Douze ans pour obtenir une nouvelle dénomination pour le collège de St-Palais

 

Il y a trente sept ans - sans la moindre objection - un arrêté préfectoral autorisait le Collège d’Enseignement secondaire de Saint-Palais à prendre le nom de « Léon Bérard ».

Pourtant le personnage ainsi distingué aurait dû susciter quelques interrogations sur ses activités politiques pendant la Seconde Guerre mondiale.

C'est ce que firent, il y a douze ans, des membres du personnel de ce collège. Très rapidement, surgirent des faits accablants pour Léon Bérard.

Cet homme politique de l’entre-deux-guerres, nommé ambassadeur par Pétain, avait été chargé d’obtenir le silence du Vatican à l’égard du Statut des Juifs adopté par le gouvernement de Vichy en octobre 40 et aggravé en juin 41. Dans un rapport de plusieurs pages remis le 2 septembre 1941 au Chef de l'Etat Français, Léon Bérard, récapitulant sa mission, y reprenait la plaidoirie qu’il avait tenue devant les représentants du pape en faveur des mesures discriminatoires décidées contre les Juifs. Le succès de son approche était formulé par ces mots : « … Comme quelqu'un d'autorisé me l'a dit au Vatican, il ne nous sera intenté nulle querelle pour le statut des Juifs… ». Ce document atterrant est conservé aux Archives Nationales.

Le 5 mars 2002, le Conseil d’Administration du Collège se prononçait par un vote pour le changement de dénomination de l’établissement. Le Conseil Général, légalement compétent pour traiter les dénominations des établissements publics locaux d’enseignement, était saisi.  Des médias réagirent, comme Le Monde titrant en première page : « Ce collège de la République qui ne veut plus d’un nom rappelant Vichy ».

Articles de presse, courriers de la présidente départementale de la FCPE, du président de la LICRA–section Bayonne-Côte basque, délégation du personnel et création d’une association dénommée « Gogoan », rien n’y fit. Pendant douze ans, le Conseil Général se déroba à tout échange public sur cette imposture mémorielle.

En 2011, le changement de majorité au Conseil Général laisse espérer un déblocage du dossier. C’est bien ce que vient de réaliser, avec son train de sénateur, le président du Conseil Général. Par un courrier daté du 5 mai 2014, il informe le principal du Collège de Saint-Palais que l’établissement sera désormais dénommé « Collège d’Amikuze ».

Nous nous félicitons chaleureusement d’une telle décision prise dans le respect du devoir de mémoire que tout établissement scolaire se doit de transmettre à la jeunesse.   

 

Robert Garat, président de l’association « Gogoan »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.