ROGER BONGOS
Rédacteur en chef " Afrique Rédaction " actualité, actualité africaine, RDC, Magazine en linge, traitant l'actualité africaine en continu...
Abonné·e de Mediapart

189 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mars 2020

Qui Rex Kazadi ce garçon débarqué d'une banlieue miteuse devenu politicien ?

Rex Kazadi du haut de son âge qui ressemble à un garçon frappé par les déboires psychologiques et par un manque criant d'encadrement parental durant sa jeunesse, se dit où il se fait passer pour l'un des précurseurs de ce combat.

ROGER BONGOS
Rédacteur en chef " Afrique Rédaction " actualité, actualité africaine, RDC, Magazine en linge, traitant l'actualité africaine en continu...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rex Kazadi du haut de son âge qui ressemble à un garçon frappé par les déboires psychologiques et par un manque criant d'encadrement parental durant sa jeunesse, se dit où il se fait passer pour l'un des précurseurs de ce combat.

Avoir abandonné le chemin de l'école à l'âge de 14 ans en tenant le murs dans des Cités miteuses et en commettant des petits délits et gros délits, il s'est paré aujourd'hui en habit de politicien pour moraliser la société ! Mais laquelle ?

L'imposteur Joseph Kabila a vraiment tout désacralisé cet environnement politique, arrivé avec ses bottes de jardinier où en Tanzanie n'était qu'un simple chauffeur de Taxis. Il permet à tous ces voyous, des banlieues difficiles qui sont en rupture avec la société de se mettre vent débout pour faire de la politique...

Je me souviens comme c’était hier de notre première rencontre où il m'a tanné la peau nuit et jour pour que je le rencontre.

Ma première rencontre avec cet individu qui me supplia à plusieurs reprises de profiter de mon micro, afin de passer son message sur ma chaîne qui avait à l'époque, une grande portée médiatique dans la diaspora et au Congo.

C'était bien dans un restaurant à la place de la République en compagnie de Patrick L. Ces images d'archives sont gardées jalousement, elles en sortiront un jour...

Laissez-moi terminer mon livre sur "le combat et la république de copains et des bandits...." et la vraie vérité sortira !

Après avoir échoué au recrutement à la «Légion étrangère» ce qui devrait lui permettrait de se laver de son casier judiciaire aussi long que son bras, de se faire une nouvelle vie avec en prime, la nationalité française. Il échouera sur toute la ligne !

Il n'en rien ! Il en a était incapable de faire le parcours du combattant qui allait certifier sa capacité de rentrer dans le rang de ces gens désoeuvrés sans scrupules, un cercle des anciens repris de justice durant 5 années.

Comme le malheur n’arrive jamais seul, il s'est retrouvé avec une grosse blessure qui le disqualifiera définitivement.

En 2007, il s'est fait éjecter de là sans ménagement, avec une raison qui lui colle à la peau (inapte suite à une forte blessure et indiscipline). Il se trouvera dans un gang, qui porte le nom de « Black-Dragon ».

Un ramassis de voyous qui faisait la terreur dans des Cités en se bagarrant avec de barres de fer et armes blanches et je préfère de n’est pas en dire plus.

Comme la RDC est une véritable poubelle qui prend tout le monde dans la politique, sans vérification du cursus encore moins du passé de l'individu, nous boirons le calice jusqu’à la lie avec ces anti-valeurs qu’on devrait enfermer dans un asile de fous.

Après avoir été le pion de Kalev (ANR) de triste mémoire, dans sa capacité de tourner sa veste et de se retomber sur ses pieds. Il reviendra vers la diaspora, et le combat, il se fera défenestrer comme un mal propre. Comme tout vagabond digne de ce nom, il déambulera dans la diaspora en torpillant leur action, mais peine perdue, la mayonnaise avait déjà pris...

Pour avoir des projecteurs sur sa petite personne sans constance, il s'est mis à critiquer par moment, le président nommé Félix Tshilombo et on apprendra avec stupéfaction qu'il s'est rapproché naturellement de cette présidence de Bena Mpuka qui ressemble bien à un dépotoir.

Lorsqu'on laisse un tel individu faire la promotion d'une présidence, alors, on ne peut que se retrouver dans des débordements verbaux où à Bercy, lorsque son soi-disant véhicule a été à juste titre incendié en complicité avec ses copains qui avaient infiltré la manifestation. Il fera de plus belle, une fois de plus l'appel du pied de Félix, afin d'avoir ses largesses d'un pouvoir de coquins et de coquins volé au souverain primaire.

Il se retrouvera bien entendu avec une Berline payée par cette clique de malfaiteurs en col blanc qui gravite autour de la Cité de l'UA.

Dis moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es !!!

Mes archives parlent et ce que j'ai consulté en parle, en parle encore plus...

Première émission faites avec ce Faust à la République et la deuxième chez Patrick L.

Cet imposteur de Rex n'a jamais été dans des réunions préparatoires pour faire interdire quoique ce soit.

Les deux concerts de Papa Wemba et de Werrason, encore moins, celui de Fally au Zenith, son nom était inconnu dans l'organisation.

Il est seulement venu au milieu des actions musclées au Zenith lorsque nous bloquions ce concerte.

J'ai d'ailleurs extrait de sa brève interview qui balbutié où je l'ai recadré communicationnellement.

D'ailleurs, le chiffre qu'il donne à la télévision congolaise de 48 personnes dans la salle au concert de Fally au Zenith, n'est ce pas le mien ?

Aujourd'hui au sortir de ce concert perdu médiatiquement par Fally sponsorisé par le Rwanda, la France et la présidence usurpée de Tshilombo, il se permet de dire dans son arrogance d'un enfant de la rue, je cite : « son véhicule a été incendié, nous sommes au pouvoir, j'en aurais d'autres, même une dizaine ».

Croyez-vous réellement à la moralité de cet individu qui quémande du pain à son président lui même un partait usurpateur ?

Lorsqu'on a été dans la rue 14 ans, qu'est ce qu'on peut espérer d’un tel désœuvré ?

Toute honte bue, il se fourvoie dans la niaiserie avec son allocution sans le respect des règles d'éthiques, grammaticales, et de syntaxes, en faisant la promotion de son « Wesh-wesh » qui lui colle à la peau, lorsqu'il passe à la télévision.

Ils sont tous rattrapés par l'histoire...

Roger BONGOS

Voir la vidéo :

https://www.facebook.com/roger.bongos.3/posts/2691169680995518

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal — Gauche(s)
La gauche Taubira existe-t-elle ?
Encensée pour sa puissance d’incarnation par les uns, raillée pour son absence de projet par les autres, Christiane Taubira compte sur l’élan de la Primaire populaire, qui s’achève le 30 janvier. Mais sur le fond, il reste difficile de savoir à qui exactement parle cette candidature.
par Mathieu Dejean
Journal — Politique
Le député Peltier mobilise son équipe parlementaire pour le meeting d’Éric Zemmour
Visé par une enquête judiciaire pour son utilisation de fonds publics liés à ses mandats d’élu, Guillaume Peltier, porte-parole d’Éric Zemmour, continue à mélanger les genres : c’est l’une de ses assistantes parlementaires qui a cherché et visité la salle où le candidat d’extrême droite doit s’adresser vendredi au « monde rural ».
par Sarah Brethes
Journal — Extrême droite
Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss