Migrants ? Incertitudes à propos des Africains ( suite 7)

Migrants ? Incertitudes à propos des Africains ( suite 7)

 

Avant de publier la dernière partie de mon blog, plus ou moins conclusive, je souhaiterais, avec l'accord de son auteur publier un commentaire qui m'a été adressé le 15 octobre 2018 par Rocafortis. Ce texte m'avait paru intéressant à la fois par son contenu mais aussi et peut-être surtout, car il témoignait d'un esprit peu courant dans les blogs et qui est celui d'une discussion apaisée. 

Je fais figurer du même coup, pour que les choses soient claires, à la fois ma réponse au commentaire de Rocafortis et la réponse qu'il m'a aussitôt faite lui-même pour m'autoriser à reproduire son texte dans mon blog (J'ai choisi de le faire car je sais, d'expérience, que les commentaires ne sont pas toujours lus.

«Cher Rocafortis

Excellent texte et je crois que nous sommes en gros d'accord ; avec votre accord et si vous ne le faites pas vous-même, je le mettrai volontiers dans mon blog où j'ai encore un ou deux textes à mettre . Bien à vous RC »      

15/10/2018 10:55 PAR ROCAFORTIS EN RÉPONSE AU COMMENTAIRE DE ROBERT CHAUDENSON LE 15/10/2018

«Pas de problèmes pour l'utilisation de ce texte, reprise d'une intervention sur un autre fil ! Faites en ce que bon vous semblera. Pour mes positions plus globales, on peut consulter ici même : "Le blog de Rocafortis". Bien à vous ! ». 

COMMENTAIRE

« Les démographes sont comme les économistes, ils se croient les seuls à avoir le droit de commenter leurs propres erreurs et à en donner les raisons;

En réalité, la démographie, considérée comme une science particulièrement sûre, se trompe très souvent parce qu'elle ignore l'histoire et la politique qui sont pourtant des déterminants essentiels ;

Je viens de lire la tribune de François Héran pour la Vie des idées, elle est tout sauf convaincante. En réalité, elle ressemble a un monument de mauvaise foi de la part de quelqu'un qui n'aime pas que l'on vienne brouter dans son pré-carré et qui charge de manière caricaturale le malotru ! 

Il faut dire nettement face à cette mauvaise foi que Smith ne retient la "Ruée vers l’Europe" qu'à titre d’hypothèse-limite, sous certaines conditions réunies et qu'il dessine aussi des pistes pour un avenir meilleur pour tous.

« Une ruée prochaine de l’Afrique subsaharienne sur la vieille Europe ne pourra s’accomplir qu’à « deux conditions majeures » : que cette région du monde sorte de la pauvreté en l’espace d’une trentaine d’années et que ses diasporas aient eu auparavant le temps de se développer » 

Ces hypothèses ne relèvent à l’évidence pas d’une projection farfelue, elles sont le scénario de base.

Héran est hostile à tirer le fil de cette hypothèse parce qu’il croit à l’hypothèse d’une migration mesurée et bénéfique. On souhaiterait le croire mais s’il pense que celle-ci peut se dérouler «sic rebus standibus», il s’égare et nous égare.

Comme l’appel d’Angela Merkel à la venue massive de main d’œuvre a immédiatement dégénéré en exode massif qu’il a fallu précipitamment endiguer, la position discrètement tenue par les Institutions Européennes, compensation du déficit démographique par la migration, maîtrise du coût du travail itou, risque fort de dégénérer en scenario catastrophe (c’est tout le propos de Smith). Au détriment des intérêts des populations  africaines et européennes, cela va sans dire. 

C’est, non pas en qualité de démographe (le meilleur démographe du monde ne peut donner que ce qu’il a) mais comme citoyen, favorable à l’immigration, que Héran intervient. C’est son droit mais la façon dont il expose ses arguments sur le rapport actifs-dépendants ou la ratio productivité-population sont d’une naïveté confondante.

C’est donc plutôt à un détournement de l’argument d’autorité que nous assistons avec l’intervention de ce démographe dans le débat sur les migrations ; est-il vraiment nécessaire de lui procurer une visibilité supplémentaire sans véritable argument contre le travail estimable de Stephen Smith ?

 

(La suite 8 et la fin demain)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.