robertspitzhacke
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2014

Académie française, 10 avril 2014: Alain Finkielkraut, Robert Spitzhacke… et Félicien Marceau

robertspitzhacke
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Pourquoi je me présente à l’Académie française",

par Robert Spitzhacke.

Notes diverses.

Aujourd’hui, 13 février 2014, paraît un livre: "Coupole et dépendances" (éditions du Moment), de Monsieur Daniel Garcia. Mais, à vrai dire, est-ce un livre "sur l’Académie française"? En vérité, et plus exactement, c’est probablement un livre sur l’institut de France (et celui-ci comprend, en quelque sorte, en son sein,  l’Académie française, l’Académie des sciences, celles des Beaux-Arts, des Inscriptions et Belles lettres et des Sciences morales et politiques).

J’attends de lire ce livre, que je compte aller acheter dès aujourd’hui si la chose est possible, et d’en dévorer  notamment la partie qui concernera certainement cette Académie française à un fauteuil de  laquelle je postule.

En attendant que, probablement, se déclarent de nouveaux candidats, nous ne sommes actuellement que trois auteurs pour désirer succéder, à l’Académie française, à M. Félicien Marceau.

Monsieur Gérard de Cortanze en est, pour la précision, à sa seconde tentative.

La première des tentatives de mon confrère, Monsieur Gérard de Cortanze, avait eu pour résultats les suivants:

L’Académie française (27 votants), dans sa séance du jeudi 8 décembre 2011, a procédé à l’élection au fauteuil de M. Pierre-Jean Rémy (F40).

Les voix obtenues après trois tours de scrutin sont les suivantes :

M. Alexis Antois : 0, 0, 1
M. Michel Borel : 1, 0, 0
M. Michel Carassou : 0, 1, 1
M. Gérard de Cortanze : 1, 1, 1
M. Yves-Denis Delaporte : 0, 0, 0
M. Olivier Germain-Thomas : 6, 9, 10
M. Philippe Le Guillou : 1, 2, 2
M. Olivier Mathieu : 0, 0, 0
M. Philippe Meyer : 10, 3, 5
M. Daniel Rondeau : 4, 7, 4
M. Joël Vergnhes : 0, 0, 0

Bulletins blancs : 1, 0, 1
Bulletins blancs marqués d’une croix : 3, 4, 2

J’ignore, évidemment, quels autres candidats se présenteront à l’élection (qui initialement devait avoir lieu le 6 mars 2014), et je l’ignore d’autant plus qu’on a même vu, lors d’une récente élection, se présenter un jeune adolescent  (15 ans) d’aujourd’hui…! Sic !

Mais dès à présent, je publie ces notes diverses.

Deux postulants au fauteuil de Félicien Marceau.

On lit, ici:

http://www.actualitte.com/recompenses/gerard-de-cortanze-et-robert-spitzhacke-candidats-a-l-academie-francaise-47771.htm

Extrait:

"Après la disparition de Félicien Marceau en mars 2012, il existe donc toujours un fauteuil vacant au sein de l’Académie française, le numéro 21. C’est ainsi que le 6 mars prochain se dérouleront des élections. Mais seuls deux candidats ont fait part de leur désir d’entrer sous la coupole. Gérard de Cortanze et Robert Spitzhacke sont les deux postulants. Le premier avait déjà tenté sa chance en 2011 pour le fauteuil de Pierre-Jean Rémy, rapporte l’AFP. Mais le fauteuil de Félicien Marceau avait été soumis à élection le 14 novembre dernier, sans pour autant trouver preneur : aucun des candidats n’avait retenu l’attention des académiciens. Il en sera peut-être encore de même le 6 mars"…

Félicien Marceau, pseudonyme de Louis Carette,

et la tradition des pseudonymes littéraires à l’Académie française.

Lorsque la date de l’élection (d’abord prévue le 6 mars 2014) sera établie, on devrait donc connaître le remplaçant de l’académicien Félicien Marceau, lequel était pourtant venu au monde sous le nom de Louis Carette.

Le meilleur article qui explique les raisons de ce "changement de nom" est, selon moi, celui-ci. C’est un article consacré aux plus importants "collaborateurs" (ou, si l’on préfère, soupçonnés de "Collaboration") de la Littérature belge, et il est disponible à cette adresse sur Internet: http://textyles.revues.org/354

Tout cela pour dire, d’abord, ce que tout le monde sait: les pseudonymes, à l’Académie française, parmi les membres de l’institution, sont fort nombreux. Il suffit, en général, de se reporter à l’excellent site Internet de l’Académie française pour prendre connaissance de ceux qui siègent donc, parmi les "Quarante", sous un pseudonyme. On consultera http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/les-quarante-aujourdhui

Félicien Marceau fut donc accusé (à tort ou à raison, je l’ignore) de "Collaboration". Du moins, à l’occasion de son élection, un poète français, Pierre Emmanuel (qui avait été élu quant à lui en 1968), présenta ses démissions de l’Académie française, justement en réaction à l’attitude que, selon lui, Félicien Marceau avait eue durant l’Occupation (semblable d’ailleurs, en cela, à un certain nombre d’intellectuels belges, par exemple Robert Poulet ou d’autres, qui sont cités dans le même article :http://textyles.revues.org/354)

Pierre Benoit.

Tout comme, au fond, le grand romancier Pierre Benoit (membre, lui aussi, de l’Académie française), qui fut monarchiste et maurrassien, voire accusé de flirter avec la "Collaboration". En tout cas Pierre Benoit, de façon assez évidente, appartenait à ce que l’on appelle aujourd’hui "l’extrême droite" (et c’était sans doute une tradition de famille puisque je crois me souvenir d’avoir lu il y a presque trente ans, ce devait être vers 1986, dans le journal "Présent", une interview de la soeur de Pierre Benoit).

C’est au même Pierre Benoit ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Benoit ) que M. Gérard de Cortanze, qui se présente lui aussi le 6 mars 2014 à l’Académie française, a consacré une savoureuse biographie.

Voilà donc, en quelque sorte, les chemins qui se croiseront, lors de l’élection initialement prévue le 6 mars 2014.

Quoique je sois né à la fin des années 1950, aux environs immédiats de la ville de Paris, je ne suis pas, moi-même, d’origine française (mon nom, Spitzhacke,  suffit certainement à l’indiquer), même si j’ai aujourd’hui la citoyenneté française.

Et cette élection, en tout cas, aura en effet lieu à la croisée des chemins d’un écrivain né belge puis devenu français, accusé ou soupçonné de Collaboration (Louis Carette qui fut académicien sous le pseudonyme de Félicien Marceau) mais aussi d’un écrivain (né français, cette fois) maurrassien, monarchiste et réactionnaire (l’académicien Pierre Benoit, sujet d’une belle biographie par M. Gérard de Cortanze), voir:

http://www.academie-francaise.fr/actualites/election-au-fauteuil-de-m-felicien-marceau-f21

J’espère apporter, moi-même, quelque chose à cette élection sous la "Coupole", où la plus belle "dépendance" devrait être celle du talent et de l’humour.

Signez cette pétition:

https://www.change.org/fr/pétitions/au-grand-public-aux-journalistes-aux-intellectuels-français-à-l-académie-française-soutenez-la-candidature-littéraire-de-robert-spitzhacke-académie-française-10-avril-2014

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel