Cigarette électronique contre rhumes?

Les vapeurs de propylène glycol ont une action antibactérienne et antivirale. La chaleur de l'air inhalé aussi. La cigarette électronique les associe. Ouvrirait-elle une voie thérapeutique évitant les antibiotiques ?

Analysant la littérature sur la cigarette électronique,  je tombai sur des articles de 1942 . Pour  protéger les troupes contre les épidémies, l'armée américaine expérimentait des pulvérisations de divers antiseptiques. In  vitro et in vivo chez la souris, le propylène glycol était l'un des plus efficaces contre diverses bactéries et virus. Par ailleurs selon le virologue de l'Institut Pasteur André Lwoff, prix Nobel, la température normalement basse à l'entrée des fosses nasales favorise le développement des virus, et  l'élever artificiellement guérit des patients souffrant de coryza.

Les vapeurs de cigarette électronique  associant ces deux facteurs, je pensai que ce pourrait être la base de recherches d'un moyen économique de traiter ces infections. J'écrivis donc en anglais un article documenté  que je proposai en 2013 à la Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique.  Si l'un des relecteurs fut favorable à la publication, l'autre l'assassina, m'accusant de favoriser le tabagisme !  La RESP reconnût la partialité de ces critiques infondées et promit donc de chercher un autre relecteur, qu'elle ne trouva jamais…

Je donne donc ici  une version française de cet article. Si vous êtes enrhumé, essayez, avec un liquide sans nicotine si vous ne fumez pas, éventuellement parfumé à la menthe ou à l'eucalyptus. Ce n'est pas dangereux, contrairement à ce que pourraient laisser croire certaines campagnes, et tant mieux si vous en profitez pour arrêter de fumer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.