Le monde comme il va -2

2018- ATTERRISSAGE ATTERRANT

HELAS convoqua HIBOUC et lui présenta sa mission. Ce dernier d’abord protesta:

- Mais je ne connais rien à cette Terre dont tu me parles et encore moins à ces français.

- Justement ton regard sera sans préjugé et tu pourras me rendre compte de tes observations en toute impartialité. Ne t’inquiète pas, partout où tu iras, tu seras reçu comme il se doit.

Le sous-ange HIBOUC fut donc envoyé sur terre et pour plus de discrétion on l’envoya d’abord dans une ville à la population fort mélangée qu’on appelait MARSEILLE.

Il atterrit nuitamment dans une zone désertique sur une montagne. Le soleil se leva et ce qu’il vit le ravit. Dans la fraîcheur de l’aube, la montagne se dévoilait dans des couleurs magiques que seul un peintre aurait pu fixer.

Il avance et voit la mer.

La ville sous le soleil lui parut fort belle.

HIBOUC y tomba un soir de match contre le PSG.

Il régnait à proximité du port ou HIBOUC avait été conduit une grande confusion. C’était des cris, des courses, des hurlements. HIBOUC observa un groupe qui passait à tabac un homme vêtu d’un maillot bleu marine et qui continuait à crier malgré les coups qu’il recevait.

« Marseille on t’enc.. »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. Il fut roué de coups de pieds et de coups de poings.

HIBOUC remarqua une camionnette avec des hommes et des femmes en uniforme sur lesquels était inscrit POLICE. Il alla interroger un de ces gens qui portaient par ailleurs le doux nom de gardien de la paix.

- Monsieur pourriez vous me dire ce qui se passe?

Comme on le lui avait promis l’homme lui répondit avec amabilité et avec un accent chantant et sentant bon la Provence.

- Tu viens d’où toi? C’est le Classico donc les supporters se foutent sur la gueule. t’es pas au courant ?

- C’est à dire que je viens juste d’arriver en cette belle ville de Marseille. Mais dites-moi mon ami qu’elles sont les raisons profondes de cette rivalité ?

- J’en sais rien moi, ils se foutent sur la gueule c’est tout

HIBOUC décida d’aller à la rencontre des supporters marseillais. Il en vit un écarté d’un groupe qui frappait un homme à terre et s’adressa à lui.

- Puis-je savoir pourquoi vous vous acharnez contre cet homme ?

- T’es qui toi ? on le frappe parce que c’est un parisien c’est ça -com, c’est un bâtard.

HIBOUC qui n’avait guère d’argument contre cette évidence se dit que sa mission serait sans doute très courte, que les hommes sur cette planète semblaient plus fous que ce qu’il aurait pu imaginer et que personne ne se plaindrait de leur élimination. Il décida néanmoins de poursuivre son voyage souhaitant avoir une vision plus large et plus juste que cet épisode incongru.

...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.