Officiis Properties : L’immense gâchis d’une foncière cotée en bourse

quake-03-4web-large

Alors que le cours de bourse de la foncière Officiis Properties s’enfonce chaque jour davantage dans les abysses, nous allons vous expliquer comment nous en sommes arrivés là. Pour cela, il faut distinguer deux périodes :

  • de 2006 à 2015, quand la société Officiis Properties s’appelait alors Züblin Immobilière France ;
  • de 2015 à aujourd’hui.

 

Sur la première période c’est Pierre Essig, nommé Directeur Général en février 2006, qui dirige la société.

Commenter ses performances sur ces quelques années sans utiliser de termes désobligeants est une gageure. Si l’on veut résumer de façon synthétique ces 10 années de Direction Générale on peut juste mentionner que les pertes cumulées sur cette période sont supérieures à cent millions d'euros !

 

Sur la seconde période apparaît Daniel Rigny, dont la discrétion n’a d’égale que son talent à dénicher de bonnes affaires. Associé avec des investisseurs du family office Massena, il prend le contrôle d’Officiis Properties en juillet 2015.

De façon assez surprenante Pierre Essig est conforté dans son rôle de Directeur Général par les nouveaux actionnaires malgré un bilan pas très flatteur.

Quelques mois après ce changement de contrôle, en septembre 2016, la société TTC I contrôlée par Daniel Rigny « négocie » la prorogation d’un prêt contre une hausse du taux à 14% (!). Sur la dernière année, les intérêts du prêt ainsi « renégocié » représenteront près de 20 millions d'euros par an... pour une société qui faisait péniblement un résultat d'exploitation récurrent de 3 à 5 millions d'euros selon les années.

A partir de ce moment-là, toute la revalorisation des actifs de la société va être intégralement transférée aux actionnaires majoritaires, qui, grâce aux intérêts de ce prêt, vont gagner plus de 100 millions d'euros selon des estimations, alors que les autres actionnaires minoritaires seront, quant à eux, quasiment ruinés.

L’histoire d’Officiis Properties résumée en deux phrases ?

  • Officiis Properties de 2006 à 2015, sous la Direction Générale de Pierre Essig, c’est plus de 100 millions d'euros de pertes cumulées pour tous les actionnaires ;
  • Officiis Properties de 2015 à aujourd’hui, sous la Direction Générale de Pierre Essig toujours, mais avec Daniel Rigny et son groupe TwentyTwo Real Estate contrôlant l’actionnariat et le conseil d'administration, c’est plus de 100 millions d'euros de gains pour Rigny et ses investisseurs... et des pertes, une nouvelle fois, pour les minoritaires !

 

« Radio-moquette » nous apprend que certains actionnaires minoritaires seraient en train de se regrouper. Affaire à suivre donc.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.