richardthevenon
Des tas d'activités.
Abonné·e de Mediapart

247 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2022

Faut-il toujours et encore plaindre les victimes ?

Depuis qu’elles ne peuvent plus rien promettre de positif,  les bureaucraties régnantes promettent de nous protéger d’un pire, qu’elle renouvellent selon leurs besoins.
 Climat, Crise, Terrorisme, Virus, ou Guerre, ces mono ou multi spécialistes, nous sauveront de tout, pourvu qu’on leur confie la tirelire, et le pouvoir de la remplir et de la vider.

richardthevenon
Des tas d'activités.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors ce pire, qu’elles l’aient  fabriqué ou seulement subi et utilisé, leur permet de nous vendre leur « protection », à travers la mise en spectacle la plus émouvante possible de sa déploration.

C’est d’ailleurs d’une simplicité déconcertante, un salon permanent de la déploration partagée, de l’enthousiasme fédérateur, et de la colère collective, est ouvert 24heures sur 24, sur le net.

Et se sont les victimes elles mêmes, réelles ou par contagion d’empathie, qui fournissent toutes les variations  de l’argumentaire pré-électoral de leurs futurs protecteurs.

Les meilleurs morceaux étant repris dans leurs catalogues.
Le plus drôle étant que les militants, spécialistes de chaque désastre, croient produire une vision du monde personnelle, en exposant, selon leur sensibilité des conclusions, qui ne sont que la mise forme conclusive logique, d’arguments qui leur ont été fournis pour arriver à ce résultat.


Ce qui nous protège d'une épidémie de suicides, c'est fort heureusement, la très nette sélectivité des empathies et des indignations.
On peut par exemple se lamenter d'un comportement effectivement lamentable, mais ne le voir que chez le haï  qu'on nous a désigné, alors qu'il est commun, à tous ceux qui exercent la même fonction chez soi.
Il n'y a pas si longtemps, il existait une profession de "pleureuse", à qui on faisait appel en cas de deuil, pour rendre plus visible un immense chagrin, qu'on avait du mal à exprimer.
Internet à permis l'ubérisation massive de cette profession, au point le faire disparaître presque totalement, à l'exception de quelques valeurs sures officiant dans les médias, à qui on confie les beaux enterrement et les catastrophes les plus emblématiques.


René Riesel a prophétisé tout ça, en 2008, quand ce n’était encore qu’un inquiétant futur.


Catastrophisme administration du désastre et soumission durable:
https://jugurtha.noblogs.org/files/2018/07/catastrophisme-administration-Jaime-Semprun.pdf


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum