2015-2019 : bilan (définitif) de 4 années sous le contrôle de Daniel Rigny

Après avoir vu le bilan peu glorieux de la Direction Générale de Pierre Essig (2006 à 2019), voici aujourd'hui celui de la prise de contrôle par des entités affiliées à Daniel Rigny (2015 à 2019).

En juillet 2015 des sociétés « affiliées » à Daniel Rigny et Massena devenaient les actionnaires majoritaires de la société Officiis Properties (alors dénommée Züblin Immobilière France). Sollicitant auprès de l’AMF une dérogation au lancement d’une OPA il était alors mis en avant la « situation avérée de difficulté financière » de la société, qui était caractérisée par :

« (i) des résultats d’exploitation et des résultats nets négatifs récurrents sur les trois derniers exercices (…),

(ii) la nécessité de restructurer la dette de la société (…) et de renforcer les capitaux propres de la société (4,6 M€ au 31 mars 2015 (…)), et

(iii) le fait que le montant des fonds propres sociaux (…) [était] inférieur à la moitié du capital social ».

Quatre années après la prise de contrôle par des sociétés « affiliées » à Daniel Rigny, ces différents points ont-ils été solutionnés ? La réponse est sans appel, absolument aucun :

1/ La société a toujours des résultats négatifs (le dernier en date est particulièrement « salé » : la société ayant en effet perdu -48,6 millions d’euros sur l’exercice clôt au 31 mars 2019 !),

2/ Ses fonds propres sont de 4,8 millions d’euros, soit le même montant que ceux avant la prise de contrôle de 2015 et ce, malgré des augmentations de capital importantes,

3/ Les fonds propres sociaux sont, une fois encore, inférieurs à la moitié du capital social,

4/ Quant à l’ANR, qui mesure le patrimoine des actionnaires, il est passé de 0,81€ * à 0,10€/action au 31 mars 2019, soit une chute vertigineuse de -88%.

* ANR triple net au 31/03/2015 dilué des ORA et post opérations (source : Farthouat Finance, expert indépendant)

En 4 ans Daniel Rigny et son équipe n'ont donc absolument rien solutionné chez Officiis Properties sur la base de ces critères !

Le cours de bourse était assez logiquement, lui aussi, en chute libre, mais pour faire bonne figure l’actionnaire majoritaire vient d’annoncer le 30 avril 2019 une OPA à 4 fois le dernier cours de bourse (soit une prime de +300% !) et 12 fois le montant du dernier ANR publié (une prime de +1.100% !). Du jamais vu.

Pourquoi une telle générosité – et si soudaine – vis-à-vis des actionnaires minoritaires ? Certains esprits chagrins y voient une volonté d’acheter une forme de paix/silence afin d’éviter de coûteux et longs procès avec les minoritaires qui s'estimeraient lésés. Mais que dire de ceux qui ont vendu dernièrement leurs titres à 0,30 €/action, effrayés par la perspective de résultats particulièrement mauvais ? Ils seront, une fois encore, les dindons de cette triste farce. Merci Daniel Rigny.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.