Vexer et choquer les dingues, ça n'est pas un jeu, c'est un devoir de Liberté.

La Liberté disparaît quand on refuse de s'en servir. Quand on dit à un psychopathe qu'il est cinglé, même avec des formes, on l'offense gravement. Doit-on pour autant juste considérer ses activités comme un fait culturel un peu ennuyeux, mais digne de respect ?

Les chrétiens, pour accéder aux budgets des Etats, ont géré en leur temps, quelques menus ennuis de ce genre, parfois calmement, en enfermant leur dingues et leurs hystériques, dans des monastères ou des couvents, tantôt de manière encore plus didactique, en les brûlant.
La manière dont les bureaucraties se débarrassent de ceux qui finissent par croire vraiment ou ne pas croire du tout, dans leurs mensonges évolue. En URSS par exemple, on est passé de l'extermination directe à l'enfermement psychiatrique.
Et ne croyez surtout pas que nous avons dépassé totalement ce stade, Maître Rippert par exemple, vient d'être mis en "placement d'office", par ce qu'il croit encore qu'un avocat doit défendre son client.
Toutes ces digressions pour dire qu'aujourd'hui, le partage du travail entre les bureaucraties musulmanes "modérées", et leurs chiens perdus sans collier apparent, me semble une évidence.
Et surtout que nous n'avons pas à entrer dans ce jeu, dans le rôle du critique artistique.
La lutte anti religieuse est le fondement même de la Liberté, et on sait bien que seule la ridiculisation est efficace, à l'inverse de la persécution qui renforce.
Alors oui, il faut vexer et choquer les dingues, ça n'est pas un jeu, c'est un devoir de Liberté.
Et s'il ne supportent pas ça, tant mieux, on peut créer un numéro Vert d'assistance, autrement il y a plein de pays ou ils seront beaucoup mieux qu'ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.