Le National Libéralisme use et abuse des effets spéciaux.

Oxygéner l'économie réelle, en réanimation, avec le même argent imaginaire que l'économie fictive, est en effet une bonne façon pour produire des Power Points élogieux. Mais un Power Point ne se mange pas.

Le National Libéralisme use et abuse des effets spéciaux.

Oxygéner l'économie réelle, en réanimation, avec le même argent imaginaire que l'économie fictive, est en effet une bonne façon pour produire des Power Points élogieux. Mais un Power Point ne se mange pas, ce qui à fait le bonheur des parasites depuis 50 ans, ne saurait se généraliser.
Par définition, un parasite vit aux dépens d’un hôte, et l’hôte ne peut rien parasiter que lui-même.
Les EPHAD industriels vont connaître un taux de mortalité catastrophique.
L’argent fictif ou réel ne se mange pas, et il faut bien que ces activités de production si tristement nécessaires, fabriquent de quoi nourrir les spéculateurs, l’immense armée de leurs larbins, les chiens perdus avec laisse et  collier des classes moyennes, puis la population avec les restes.
Remplacer les victoires par les communiqués de victoire, ne peut durer que tant qu'il y a encore de l'électricité pour les produire et les véhiculer.
La guerre contre la Chine dont nous traversons les préparatifs idéologiques, n’est en aucun cas une solution, sauf dans les cerveaux malades de Trump, de Macron et ceux du gang Le Pen, ce serait une guerre contre notre propre appareil de production, et nous ne pouvons même pas la financer par des anticipations comptables.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.