Super Soignante Française Républicaine

Farida Super Soignante ou symbole de l’exacerbation de la colère des soignants des cheminots, des professeurs, des pompiers, des policiers, des militaires...Leur point commun servir la France !?

Super Soignante Française & Républicaine Super Soignante Française & Républicaine

Soignant, Cheminot, Professeur, Pompier, Policier, Militaire… même combat !?  Tous ont manifesté durant ces derniers mois, années, seuls les policier, gendarme, militaire et pompier ont obtenu le maintien de leur régime de retraite. Les Forces de l’Ordre obtenant des augmentations de salaire !

Puis une pandémie a surgi, les soignants ont dû redoubler de force, de présence, d’abnégation, quand l’état les a abandonnés sans protection et les a obligés à libérer des lits de réanimation occupés par des grands-mères, grands-pères en soin palliatif, qui sont allés mourir ailleurs, parfois dans d’horrible souffrance... Ces soignantes, soignants ont été glorifiées durant les longs mois de confinement de mars, avril mai… « un compliment, un applaudissement, une médaille ne coûtent rien me disait ma grand – mère, mais vous irradie à vie », mais les temps ont changé, cela ne nourrit plus, ne sauve plus !?

Puis nos médecins internes, infirmier.es, nos aides-soignant.es, nos agent.es de propreté ont été mis de côté, et des lits ont été à nouveau supprimés... Alors Farida l’infirmière s’en est allée à nouveau manifester, armée d’une blouse blanche, d’un masque chirurgical et de sa Ventoline...Un peu avant l’été, par une belle journée de juin que nous les retrouvons défilant pacifiquement dans plusieurs villes de France « nos soignants sont encore en vie, Ouf », avec toujours, leurs revendications légitimes après la pandémie, doublée d’une crise sanitaire.

Alors que la manifestation parisienne touche à sa fin, nos soignants tout de blanc vêtus, se font piégés sur « l’Esplanade des Invalides"  par l’irruption soudaine de centaines de Black Block, tout de noir vêtu, le visage encagoulé, spécialiste de « l’insurrection de rue » créent un champ de bataille, en explosant la chaussée,  extraire le bitume et le lancer sur les FDO* Force De l’Ordre, provoqués des   incendies,  dressés des barricades à l’aide de voiture, de poubelle… Du beau travail sous les yeux du Préfet de Paris retranché dans son QG de la préfecture. Une esplanade dont les accès sont faciles à contrôler, à filtrer par la police !? Et pourtant des bandes organisées de Black Block * ont réussi encore une fois à s’infiltrer dans cette manifestation pacifique encadrée par les organisations syndicales de soignants.

un manifestant lance un projectile contre les forces de l'ordre aux Invalides, lors de la manifestation des soignants à Paris, le 16 juin 2020. Alain JOCARD / AFP sous réserve de demande de diffusion un manifestant lance un projectile contre les forces de l'ordre aux Invalides, lors de la manifestation des soignants à Paris, le 16 juin 2020. Alain JOCARD / AFP sous réserve de demande de diffusion

C’est le point de bascule que devait attendre le ministère de l’Intérieur ? Une opportunité à saisir pour rendre toute revendication inaudible ? Nourrir la Fachosphère en tweet diffamant : « encore ces soignants, on vous a applaudi, remis des médailles, circulé la fête est finie » …Voilà nos soignants en blouse blanche pris en étau entre les Blacks Blocks et les FDO, point commun le noir de leur vêtement, comme pour mieux les confondre dans les épais nuages de gaz. Jet de bitume d’un côté, de gaz de l’autre, certaine blouse blanche se sentant attaqué, étouffé, sentent la peur et colère montée en eux… certains ont levé les mains et marché vers les FDO, en réponse ils ont reçu encore du gaz.

Mais au milieu de ce chaos orchestré, prévisible, Farida « Super Soignante » a surgi, avec sa peur, sa colère contenue qui soudain s’exacerbent. Après l’épreuve de lutte contre le Coronavirus, elle a été infectée par le Covid — 19. Notre « Super Soignante », en blouse blanche, du haut de ses 1.55 m, fluette, au milieu de ces casseurs a lancé des bouts de bitume, facilement identifiable, en 1re ligne entre les casseurs et les FDO…

Le Préfet de Paris tenait enfin sa cible, non pas les casseurs ! Depuis son lointain QG il a ordonné le gazage des soignants, effet d’étouffement garantie ! Puis sentant le danger de cette « Super Soignante » en cap blanche a lancé ses professionnelles de l’interpellation sur Farida comme des guerriers sur une « Super Héros », quatre à cinq FDO en pointe, puis des dizaines autour pour protéger l’extraction de cette foule de casseurs professionnels, que les FDO se gardent bien d’interpeller…Une femme des FDO saisit Farida  par ses longs cheveux noirs, plaque son visage dans la boue, Farida cri qu’elle est asthmatique, réponse fdo : « il fallait réfléchir avant »…. Plaquage au sol, genoux sur la nuque, on la relève le visage en sang et alors qu’elle cri son nom, on l’a bâillonne…. On entend une voix : « vous êtes la police pas la milice… » La violence  « légitime !? » de la femme FDO était-elle proportionnelle en la trainant distinctement par les cheveux !?

Farida Visage en sang Farida Visage en sang

Qui a préparé ce champ d’insurrection, c’est-à-dire à partir de presque rien, des Black Blocs ont créé de multiples armes ou barricades par destination, aucun soignant ne l’a fait ce sont les casseurs qui ont créé cette situation, sous le regard des FDO qui ont laissé faire, sous les caméras de la préfecture de police qui attendait peut-être ce moment, voilà l’autre question !?  

Farida gazée a lancé du bitume !? Un sentiment d’étouffement, d’impuissance et d’une grosse fatigue, la projette dans un tourbillon de colère hors contrôle pas excusable, mais qui peut s’expliquer par une montée de peur et d’adrénaline. (Qui n’a jamais manifesté ne peux peut — être pas comprendre ?) C’est aussi le cas pour certain.es FDO agressées, qui sortent de leur contrôle. Mais ce 16 juin, la situation était sous contrôle par des FDO aguerries au maintien de l’ordre et pourtant « l’infiltration* » de casseurs, a encore une fois fonctionnée. Demandons les images, les vidéos de surveillance, nous pourrons peut-être voir les infiltrations, les fuites des Black Bloks… !?

Mais la vraie question est : pourquoi en sommes-nous encore là ? Alors que nous devrions être dans la recherche du consensus après ces mois de crise sanitaire. Mais manifester ne suffit plus, il faut établir un rapport de force qui touche le pouvoir au cœur (comme les policiers viennent de le faire) et qui dure dans le temps, c’est devenu l’ultime moyen de se faire entendre, face à ce gouvernement instaurant un dialogue à sens unique, digne des années noires du Thatchérisme.

Pompier contre FDO Police le peuple contre le peuple  Octobre 2019 Pompier contre FDO Police le peuple contre le peuple Octobre 2019

Qui a obtenu le maintien de son statut, de son régime de retraite, augmentation de salaire ? Les FDO et les pompiers qui ont redoublé de courage face à leur frère d’arme FDO, qui sous ordres tabassaient nos soldats du feu, triste France ou l’on dresse le peuple contre le peuple !  Puis la police en moins d’une semaine à montrer sa force, son influence sur les « managers politiques » en obtenant le rétablissement de la clé d’étranglement après des manifestations n’ont déclaré, le Président a tout de suite senti le danger (lâcher par les FDO la macronie est en danger), basculons-nous vers un état policier…

En exergue d’un rapport sur la police le député François Ruffin*, rappelle cette phrase d’une syndicaliste policière, qui dit, en gros : « Qui a sauvé votre pouvoir quand vous faisiez n’importe quoi avec les gilets jaunes ? Qui vous a exfiltré aux Bouffes du Nord ? Alors, maintenant, vous avez une dette. » Le député Ruffin* poursuit en ajoutant une citation d’Antonio Gramsci qui dit la même chose, mais différemment. Il écrit que « la crise moderne est liée à ce que l’on appelle “crise d’autorité”. Si la classe dominante a perdu le consentement, c’est-à-dire si elle n’est plus “dirigeante”, mais seulement “dominante”, et seulement détentrice d’une pure force de coercition, cela signifie précisément que les grandes masses se sont détachées des idéologies traditionnelles, qu’elles ne croient plus en ce qu’elles croyaient auparavant ».

Alors Farida est — elle le symptôme de cette crise d’autorité, d’une classe dominante qui a perdu le consentement et sans remet à notre police républicaine afin d’exacerber la colère des soignant.es pour les pousser à la faute et ainsi décrédibiliser leurs revendications.

À la décharge de la police leur métier est dur, voire très dur, dévaloriser parfois et en sous-effectif, depuis les réformes Sarkozy, réductions de plus de 12 000 policiers, réductions des formations, compensés par un sur-équipement répressif, qui n’est pas efficace. Les policiers ne sont plus sereins : objectif de chiffre ,  « faire peur »* ( l’Allemagne , l’Angleterre sont à l’opposé de cette doctrine ),   contrôle, arrestation, contravention. Un autre député Les Républicains Guillaume Larrivé dit : « ce dont souffre le plus la police, c’est d’un manque de direction politique, d’une absence de doctrine claire, de flottements dans la chaîne de commandement*. » 

Que faire pour retrouver le chemin des jours heureux… notre contrat social se délite et ce Président à beau utiliser les symboles du passé, par des appelles vides de sens, en gonflant le torse, l’uniforme est trop grand pour lui !? Le maillage santé, éducation, mobilité, sécurité, économie faisait la force de notre nation, par la péréquation du tout, jadis 5e puissance mondiale !? La France brisée, pillée, déconstruite, désossée,  recule sur tous les indices, puissance mondiale, éducation, liberté de la presse, répression policière, délocalisation, souveraineté, industrie, et la santé…

À l’aube de la reconstruction de notre nation la France, le programme du conseil de la résistance nous disait Pourquoi, Pour quoi, Pour qui, Pour quand, Pour combien, mais ce programme semble bon pour le musée ; il n’y a qu’une caste à servir, elle est financière, blanche, capitalistique, haut fonctionnaire pentoufleur… qui  se fait soigner dans des établissements privés confortables , équipés, et coûteux.  Cette classe se contre fou des soins à offrir aux Français. J’entends encore certains, « Cher ami, tout cela passera comme d’habitude, laissons le peuple à sa place, il finira par se fatiguer à force de…»

Il ne s’agit plus de droite, gauche, néolibéralisme, marxiste… il s’agit d’avoir une vision pragmatique autour d’un contrat social et économique adapté et adaptable au monde qui est et qui vient. Redonner une vraie vision à notre beau pays, qui s’effondre, l’heure et grave notre République a été délaissée à des « managers politiques », qui décident sans concertation de notre santé, éducation, alimentation, logement, sécurité ; à l’heure ou nous parlons de perte de souveraineté industrielle, nous avons perdu notre souveraineté citoyenne.

Luxfer - Etat Complice - Manifestation des salariés Luxfer - Etat Complice - Manifestation des salariés

Pourtant certains présidents de Régions se sont distingués durant cette crise pandémique, l’un d’eux avait dit le jour de son élection qu’il n’oubliera pas avoir été élu grâce au retrait de liste de gauche ; Ministre de la Santé il avait aussi constitué des stocks sanitaires en cas de pandémie (pas renouvelé depuis). A suivre, il semble avoir une vision plus sociale mais sera – il près à réformer les institutions politiques, pour gouverner dans le consensus, avec un système parlementaire réformé comme en Angleterre ou en Allemagne !?

Certains députés se sont aussi distingués, comme à Amiens son député a fait de nombreux rapports sur la psychiatrie, la prison, des actions sociales et des projets de loi sur la santé, la sécurité, le travail, lui aussi est guidé par le pragmatisme de la situation de la France… A suivre, trouvera – il sa voix, voie… ?

Ces deux hommes ont des visions politiques opposées, mais ils semblent tous les deux habités par une vision sociale et économique pragmatique. Ici c’est de notre santé dont il s’agit, et Farida l’infirmière fatiguée a exprimé sa colère face à un état qui préfère la matraque au consensus…

Enough is Enough BRYAN R. SMITH / AFP sous réserve de diffusion Enough is Enough BRYAN R. SMITH / AFP sous réserve de diffusion

"Enough is Enough " « Assez c’est Assez » dit cette activiste américaine suite à la mort de Georges Floyd, prenons exemple sur le Préfet de Houston (patron de la police, + de 7 millions d’habitants) ou à la Maire d’Atlanta tous deux privilégient le dialogue à la force ; n’hésitant pas à dire à Trump : « ferme ta gueule » !

"Assez c’est Assez", alors que la France coule sous les réformes néolibérales de droite, de gauche. Ce sont nos institutions politiques qu’il faut réformer en priorité, pour une VIe république parlementaire qui rende des comptes au citoyen Français et non au CAC 40, afin que notre « Super Soignante Française & Républicaine » puisse à nouveau soigner sereinement !?

 

liens utiles ou pas 

Farida C., l’infirmière violemment interpellée à Paris, se livre

« Maintien de l’ordre en manifestations : la France à l’écart des initiatives européennes pour une « désescalade »

Entretien filmé avec le sociologue Sebastian Roché qui décortique les dimensions de la « crise systémique » de la police en France. Il avertit contre le risque de « sud-américanisation » des forces de l’ordre.

François Ruffin: «La République se situe plus dans la manifestation “Adama” que chez Castaner»

 

Robin est "un mâle caucasien blanc" issu de la bourgeoisie des beaux quartiers parisiens, étudiant, manifestant aux Invalides contre les lois Savary , Devaquet et parfois contre des policiers qui s’infiltraient pour semer le chaos !? Bon petit soldat de l’industrie, puis entrepreneur , ex-journalop, ONG. Ecriture en cours d’un roman social ! Abstentionniste jusqu’à 1995, Vote LREM par défaut  au 2nd tour, puis pris d’un doute, abstention aux législatives, en lisant la biographie du team DSK* qui s’est  mit au service de la Macronie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.