Rocafortis
Abonné·e de Mediapart

185 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2022

Rocafortis
Abonné·e de Mediapart

2022, année des enterrements ( billet en 3 parties) 3/ De la paix.

Après la guerre, c’est encore … la guerre ! La guerre par procuration américaine en Ukraine n'a jamais vraiment porté sur l'Ukraine, et n'a même finalement pas porté sur la Russie. À long terme, cette impasse a toujours porté sur la Chine et sur la campagne désespérée de l'empire américain pour préserver sa domination inégalée sur cette planète.

Rocafortis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'OTAN existe pour résoudre les problèmes

créés par l'existence de l'OTAN

Publié le 3 décembre 2022

Par Catherine A Johnstone

Publié à l'origine : le 1er décembre 2022

( par Caitlin A Johnstone Blog )

Caitlin A. Johnstone est une journaliste voyou ;

bogan socialiste; anarcho-psychonaute;

poète guérillero; préparateur d'utopie.

Vous pouvez lire les articles de Caitlin

sur MediumSteemit  et sur son  site internet .

Caitlin est fièrement financée à 100% par les lecteurs

via Patreon  et Paypal .

Suivez-la sur  Twitter  et  Facebook ,

et abonnez-vous à sa liste de diffusion .

L'OTAN a confirmé sa détermination à ajouter l'Ukraine à son organisation (renouvelant ainsi son engagement de 2008) lors d'une réunion entre les ministres des Affaires étrangères de l'alliance à Bucarest, en Roumanie, mardi dernier (29/11/2022)

Dave DeCamp d'Antiwar écrit :

Bucarest était l'endroit où l'OTAN avait initialement fait cette promesse à l'Ukraine en 2008, et à l'époque, les responsables américains avaient reconnu que tenter de faire entrer le pays dans l'alliance pourrait déclencher une guerre dans la région. "Nous avons pris la décision à Bucarest en 2008 lors du sommet", a déclaré mardi le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg. «J'étais là-bas… représentant la Norvège en tant que Premier ministre. Je me souviens très bien des décisions. Nous maintenons ces décisions. La porte de l'OTAN est ouverte. Dans une déclaration conjointe, les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN, dont le secrétaire d'État Antony Blinken, ont déclaré qu'ils « réaffirmaient » les décisions prises lors du sommet de Bucarest en 2008.

Il est devenu à la mode parmi les commentateurs occidentaux de prétendre que l'invasion de l'Ukraine par la Russie n'a rien à voir avec l'expansion de l'OTAN, mais comme l'a récemment expliqué Philippe Lemoine pour le Centre d'étude des partis et de l'idéologie, c'est un récit complètement faux qui nécessite de couper les commentaires passés de Poutine du contexte dans lequel ils ont été faits. De nombreux experts occidentaux ont prévenu des années à l'avance que l'expansion de l'OTAN conduirait à un conflit comme celui que nous voyons aujourd'hui, et ils avaient bien sûr raison.

La poussée récente pour étendre l'OTAN en Ukraine avec des pays comme la Finlande et la Suède  , justifiée par « l'agression russe », est un bon exemple de ce que le professeur Richard Sakwa a appelé le « paradoxe géographique fatidique : que l'OTAN existe pour gérer les risques créés par son existence. .”

Comme l' a expliqué le regretté spécialiste des relations américano-russes Stephen Cohen   des années avant que la crise ukrainienne n'éclate en 2014, Moscou considère l'OTAN comme une « sphère d'influence américaine », et l'expansion de l'OTAN et de l'influence de l'OTAN comme une expansion de cette sphère. Il réagit à cela avec hostilité tout comme les États-Unis réagiraient à la Chine ou à la Russie construisant des alliances militaires agressives à ses frontières, et sans doute avec beaucoup plus de retenue que les États-Unis.

D'autres exemples futurs du paradoxe géographique fatidique de Sakwa incluront probablement la volonté de reconfigurer l'OTAN en une alliance dédiée à « contenir » la Chine, ce qui signifie bien sûr stopper l'ascension de la Chine sur la scène mondiale et travailler à la resserrer, la balkaniser et l'usurper.

Un récent article du Financial Times intitulé « Washington intensifie la pression sur les alliés européens pour durcir la position de la Chine » donne de nouveaux détails à cet agenda :

Les États-Unis poussent les alliés européens à adopter une position plus dure envers Pékin et tentent de tirer parti de leur leadership sur l'Ukraine pour obtenir plus de soutien des pays de l'OTAN dans ses efforts pour contrer la Chine dans l'Indo-Pacifique. Selon des personnes informées des conversations entre les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN, Washington a fait pression ces dernières semaines sur les membres de l'alliance transatlantique pour qu'ils durcissent leur langage sur la Chine et commencent à travailler sur des actions concrètes pour contenir Pékin. Le président américain Joe Biden a identifié la lutte contre la Chine comme son principal objectif de politique étrangère au début de son administration, mais ses efforts ont été compliqués par l'accent mis sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février. Mais avec l'invasion du président russe Vladimir Poutine depuis 10 mois, Washington fait un effort pour faire reculer provisoirement la Chine sur l'agenda de l'OTAN, déclarent ces informateurs.

L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord a ajouté la Chine à ses préoccupations sécuritaires pour la toute première fois en juin dernier, et depuis, on a vu une poussée folle de Washington pour intensifier les agressions contre Pékin. Un autre article du Financial Times intitulé « L' OTAN tient ses premières discussions dédiées sur la menace chinoise à Taïwan » détaille une réunion entre les membres de l'alliance en septembre dernier :

Ils ont également discuté de la manière dont l'Otan devrait sensibiliser Pékin aux ramifications potentielles de toute action militaire - un débat qui a pris de l'importance après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, jaugeant la dureté de l'Occident dans ses avertissements. Les États-Unis ont exhorté leurs alliés, en particulier en Europe, à se concentrer davantage sur la menace qui pèse sur Taïwan, alors que les inquiétudes grandissent quant au fait que le président chinois Xi Jinping pourrait ordonner le recours à la force contre l'île. Des officiers supérieurs et des responsables militaires américains ont évoqué plusieurs délais possibles pour une action militaire, certains désireux d'accroître le sentiment d'urgence pour s'assurer que Washington et ses alliés sont prêts.

Certains remarquent que l'empressement de Washington à « accroître le sentiment d'urgence » sur ce front peut facilement finir par avoir un effet provocateur qui sert de prophétie auto-réalisatrice.

Bonnie Glaser, directrice du programme Asie au German Marshall Fund des États-Unis, a déclaré à Bloomberg il y a un mois que la hâte de Washington à préparer tout le monde à un autre conflit majeur pourrait « finir par provoquer la guerre que nous cherchons à décourager ».

« L'OTAN devrait être renommée ASFP : l'Alliance pour les prophéties auto-réalisatrices », a tweeté le commentateur Arnaud Bertrand à propos des discussions de l'alliance sur Taïwan.

"Une alliance défensive ne cherche pas à se battre avec un pays sur un autre continent",  a tweeté Branko Marcetic de Jacobin. "Il s'agit d'un flouage de mission classique de la part de l'OTAN - ou, plus précisément, de Washington."

Lorsque vous ignorez tous les coins-coins narratifs vides et que vous les réduisez vraiment au langage brut du comportement réel, l'existence de l'OTAN semble vraiment être fondée sur le raisonnement circulaire selon lequel sans l'OTAN, il n'y aurait personne pour protéger le monde des conséquences des actions de l'OTAN.

Elle fait tout son possible pour menacer des nations puissantes et justifie ensuite son existence par leurs réponses à ces menaces. C'est comme un cornet de glace auto-léchant. Et tout cela se produit alors que les nations européennes commencent à remarquer qu'elles supportent beaucoup plus le coût de la guerre par procuration de Washington en Ukraine que les États-Unis, tandis que les États-Unis en récoltent tous les bénéfices.

Dans un article intitulé « L'Europe accuse les États-Unis de profiter de la guerre », rapporte Politico :

Les hauts responsables européens sont furieux contre l'administration de Joe Biden et accusent désormais les Américains de faire fortune grâce à la guerre, tandis que les pays de l'UE souffrent. "Le fait est que, si vous le regardez sobrement, le pays qui profite le plus de cette guerre, ce sont les États-Unis parce qu'ils vendent plus de gaz et à des prix plus élevés, et parce qu'ils vendent plus d'armes", a déclaré un haut responsable à POLITICO. Les commentaires explosifs - soutenus en public et en privé par des fonctionnaires, des diplomates et des ministres ailleurs - font suite à une colère croissante en Europe face aux subventions américaines qui menacent de détruire l'industrie européenne.

Washington prend des risques extrêmes et met ses alliés en colère en ce moment parce qu'il est temps d’agir ou de mourir en ce qui concerne la préservation de l'hégémonie unipolaire américaine. Comme l'explique Ted Snider d'Antiwar dans un article récent , la guerre par procuration américaine en Ukraine n'a jamais vraiment porté sur l'Ukraine, et n'a même finalement pas porté sur la Russie. À long terme, cette impasse a toujours porté sur la Chine et sur la campagne désespérée de l'empire américain pour préserver sa domination inégalée sur cette planète.

« La guerre en Ukraine a toujours porté sur des objectifs américains plus vastes », écrit Snider. "Il a toujours été question de l'ambition américaine de maintenir un monde unipolaire dans lequel ils étaient la seule puissance polaire au centre et au sommet du monde. Les événements en Ukraine en 2014 ont marqué la fin du monde unipolaire de l'hégémonie américaine", a t-il déclaré.

« La Russie s'est affirmée comme un nouveau pôle dans un ordre mondial multipolaire. C'est pourquoi la guerre est « plus grande que l'Ukraine », selon les mots du Département d'État. Elle est plus grande que l'Ukraine car, aux yeux de Washington, c'est la bataille pour l'hégémonie américaine. Si l'Ukraine concerne la Russie, la Russie concerne la Chine, écrit Snider. « Le « problème russe » a toujours été qu'il est impossible d'affronter la Chine si la Chine a la Russie avec elle : il n'est pas souhaitable de combattre les deux superpuissances à la fois.

Donc, si l'objectif à long terme est d'empêcher que la Chine ne défie le monde unipolaire dirigé par les États-Unis, la Russie doit d'abord être affaiblie. Snider cite Lyle Goldstein, professeur invité à l'Université Brown, qui déclare : « Afin de maintenir leur position hégémonique, les États-Unis soutiennent l'Ukraine pour mener une guerre hybride contre la Russie… Le but est de frapper la Russie, de contenir l'Europe, de kidnapper des « alliés ». et de menacer la Chine.

Alors que le monde devient de plus en plus multipolaire et que l'obtention d'un contrôle total semble de moins en moins probable, l'empire se bat de plus en plus comme un boxeur dans les derniers rounds qui a été au plus bas sur les tableaux de bord pendant tout le combat : prendre plus de risques, lancer des fauches sauvages, préférer le possibilité d'une défaite par élimination directe à la certitude de perdre par décision.

Nous sommes au point le plus dangereux de la relation abusive de l'humanité avec la domination unipolaire américaine, pour la même raison. Le point le plus dangereux dans la vie d'une femme battue est  juste quand elle essaie de s'échapper . L'empire est prêt à faire des choses terribles et risquées pour garder le contrôle d’un monde qui s’échappe. "Si je ne peux pas t'avoir, personne ne le pourra" est une chose qui peut être dite à une femme, ou au monde.

L'importance de s'opposer à ces mégalomanies et à leurs jeux de poker nucléaire n'a jamais été aussi grande.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report