Une démission parmi tant d'autres

Texte lu à l'issue du conseil de classe. A la suite de sa lecture mon collègue co professseur principal s'est joint à la déclaration et a également démissioné.

En conclusion de ce conseil, je tenais à vous signifier ma démission de ma mission de professeur principal. Ma décision est personnelle mais ses motivations proviennent de contingences extérieures. Je m’en explique brièvement, la réforme des lycées, du baccalauréat et celle de l’accès au supérieur ont pour effet de faire des professeurs principaux les artisans majeurs de transformations que mon éthique personnelle et mes convictions réprouvent. Je ne puis décemment accepter de continuer à collaborer activement avec un système profondément inique qui passe son temps à évaluer, à sélectionner et qui rogne sans cesse sur ceux qui ont le moins tout en préservant ceux qui ont déjà le plus. 


Au-delà, si le corps enseignant y compris moi-même supporte de fait la baisse effective de ses revenus, une augmentation parallèle du nombre d’élèves à prendre en charge, s’il peut continuer à voir ses congés menacés et ses retraites amputées, s’il est capable d’assumer une démultiplication sans précédent de ses missions, s’il peut-être contraint de se taire, s’il peut voir son statut profondément remis en cause, et semble en mesure de passer sous les fourches caudines de la réforme du lycée, je m’en distingue par mon refus de consentir à la perversion de mon métier. Je n’accepte pas d’être réduit en contremaître évaluateur, rôle que la réforme nous impose de jouer. 


Cette démission est donc à la fois un geste personnel mais aussi une forme de contestation face à une injustice notoire pour des fonctionnaires dévoués et face au saccage de ce que nous avons de plus précieux en commun, l’éducation de nos jeunes.

Merci pour votre attention

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.