OPA amicale des milliardaires sur le sacré

Marchandisation du sacré:= Sacralisation du Marché

Les Cartels Economiques usufruitiers de l'Etat privatisé, font une OPA amicale sur les artefacts chrétiens, en n'omettant pas de rappeler qu'ils sont le produit de l'excellence du "travail" des "artisans", qu'ils proclament  leurs ancêtres, ou a minima, leurs anciens employés.

C'est à une sacralisation du marché, c'est à dire à une tentative de fusion des superstitions, économiques et archaïques, que l'on assiste.
La superstition économique, qui à la place du bonheur immédiat, par la consommation,  ne peut plus promettre, que des épreuves, ou de la réussite au prix de mortifications, est contrainte d'utiliser à son profit,  le mode d'argumentation sadomasochiste des superstitions archaïques.
Utilisant le même imaginaire, il devient normal de s'en réapproprier la symbolique.
En utilisant massivement l'écologisme d'état, ils ont récupéré l'organisation de la passivité par la menace de l'apocalypse, il leur manquait un moule pour fabriquer des soumissions plus quotidiennement opérationnelles.
Les Cartels Economiques occidentaux, s'alignent ainsi sur les pratiques des Cartels Economiques moyens orientaux, qui ont compris bien avant eux, l'utilité économique d'une reconquête du spirituel profond.
Racheter des cathédrales, financer des moquées ou des temples, coûte en effet beaucoup moins cher, que de racheter et entretenir des clubs de foot, des chaînes de télé ou des politiciens.
L'enthousiasme des clubs de supporters, ne peut se garantir qu'au prix d'investissements constants dans les médias, alors que les incendies de temples, ne sont que des dépenses ponctuelles et le plus souvent défiscalisables.
Et on ne peut pas comparer non plus la motivation des bandes armées naissant de ces deux stratégies.
Le sacré devrait être coté en bourse, ça serait plus lisible.




Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.