La Maison Blanche " Sommet US- AFRIQUE : soutien des États-Unis pour le maintien de la paix en Afrique, et ils occupent le terra

 BARACK SUMMIT 5

                                                   Barack OBAMA                                                             Jikaya KIKWETE

Les États-Unis soutiennent fermement le travail de plus de 67 000 soldats de la paix africains siégeant avec l'Union africaine (UA) et des Nations Unies (ONU) en Afrique. Ces hommes et ces femmes travaillent à protéger les civils, prévenir la violence, et de promouvoir la sécurité et la stabilité dans de nombreux conflits les plus complexes en Afrique.

Depuis 2009, les États-Unis se sont engagés à fournir près de $ 892 000 000 pour renforcer les capacités de maintien de la paix africaine et renforcer les institutions africaines. Les États-Unis ont formé et équipé plus d'un quart de million de soldats africains et de la police pour le service dans les opérations de maintien de la paix de l'ONU et de l'UA.

Sauver des vies, grâce à une réponse rapide

Les pays africains ont clairement indiqué que la réponse rapide aux crises est à la tête de leur ordre du jour de la paix et de la sécurité. Pour appuyer cette priorité, les États-Unis ont annoncé aux dirigeants présents au US-Afrique Sommet, du maintien de la paix africaine, de partenariat d'intervention rapide (APRRP, "A-Prep" pour faire court) avec un nouvel investissement de 110 millions de dollars par année pour les 3-5 ans pour renforcer les capacités des militaires africains, pour enfin de déployer rapidement des Casques bleus en réponse à l'émergence des conflits, un concept qui tient un puissant potentiel de sauver des vies.

• Les États-Unis en partenariat avec un groupe initial de six pays-Sénégal, le Ghana, l'Éthiopie, le Rwanda, la Tanzanie, l'Ouganda, viennent d' élaborer un programme de capacité de réaction rapide, par la construction et de l'amélioration des capacités dans des domaines tels que la formation militaire, l'entretien et réparation d'appareils, l'appui institutionnel et l'interopérabilité avec d'autres forces de maintien de la paix basées en Afrique.

• En vertu de ce programme, les pays partenaires africains s'engagent à maintenir des forces et du matériel prêt à se déployer rapidement et indiquer leur intention de déployer dans le cadre de l'ONU ou de l'UA missions pour répondre aux crises émergentes.

• Les États-Unis ne sont pas le seul membre de la communauté internationale qui a une participation dans cette entreprise, nous allons tendre la main à des partenaires internationaux pour discuter comment nous pouvons construire une coalition pour accroître la coordination sur notre objectif de combler les lacunes dans la réponse au maintien de la paix.

• Nous sommes également prêts à fournir un soutien, y compris la formation pour le personnel du siège et les fonctions de facilitateur clé, tels que les ingénieurs, à catalyser les efforts de l'UA pour établir sa capacité africaine pour intervention immédiate à la crise (ACIRC).

Construire le maintien de la paix, avec une capacités réelle en Afrique

Notre nouvelle initiative s'appuie sur l'engagement de longue date des États-Unis pour le développement des capacités des partenaires à soutenir les pays africains et les organisations régionales pour relever les défis auxquels ils sont confrontés.

• Notre programme Initiative Mondiale Opérations de Paix (GPOI) en signe, a contribué à renforcer les capacités des partenaires africains afin de mener le maintien de la paix à se former.

• Depuis 2005, grâce à l'aide programme (ACOTA), qui est financé principalement par GPOI Afrique opérations d'urgence en formation et, aux États-Unis a formé plus de 248 000 soldats de la paix de 25 pays partenaires à travers le continent, avant leur déploiement à l'ONU et l'UA maintien de la paix « opérations ». Les États-Unis ont dépensé plus de 241 millions de dollars en activités ACOTA depuis 2009 seulement.

• En outre, grâce à un financement GPOI, l'US Africa Command a organisé une formation de maintien de la paix spécialisée à l'Union africaine et 22 pays partenaires africains depuis 2005 visant à constituer un groupe de soldats de la paix professionnels.

• Les États-Unis ont également fourni une formation et des équipements à plus de 1 100 policiers africaine avant leur déploiement dans des opérations de maintien de la paix de l'ONU au Darfour, au Soudan du Sud et le Mali, à travers le soutien ; Opérations de maintien de la paix de la police internationale de programme (Ippos), soulignant le rôle essentiel des civils en maintien de la paix.

Soutenir les efforts conduites par l'UA à faire face aux conflits

Les États-Unis apprécient le leadership de l'UA a augmenté, la volonté politique pour monter des réponses aux conflits africains, et s'est engagé à renforcer la capacité institutionnelle de l'UA à lancer et à soutenir les opérations de maintien de la paix, ainsi que l'augmentation interopérabilité entre les Etats de l'UA lors des déploiements de maintien de la paix.

• Depuis 2005, les États-Unis ont fourni une paix et conseillers en sécurité au siège de l'UA, a fourni une assistance à la Division des opérations de soutien de la paix de l'UA, et a fourni une formation sur la gestion des ressources de la défense et de commandement et de contrôle.

• Le ministère de la Défense soutient de nombreux exercices de formation qui visent à accroître l'interopérabilité des partenaires dans des opérations complexes et de renforcer la capacité de la Force africaine en attente pour planifier, déployer, employer à maintenir et redéployer des troupes dans les zones de conflit. 

• Les États-Unis se sont engagés à fournir au cours de la prochaine année de l'équipement de déploiement vaut environ 70 millions de dollars pour la paix africaine, y compris pour les forces de l'UA en Somalie et la République centrafricaine, qui donneront, casques bleus disposés des outils améliorés pour mener à bien leurs missions.

Soutien des opérations de maintien de la paix de l'UA et l'U.N.

Les États-Unis continuent de faire progresser les initiatives pour renforcer les capacités de maintien de la paix de l'ONU et de l'UA, y compris en cherchant à accroître le nombre, la capacité et l'efficacité des troupes et de policiers qui sont sur le terrain, afin de favoriser la paix et la sécurité de l'Afrique.

Les États-Unis sont de loin le plus grand contributeur financier du monde pour les opérations de maintien de la paix des Nations Unies. Pour l'exercice 2013, les États-Unis ont fourni plus de 1,7 milliards de dollars en contributions pour maintien de la paix des Nations Unies en Afrique, ce qui porte le total de nos contributions à près de 9 milliards de dollars depuis 2009.

• République centrafricaine (RCA): La mission de l'UA dirigée internationale de soutien à la RCA (MISCA) et les forces françaises présentes à leurs côtés travaillent à prévenir la violence ethnique en RCA, et à rétablir la stabilité et protéger les civils. Les États-Unis se sont engagés à fournir jusqu'à 100 millions de dollars à l'appui de ces forces, et le président a demandé jusqu'à 428 millions de dollars en exercice 2015 pour les contributions prévues au cours de l'exercice 2014 et l'exercice 2015 pour le nouveau multidimensionnelle Mission de stabilisation intégré des Nations Unies en Centrafrique (MINUSCA). Ces efforts soulignent, la préoccupation des États-Unis pour les habitants de la RCA et visent à soutenir la restauration de la sécurité et de fournir une aide humanitaire, tout en favorisant la responsabilisation, de la réconciliation et de la gouvernance démocratique.

• Côte d'Ivoire: États-Unis a évalué les contributions pour l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) depuis 2009 dépasse $ 885 000 000, et aident l'ONUCI à protéger les civils, de soutenir les efforts de désarmement, et de surveiller et promouvoir les droits humains. Les États-Unis ont également fourni un soutien essentiel à la reprise post-conflit en Côte d'Ivoire, y compris la sécurité en renforçant les frontières, la protection civile et la stabilité dans le sillage de la crise électorale de 2011.

• République démocratique du Congo (RDC): Depuis 2009, les États-Unis ont fourni plus de 2,1 milliards de dollars en contributions pour la Mission de stabilisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO), pour aider à protéger les civils et soutenir le gouvernement de la RDC dans la consolidation de la paix. Les États-Unis finance des conseillers pour aider le personnel de la justice militaire congolaise affectés aux cellules de soutien « charge MONUSCO » soutenus pour enquêter et poursuivre les crimes graves. Trois militaires américains ont également siègent actuellement dans la MONUSCO. Les États-Unis a fermement appuyé la révision du mandat de la MONUSCO en 2013 pour lui donner les moyens de prendre des mesures appropriées contre les milices militaires abusifs et déstabilisants avec l'introduction d'une brigade d'intervention (BI), et a dispensé une formation aux membres de l'IB avant le déploiement.

• Liberia: Les États-Unis ont fourni plus de $ 879 000 000 en contributions depuis 2009 pour la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL), permettant la MINUL pour assurer la sécurité critique au cours de la transition post-conflit au Libéria, y compris une élection réussie en 2011 et la reconstruction de forces armées du Libéria. Cinq militaires américains servent actuellement dans la MINUL, et un agent de drapeau américain a récemment terminé une tournée comme chef du personnel de la MINUL.

• Mali: Pour faire face à l'instabilité au Mali, les États-Unis ont fourni plus de 115 millions de dollars en contributions pour la Mission des Nations Unies multidimensionnelle intégrée de stabilisation au Mali (MINUSMA). Les États-Unis ont également fourni un soutien aérien et s'est engagé à fournir jusqu'à 173 millions de dollars en soutien logistique, la formation et les équipements éssentiels, tels que les véhicules et les communications. De soldats de la paix africaine se déploient pour MINUSMA et son prédécesseur, la Mission d'appui international dirigé par les Africains au Mali (AFISMA). Neuf militaires américains servent actuellement dans MINUSMA. Le soutien des États-Unis a permis MINUSMA à assurer la stabilisation et la sécurité critique et créent les conditions d'acheminement de l'aide humanitaire et la poursuite de la réconciliation nationale du Mali.

• Somalie: Pour aider à lutter contre le terrorisme en Somalie et de soutenir les efforts du gouvernement fédéral somalien, de construire la sécurité et la stabilité. Les États-Unis se sont engagés à fournir plus de 512 millions de dollars pour apporter un soutien à la Mission de l'UA en Somalie (AMISOM) de renforcer les capacités pour contrer al-Shabaab en Somalie et de fournir un espace de progrès politique. Cela comprend la formation pré-déploiement, la fourniture de matériel militaire, et des conseillers sur le terrain. En outre, les États-Unis ont fourni plus de 455 millions de dollars en contributions des États-Unis pour le Bureau d'appui des Nations Unies à l'AMISOM (UNSOA), renforçant ainsi le soutien aux forces de l'Union africaine. 

• Soudan du Sud: contributions mises en recouvrement pour la US Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) depuis qu'il a été créé en 2011 ont été $ 635 000 000, le soutien aux efforts de la MINUSS pour protéger les civils et de faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire. Cinq militaires américains servent actuellement dans la MINUSS. Leadership américain était essentiel dans la rationalisation du mandat de la mission, de se concentrer sur la protection des civils.

• Sudan-Darfur/Abyei: Depuis 2009, les États-Unis ont fourni près de 2,4 milliards de dollars en contribution à l'Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD), et plus de 182 millions de dollars en contribution pour la Force intérimaire de sécurité des Nations unies pour Abyei (FISNUA). Le soutien américain à ces opérations a renforcé la protection civile, l'aide humanitaire facilité, et les droits humains promus et la primauté du droit.

Roger BONGOS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.