Pierre Fleuriot à la rescousse des actionnaires minoritaires d’Officiis Properties ?

superman-2

Dans l’entourage de Daniel Rigny on retrouve Pierre Fleuriot, ancien patron de la COB (aujourd’hui l’AMF). Celui-ci pourra-t-il sauver les minoritaires d’Officiis Properties du naufrage boursier dans lequel ils sont embarqués bien malgré eux ?

 

1. Qui est Pierre Fleuriot ?

Pierre Fleuriot est diplômé de l’IEP Paris (« Sciences Po » pour les intimes), puis de l’ENA, dont il sortira par la voie royale : l’Inspection des Finances. Il a passé une dizaine d’années à la Commission des Opérations boursières (COB), dont il a assumé le poste de Directeur Général de 1991 à 1997. Il a ainsi travaillé avec plusieurs présidents de la COB comme Jean Faye, Jean Saint-Geours ou encore Michel Prada.

Puis il a occupé plusieurs postes à haute responsabilité au sein de divers établissements bancaires :

  • ABN Amro (dont il a dirigé la filiale française de 2001 à 2008)
  • Neuflize OBC (2006 à 2008)
  • Royal Bank of Scotland (dont il a été l’éphémère DG en 2008 pour le Luxembourg, la Belgique et la France)
  • Crédit Suisse (dont il a dirigé la branche française).

Depuis il a créé sa société de conseil et met à profit un carnet d’adresse désormais bien garni.

Il a également été nommé administrateur indépendant du Groupe Renault, poste particulièrement sensible dans le contexte actuel de l’affaire Carlos Ghosn.

 

2. Quels liens avec Daniel Rigny ? 

Comme la société luxembourgeoise TwentyTwo Group Holding l’indique en toute transparence dans ses comptes 2017, la société de Pierre Fleuriot, PCF Conseil, a facturé 45.000 € HT à cette entité de la galaxie Daniel Rigny. Nous ne savons pas précisément la nature des prestations mais cela semble dans tous les cas peu cher payé pour avoir accès à un « ouvreur de portes » de cette qualité sur la place parisienne.

 

3. Pierre Fleuriot peut-il sauver les minoritaires d’OFP ?

Petit rappel de la façon dont la société Officiis Properties s’est récemment comportée avec ses actionnaires minoritaires.

En février 2018 la société a annoncé la mise en vente de trois immeubles représentant plus de 90% de la valeur de son patrimoine. De façon assez surprenante le conseil d’administration a fait le choix de ne pas convoquer une Assemblée Générale afin de soumettre à l’ensemble des actionnaires la décision de liquider ou non la quasi-intégralité du portefeuille. Une décision de cette importance peut-elle (doit-elle ?) être prise sans consulter les principaux intéressés ?

De plus, pourquoi ne pas avoir offert une « porte de sortie » aux actionnaires qui ne partageaient pas ce changement de stratégie en lançant une Offre Publique de Retrait (OPR) dès l’annonce de cette liquidation à venir ?

Dans les mois qui ont suivi cette annonce les actionnaires minoritaires d'Officiis Properties ont malheureusement connu quelques mésaventures :

  • Les valeurs d’expertise du 31 mars 2018 de l’immeuble Newtime se sont avérées trop « optimistes » et ont du être revues à la baisse,
  • Le taux de 14% du prêt d’actionnaires a continué à « détruire » le peu de fonds propres qu’il restait dans l’entreprise.

Conséquence de tout cela : des dizaines de millions d’euros de pertes et un ANR qui a chuté de 2,50€ à 0,86€, soit une baisse spectaculaire de -66% en 6 mois à peine !

Et ce n’est malheureusement pas fini car nous anticipons que l’ANR au 31/03/2019 sera une fois encore en très forte baisse.

Alors que l’AMF va bientôt être saisie d’un projet d’OPR, il ne nous semblerait pas illogique que le prix de référence pour cette offre soit l’ANR par action au moment de l’annonce de cette liquidation forcée, soit 2,50€/action. Est-ce que les actionnaires majoritaires partageront cette analyse ? Rien n'est moins sûr.

 

Dans un article de L’Express de 1993 le journaliste qualifiait Pierre Fleuriot d’« homme des dossiers épineux et délicats qui font frémir les patrons et bondir les petits épargnants ».

Puisqu’il est l’un des rares qui murmure à l’oreille de Daniel Rigny, espérons que nous pourrons compter sur M. Fleuriot sur cet « épineux » dossier Officiis Properties !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.