robertspitzhacke
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2014

Académie française, 10 avril 2014: Alain Finkielkraut, Robert Spitzhacke… et Félicien Marceau

robertspitzhacke
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Pourquoi je me présente à l’Académie française",

par Robert Spitzhacke.

Notes diverses.

Aujourd’hui, 13 février 2014, paraît un livre: "Coupole et dépendances" (éditions du Moment), de Monsieur Daniel Garcia. Mais, à vrai dire, est-ce un livre "sur l’Académie française"? En vérité, et plus exactement, c’est probablement un livre sur l’institut de France (et celui-ci comprend, en quelque sorte, en son sein,  l’Académie française, l’Académie des sciences, celles des Beaux-Arts, des Inscriptions et Belles lettres et des Sciences morales et politiques).

J’attends de lire ce livre, que je compte aller acheter dès aujourd’hui si la chose est possible, et d’en dévorer  notamment la partie qui concernera certainement cette Académie française à un fauteuil de  laquelle je postule.

En attendant que, probablement, se déclarent de nouveaux candidats, nous ne sommes actuellement que trois auteurs pour désirer succéder, à l’Académie française, à M. Félicien Marceau.

Monsieur Gérard de Cortanze en est, pour la précision, à sa seconde tentative.

La première des tentatives de mon confrère, Monsieur Gérard de Cortanze, avait eu pour résultats les suivants:

L’Académie française (27 votants), dans sa séance du jeudi 8 décembre 2011, a procédé à l’élection au fauteuil de M. Pierre-Jean Rémy (F40).

Les voix obtenues après trois tours de scrutin sont les suivantes :

M. Alexis Antois : 0, 0, 1
M. Michel Borel : 1, 0, 0
M. Michel Carassou : 0, 1, 1
M. Gérard de Cortanze : 1, 1, 1
M. Yves-Denis Delaporte : 0, 0, 0
M. Olivier Germain-Thomas : 6, 9, 10
M. Philippe Le Guillou : 1, 2, 2
M. Olivier Mathieu : 0, 0, 0
M. Philippe Meyer : 10, 3, 5
M. Daniel Rondeau : 4, 7, 4
M. Joël Vergnhes : 0, 0, 0

Bulletins blancs : 1, 0, 1
Bulletins blancs marqués d’une croix : 3, 4, 2

J’ignore, évidemment, quels autres candidats se présenteront à l’élection (qui initialement devait avoir lieu le 6 mars 2014), et je l’ignore d’autant plus qu’on a même vu, lors d’une récente élection, se présenter un jeune adolescent  (15 ans) d’aujourd’hui…! Sic !

Mais dès à présent, je publie ces notes diverses.

Deux postulants au fauteuil de Félicien Marceau.

On lit, ici:

http://www.actualitte.com/recompenses/gerard-de-cortanze-et-robert-spitzhacke-candidats-a-l-academie-francaise-47771.htm

Extrait:

"Après la disparition de Félicien Marceau en mars 2012, il existe donc toujours un fauteuil vacant au sein de l’Académie française, le numéro 21. C’est ainsi que le 6 mars prochain se dérouleront des élections. Mais seuls deux candidats ont fait part de leur désir d’entrer sous la coupole. Gérard de Cortanze et Robert Spitzhacke sont les deux postulants. Le premier avait déjà tenté sa chance en 2011 pour le fauteuil de Pierre-Jean Rémy, rapporte l’AFP. Mais le fauteuil de Félicien Marceau avait été soumis à élection le 14 novembre dernier, sans pour autant trouver preneur : aucun des candidats n’avait retenu l’attention des académiciens. Il en sera peut-être encore de même le 6 mars"…

Félicien Marceau, pseudonyme de Louis Carette,

et la tradition des pseudonymes littéraires à l’Académie française.

Lorsque la date de l’élection (d’abord prévue le 6 mars 2014) sera établie, on devrait donc connaître le remplaçant de l’académicien Félicien Marceau, lequel était pourtant venu au monde sous le nom de Louis Carette.

Le meilleur article qui explique les raisons de ce "changement de nom" est, selon moi, celui-ci. C’est un article consacré aux plus importants "collaborateurs" (ou, si l’on préfère, soupçonnés de "Collaboration") de la Littérature belge, et il est disponible à cette adresse sur Internet: http://textyles.revues.org/354

Tout cela pour dire, d’abord, ce que tout le monde sait: les pseudonymes, à l’Académie française, parmi les membres de l’institution, sont fort nombreux. Il suffit, en général, de se reporter à l’excellent site Internet de l’Académie française pour prendre connaissance de ceux qui siègent donc, parmi les "Quarante", sous un pseudonyme. On consultera http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/les-quarante-aujourdhui

Félicien Marceau fut donc accusé (à tort ou à raison, je l’ignore) de "Collaboration". Du moins, à l’occasion de son élection, un poète français, Pierre Emmanuel (qui avait été élu quant à lui en 1968), présenta ses démissions de l’Académie française, justement en réaction à l’attitude que, selon lui, Félicien Marceau avait eue durant l’Occupation (semblable d’ailleurs, en cela, à un certain nombre d’intellectuels belges, par exemple Robert Poulet ou d’autres, qui sont cités dans le même article :http://textyles.revues.org/354)

Pierre Benoit.

Tout comme, au fond, le grand romancier Pierre Benoit (membre, lui aussi, de l’Académie française), qui fut monarchiste et maurrassien, voire accusé de flirter avec la "Collaboration". En tout cas Pierre Benoit, de façon assez évidente, appartenait à ce que l’on appelle aujourd’hui "l’extrême droite" (et c’était sans doute une tradition de famille puisque je crois me souvenir d’avoir lu il y a presque trente ans, ce devait être vers 1986, dans le journal "Présent", une interview de la soeur de Pierre Benoit).

C’est au même Pierre Benoit ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Benoit ) que M. Gérard de Cortanze, qui se présente lui aussi le 6 mars 2014 à l’Académie française, a consacré une savoureuse biographie.

Voilà donc, en quelque sorte, les chemins qui se croiseront, lors de l’élection initialement prévue le 6 mars 2014.

Quoique je sois né à la fin des années 1950, aux environs immédiats de la ville de Paris, je ne suis pas, moi-même, d’origine française (mon nom, Spitzhacke,  suffit certainement à l’indiquer), même si j’ai aujourd’hui la citoyenneté française.

Et cette élection, en tout cas, aura en effet lieu à la croisée des chemins d’un écrivain né belge puis devenu français, accusé ou soupçonné de Collaboration (Louis Carette qui fut académicien sous le pseudonyme de Félicien Marceau) mais aussi d’un écrivain (né français, cette fois) maurrassien, monarchiste et réactionnaire (l’académicien Pierre Benoit, sujet d’une belle biographie par M. Gérard de Cortanze), voir:

http://www.academie-francaise.fr/actualites/election-au-fauteuil-de-m-felicien-marceau-f21

J’espère apporter, moi-même, quelque chose à cette élection sous la "Coupole", où la plus belle "dépendance" devrait être celle du talent et de l’humour.

Signez cette pétition:

https://www.change.org/fr/pétitions/au-grand-public-aux-journalistes-aux-intellectuels-français-à-l-académie-française-soutenez-la-candidature-littéraire-de-robert-spitzhacke-académie-française-10-avril-2014

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c