Faut-il vraiment craindre l’effondrement électoral de gens qui sont des boulets ?

Thèse, antithèse, synthèse …
Vous avez 50 lignes. Euh ... Moins si possible.

Bon, je commence.

1) Première réserve.
- Médiapart est la piste d’essai préférée des boulets, ils y testent toutes les antiennes de diversion, qui leur permettent de parler de tout sauf, de ce qui nous concerne tous.

2) Deuxième réserve.
- S’inquiéter, ou même simplement se poser des questions, sur leur suicide politique, c’est encore les créditer d’une certaine importance dans le Spectacle, et c’est probablement une erreur.

3) Troisième réserve
- Sur Médiapart, on à droit qu’aux prestations des supporters, et des cinq  ou sixièmes brochettes, et pas à celles de leurs idoles, qui en vrai professionnels, ne répondent qu’aux questions qu’ils se posent eux-mêmes. Faut-il vraiment discuter avec ces gens ?

4) Quatrième réserve, peut-être la plus importante.
- Il semble évident que les bureaucraties à thème « de gauche » ou « écologiste », pratiquent volontairement l’échec programmé, pour éviter d’avoir à mettre en œuvre leurs promesses, ce qui ferait de la peine à leurs commettants industriels. 

On ne peut envisager de se battre, pour leur programme même, qu’en les détruisant ou les marginalisant d’abord.

Et  là bien sur,  en supposant qu’on y arrive, si on tient à revendiquer le label qu’ils usurpent, va se poser le problème récurrent d’avoir à répondre de leur bilan désastreux.



Il faut nous débarrasser de toute nostalgie, d’abord par ce que ces nostalgies ont été fabriquées en glissant sous le tapis, la réalité des contradictions des précédentes gloires, et ensuite, par ce que les expériences déjà faites ne seront plus jamais possibles.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.