.mediapart.fr/journal/france/091015/rachid-abou-houdeyfa-l-imam-des-jeunes-que-les-politiques-boudent

 

Quand allez-vous comprendre qu'en écrivant ce genre d'article vous enfermerez à jamais toute une population française dans un dégat communautaire et nier en le faisant les enjeux sociaux, économiques et psychiques qui en découlent. La liberté d'expression est essentielle. Puisqu'elle est, il est possible de répondre et de crier au désespoir et à  l'escroquerie intellectuelle qui rejoint celle de Finkielkraut, Zemmour, et leurs amis. En ne prenant ni pincettes, ni distances avec un sujet qui est en train de détruire à vue de nez et la liberté et la lutte de classe, vous rejoignez la pensée dominante qui n'a de cesse de vouloir enfermer des individus dans un ghetto de clichés et de misère.

En étalant un discours religieux dans toute sa forme archaïque et vaniteuse, vous condamnez les autres. En croyant donner la parole à l'un vous la confisquez aux autres c'est à dire ; aux exploités et aux dominés de ce pays. Ce portrait est une insulte à l'égard de ceux et celles, qui dans les banlieues vivent dans des HLMS pourris, où la pisse et l'ennui se cotoyent de jour en jour. Il est une insulte à l'égard de ceux et celles qui n'ont cessé de se battre contre les stigmatisations, contre les inégalités sociales et entre les sexes.

 

Ainsi, avez-vous compris juste cela, cet homme à la barbe qui donne des leçons au nom d'un dieu qu'il s'est choisi, est la conséquence désastreuse de plusieurs décennies où en plus des inégalités croissantes dans tous les domaines , on a laissé trainer dans les bas-fonds sombres et usés ceux que nous nommons les français de Seconde Zone . Il n'est donc pas question de bouderies, mais d'un parti pris très dangereux puiqu'il condamne absolument.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.