richardthevenon
Des tas d'activités.
Abonné·e de Mediapart

193 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2021

Zemour votre futur Président.

Une majorité de ceux qui pensent élire un « Président »,  alors qu’ils ne font que départager les DRH et les bouffons des Cartels Economiques, va se prononcer pour Zemour.
Ils croient que c’est un choix, c’est juste un réflexe conditionné, conditionné par 5 ans de publi-reportage gratuit, sur les chaînes de son maître d’abord, et sur toutes les chaines désormais.

richardthevenon
Des tas d'activités.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plus de 50 ans de contre révolution culturelle, ont réduit ce qui était déjà une farce, à un exercice de télé réalité.
La finale du Loft « politique », aura donc lieu en mai.

Plus besoin d’idéologie, de programme ou de truc difficile à lire. 

Comme aux USA, il suffit à un candidat de se prononcer le plus véhémentement possible, contre le précédent.
Et surtout contre les tombereaux de niaiseries de diversion, produites pour occuper, pour 5 ans de plus, les perroquets qui croient avoir une opinion propre, en s’appropriant toutes les indignations et toutes les fausses consciences, produites à la chaîne par les shadow cabinets, qui animent les « réseaux sociaux », et les Médias, à part ou non.

Exactement comme Trump aux USA, Zemour profite de toutes les dénonciations qui le visent.

Le sujet de ces dénonciations n’a aucune importance, s’il est dénoncé, c’est qu’il a raison.

Le mépris et la haine, qu’inspirent désormais tous les bureaucraties, installées, sur le banc des remplaçants, ou en formation,  et tous leurs valets de pisse culturels, font qu’il suffit d’être leur cible pour gagner en popularité.

Le plus génial de ce mode d’organisation de la passivité volubile, c’est qu’il est totalement rentable.

Partisans, comme opposants, utilisent les mêmes moyens, et servent les mêmes intérêts économiques.

Trump faisait gagner un fric de dingue aux Gafam en les attaquant.

Zemour, en rejoignant le climat et le virus, dans la liste des terreurs structurantes, devient un vrai marché.

Après Obama on a eu Trump, et après Trump on a eu son inverse Biden, tout a du changer pour que tout reste comme avant.

La "gauche" dégoulinante a donc toutes ses chances pour 2027, nul doute qu’il y aura encore des trucs à terminer.


Debord est heureusement pour lui, mort, avant l’arrivée au pouvoir de Facebook et Twitter, et avant de pouvoir constater que sa vision critique  du monde devenait un mode d’emploi.


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN