Dany Cohn-Bendit : « Elections ? Piège à cons ? » ; Dany piège à grisbi ?

 

 

Il m'est arrivé quelquefois, le plus souvent sans le vouloir vraiment, d'entendre toujours au cours de la promenade matinale de mon chien, le propos quotidien de Dany Cohn-Bendit sur Europe Un aux alentours de huit heures intitulé « L’humeur de Dany ».  

 

Je dois dire d'emblée que, dans cette affaire et en dépit des coïncidences, troublantes, je ne soupçonnant aucune connivence entre Dany, le Rouge qui a tourné au Vert, et mon chien qui, je le précise, se nomme Ulysse, du nom du héros de l'Odyssée dont l'épithète homérique est « polumètis » que Victor Bérard traduisait joliment par « aux mille ruses ». Tout ceci pour préciser que je ne soupçonne en rien mon Ulysse d'être dans cette affaire le complice sournois de Dany Cohn-Bendit. À ce propos et puisque l’occasion m’en est donnée, plus savant que moi pourra-t-il m’expliquer enfin pourquoi « Odusseus » est devenu « Ulysse » tandis que l’Odyssée restait l’Odyssée ? 

 

Les propos de Dany Cohn-Bendit dans son « Humeur » du matin sont en général sans grand intérêt et que l'auteur n'a souvent pas grand-chose à dire, ce qui est le destin infortuné de tous les éditorialistes du quotidien. Dany, en dépit de son amour de la notoriété et de son goût manifeste pour sa propre image (toujours souriante de toutes ses dents et « likée » par plus de 25.000 fidèles sur son Facebook car il a un Facebook, lui, le bougre !) ne le fait manifestement que pour sa promotion personnelle et la « thune » que doit lui accorder cette station dont la politique s'est clairement orientée vers le recrutement d’amateurs « intermittents du spectacle » connus et attirant le chaland comme Roselyne Bachelot et consorts. Notre Dany, après vingt ans de fréquentation assidue du Parlement européen, a pourtant une retraite plus que confortable (plus de 12.000 euros bruts mensuels) et n’a nul besoin de telles broutilles!

 

En outre, Dany a aussi la ressource du football dont le principal mérite est d'être plus populaire donc par là même plus payant ; il a ainsi réussi à se faire financer, lors de la Coupe du monde au Brésil,  un film autour de la figure de feu le footballeur brésilien Socrates (– dois-je préciser que je ne l’ai pas vu - ) grande figure de la gauche footballistique, ce qui a dû rappeler bien des choses à notre Dany. La manouvre d’ensemble est toutefois un peu plus compliquée et je vais vous l’expliquer.

 

Le foot est de plus en plus à la télé (avec, embusqués derrière les officines de paris et leurs maffias mondiales) ; on multiplie les « coupes » de toutes sortes, nationales, européennes, régionales ou mondiales, sans parler de plus vastes compétitions comme le Championnat d'Europe des nations prévu en France pour 2016. Je me demande donc si ce n'est pas le dessin secret de cette Radio bignole de se payer Dany, à ne rien faire pendant deux ans avec ses insipides propos, pour l'avoir sous la main et à son service durant cette compétition qui attirera les foules donc la pub et les paris. Il faut dire que Dany n'aura guère de mérite à briller parmi les commentateurs de football, eux-mêmes anciens joueurs mais dont les figures les plus éminentes sont Zidane et Fernandez qui ne brillent ni par leur esprit ni par leur éloquence ! Affaire à suivre car à Europe Un on voit loin !

 

J'en reviens à ma promenade du matin au cours de laquelle j'ai pu entendre Dany, pour une fois éloquent voire enthousiaste, encourager les Français, contre toute attente,  à venir voter en masse aux élections départementales, fût-ce pour déposer dans l'urne, un bulletin portant (et je le cite)  : « Cambronne » ! Va comprendre Charles ! Je pense que Dany a bronché devant l'utilisation du mot « merde », mais nous l'avons connu autrefois moins pudibond et coïncé du fondement.  En outre et pour rendre un bulletin nul, il y a même pas besoin d'écrire quoi que ce soit par définition même. Permettez-moi donc d'interrompre un instant ce billet peu sérieux pour un propos qui l’est infiniment plus.

 

Je pense que la classe politique française se serait honorée de ne pas prendre les électeurs français pour des cons (je ne bronche pas devant ce terme, moi, à la différence de Dany !) en les roulant dans la farine, au point de tenter de leur faire croire à une réforme véritable du vote blanc ! Comptabiliser, comme on l’a fait, les votes blancs avec les bulletins nuls, c'est-à-dire en refusant de les considérer comme des suffrages exprimés, est non seulement une farce mais une honte qui m'a d'ailleurs conduit personnellement a refuser de participer au dernier scrutin. 

 

L'encouragement enthousiaste de Dany Cohn-Bendit à venir voter dimanche prochain avec recours à un bulletin marqué « Cambronne » est évidemment malhonnête et je dirai même stupide, puisque mieux vaut alors rester chez soi, ce que j’ai fait dimanche dernier et referai après-demain ! Je comprends qu'il faille que ce pauvre Dany trouve un sujet chaque jour, pour son « propos » stipendié du matin, mais ce problème, très secondaire, est le sien et non le nôtre et cela ne l’autorise en rien à dire de telles conneries ! 

 

Le fâcheux privilège de l'âge, pour en revenir à mon sujet et à mon titre, m'a conduit, devant l’exaltation folle de Dany en faveur de la fréquentation des bureaux de vote, à me souvenir quand même d'une des formules favorites de Mai 68, dont il fut la figure majeure. C’était, je vous le rappelle : « Élections ! Piège à cons !». Dany, resté allemand, ce qui le dispense de choix, après tant d'errances et de palinodies, aurait-il fini par se ranger lui-même parmi les cons, catégorie à laquelle son patronyme même le prédestinait ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.