rimbaldien
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2022

rimbaldien
Abonné·e de Mediapart

ALAIN FINKIELKRAUT VS ANNIE ERNAUX

Je n’avais pas encore lu Annie Ernaux mais Alain Finkielkraut m’a donné envie de là découvrir car s’il l’a déteste, il est possible que je puisse aimer ses livres...

rimbaldien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ALAIN FINKIELKRAUT VS ANNIE ERNAUX

Je ne fais pas encore parti des lecteurs d’Annie Ernaux paradoxalement à cause de sa très grande diffusion internationale, je préfère souvent les presque pas connus : Paul Gadenne, Contcharof, Hardelet, Hesse… mais je connais le personnage public, le défenseur des causes justes et presque « perdues » (pour l’instant): celle des précaires, des sans abris, des sans papiers, des discriminés de tous genres, des minorités culturelles et cultuelles.

Annie Ernaux ose parler, témoigner et se révolter alors que presque tous les intellectuelles, artistes et même poètes se taisent ou murmurent à peine quelques mots d’excuse, de pâle résilience quand ce n’est pas de l’indifférence et parfois du mépris envers « la plèbe ».

Je fus donc surpris et même intrigué, à travers la réclame interne que diffuse France culture à longueur d’antenne pour promouvoir ses programmes, d’apprendre que cette auteure est le sujet de l’émission Répliques d’Alain Finkielkraut. J’avoue n’avoir pas compris le choix de ce pseudo philosophe car Annie Ernaux se trouve à des années lumière de sa pensée... J’ai donc écouté ce moment d’anthologie où il s’agissait, bien sûr sans vraiment l’avouer, de discréditer une auteure qui avait pour elle un Nobel et 37 éditons étrangères et cela avec l’aide de quelques figures médiatisées comme Pierre Assouline qui prêta son maigre talent à cette base besogne. Le tort et presque le crime, aux yeux de ce triumvirat désopilant, de Madame Ernaux est d’être proche des idées de la France Insoumise. On se demande en quoi les préférences personnelles et sociétales d’un écrivain interviennent en premier dans l’analyse de son œuvre surtout si ces choix sont dictés par un humanisme et un altruisme sincère.

Après un premier quart d’heure d’observation et de tentative de faire croire que personne sur le plateau n’était hostile à Annie Ernaux ce fut la déferlante ; pêle-mêle le trio de critique dénonça son accointance avec les gilets jaunes, Mélenchon, les arabes et surtout les musulmans. Notre petit philosophe et sa suite s’étendirent abondamment sur le soutien au voile, alors que l’écrivaine ne préconisait que l’indifférence et le souhait que l’on laisse tranquille ces femme voilées sans les stigmatiser et ainsi leur permettre d’évoluer comme ce fus le cas pour les françaises qui au milieu du 20 ème siècle portait encore le foulard et n’avait pas le droit d’ouvrir un compte bancaire sans l’accord du mari.

Nous pouvons être contre le foulard à titre personnel sans inciter à la haine et au rejet.

Je disais donc que je n’avais pas encore lu Annie Ernaux mais Alain Finkielkraut m’a donné envie de là découvrir car s’il l’a déteste, il est possible que je puisse aimer ses livres...

Je finirais par cette citation de Bourdieu qui résume l’infini qui sépare les femmes et les hommes de bonne volonté et les autres ...

« Le problème que je pose en permanence est celui de savoir comment faire entrer dans le débat public cette communauté de savants qui a des choses à dire sur la question arabe, sur les banlieues, le foulard islamique... Car qui parle (dans les médias) ? Ce sont des sous-philosophes qui ont pour toute compétence de vagues lectures de vagues textes, des gens comme Alain Finkielkraut. J'appelle ça les pauvres Blancs de la culture.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte