Le contribuable Français finance la liquidation de British Steel

"Dans le cadre du Brexit", British Steel, vient d'être mis en liquidation en Angleterre, mais va ré-ouvrir en France, sous un autre nom (Olympus Steel Ltd.), avec les subventions que Macron, a offertes pour la "reprise" d'Ascoval. Elle n'est pas belle la vie ?

Les anglais sont des pragmatiques, mais des pragmatiques pressés.
Il ne leur a fallu que 15 jours pour étouffer les subventions "libérales" de Macron.
Craignant des problèmes de taxation, et jugeant probablement son matériel obsolète, British Steel a sauté sur les subventions, promises par Macron (15 millions d'euros de l'Etat  + 12 millions du Conseil Régional), pour la la "reprise" d'Ascoval, puis a déposé son bilan et a été mis en liquidation une semaine après.
Soyons justes, ils ont offert 5 millions de leur poche ...
Sous l'égide de la nouvelle structure, généreusement offerte par l'état français, et la collection complète de guenilles de Bercy et du Conseil Régional, ils vont racheter leurs anciens stocks, et matériel utilisable,  pour une poignée de figues, et pourront reprendre leur clientèle, tout en confiant très libéralement aux contribuables anglais le soin de payer les dégâts en GB.
Le Commissaire Priseur Macron, n'a pas des copains qu'en France, il s'en fait beaucoup aussi en GB.
270 emplois "sauvés" pour quelques semaines, pour 27 millions de subventions, soit 100.000 euros par emploi.
La coïncidence des chiffres est plus que douteuse, ils ont du arriver à ce montant sans calculette.

Le gouvernement britannique, a refusé lui, de financer l'opération de sauvetage (34 millions d'euros) en arguant que ça contredisait les recommandations européennes sur le soutien public de l'industrie.
Nos 27 millions à nous, non, semble-t-il.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.