Quitte à pisser dans un violon tous les 5ans, ne vous trompez pas d’instrument.

Les états privatisés, organisent périodiquement, des concours de mensonges, pour que leurs  péones  , choisissent l’équipe qui sera chargée, de leurs transmettre les ordres des cartels économiques usufruitiers du pays. La Holding « Europe », fait de même dans pas longtemps.

Quitte à pisser dans un violon tous les 5ans, ne vous trompez pas d’instrument.

Les états privatisés, organisent périodiquement, des concours de mensonges, pour que leurs  péones  , choisissent l’équipe qui sera chargée, de leurs transmettre les ordres des cartels économiques usufruitiers du pays.

La Holding « Europe », fait de même dans pas longtemps.


L’animation du marché de la passivité volubile, impose le recrutement d’une véritable armée de propagandistes, et au final l’entertainment démocratique, nous coute de plus en plus cher, alors même , qu’on constate une accélération de la baisse tendancielle du taux de crédulité, soumise ou insoumise.
Même l’ubérisation de la production de calembredaines structurantes, largement confiée aux « réseaux sociaux »,  n’a pas pas inversé cette tendance.
L’augmentation du cout du travail, de tri et de sélection, par les médias "avoués", a largement compensé les économies réalisées à travers l’externalisation de la production de motifs de soumission.
Il est largement temps de simplifier et de rationaliser ce processus.
On a longtemps considéré comme inavouable, la réalité du pouvoir des bureaucraties économiques, cette période s’achève, et les populations nous prouvent qu’elles ne sont plus dupes.
L’effondrement des participations électorales, la contestation des impôts privatisés, et la généralisation de l’action directe contre les tirelires fiscalisées des Cartels, énergie, santé, retraites, radars, péages, parkings … prouvent qu’il est temps de dire ouvertement, ce que tout le monde sait déjà.
Surtout si on veut éviter le pire: Les complications, qui  naîtraient d’une possibilité de contestation légale des oukases des Cartels.
L'exemple Anglais devrait nous servir de leçon.
Il est donc largement temps de changer radicalement les modes d’expression de l’impuissance.
Nous devons exiger le droit de voter dans les Conseils d’Administration des Cartels Economiques, et pas simplement pour leurs représentants parlementaires.
Pisser dans un violon, oui, mais dans le bon violon !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.