RDC: la guerre ouverte entre Félix, les Félixiens, et Kamerhe, les Kamerhistes

Une question qui revient dans la bouche de tout le monde à l’épuisement des 188 jours de la présidence usurpée de Bena Mpuka, est-ce que, cette alliance entre Félix Tshilombo alias Bizumungu et son jumeau Vital Kamerhe rwandais naturalisé congolais tiendra ?

67687254-2266006870178470-2386829264734388224-n

On compte les jours ensemble, et à la Cité de l’UA, le crêpage de chignons commence, et on se dirige vers la fratricide. L’accord de Nairobi du 23 novembre 2018 n’étant plus respecté, on se prépare pour un grand étripage...

Une question qui revient dans la bouche de tout le monde à l’épuisement des 188 jours de la présidence usurpée de Bena Mpuka, est-ce que, cette alliance entre Félix Tshilombo alias Bizumungu et son jumeau Vital Kamerhe rwandais naturalisé congolais tiendra ?

Les spéculations vont bon train sur nécessité de voir le nouveau locataire de la présidence de la République, de se débarrasser rapidement de son boulet qu’il traine partout, celui qui joue le rôle de son Dircab ?

La répartition de poste n’a rien arrangé sur la relation exécrable qui persiste déjà à la Cité de l’UA. L’UNC dans son droit le plus légitimité et au regard de leur accord, réclame 50 % de postes, UDPS dit non...

Le deal de Nairobi renferme plusieurs secrets, l’un le plus important serait la primature qui devrait revenir à Vital Kamerhe qui se croyait déjà 1er ministre du gouvernement félixien.

Lorsque Albert Yuma avait été pressenti comme étant le prochain gardien du temple de l’exécutif, le directeur du Cabinet grinçait les dents au risque même de peter ses mâchoires de colère.

Il a été sauvé par l’arbitrage des américains qui avaient demandé avec insistance à Félix Tshilombo de mettre son véto sur celui que l’administration américaine n’en voulait pas.

Sauvé par l’Oncle Sam, les dés n’étaient pas encore jetés, mais un autre jeu de dés pipés était dans la poche de son complice, que je tiens à vous faire savoir ici, qu’il ne tient jamais sa parole.

Vital Kamerhe multipliera ses pressions à l’endroit du président nommé qui de son côté a aussi, la pression de son partenaire direct, l’imposteur Joseph Kabila.

Une seule chose que Vital Kamerhe se souvient, c’est Nairobi et martèle nuit et jour.

Lorsqu’il avait la parole devant les médias du haut de son costume bleu avec son éternel cravate qui symbolisait son parti, il dira :

« Je me désiste en faveur de Félix Tshisekedi parce que c’est le ticket que toute la RDC attendait.

Félix et moi, nous sommes comme des jumeaux c’est pourquoi nous avons décidé d’unir nos forces pour faire avancer notre pays. » a-t-il déclaré.

Comme étant des vrais jumeaux, l’un ne peut pas gruger l’autre, on avancera vers la fratricide tout planifié.

Vital Kamerhe s’engageait donc à soutenir Félix Tshisekedi comme candidat commun de l’opposition à la présidentielle de décembre 2018.

En cas de victoire, le poste de premier ministre reviendrait au président de l’Union pour la Nation Congolaise, UNC.

Vital Kamerhe en petit malin brandit à chacun instant ledit accord que Félix Tshilombo, le lacère à chaque fois, qu’il en a l’occasion et se réduit aujourd’hui en lambeaux.

Pour cause, il s’organise pour tirer profit de ce cabinet qui deviendra son tiroir-caisse avec les débordements observés dans le chef du directeur de cabinet. Il deviendra riche à un temps record !

Il se lancera sans scrupule dans le népotisme, à la malversation, aux trafics d’influence, et surtout à l’enrichissement illicite avec montre à la main, puisque le temps jouait contre sa personne et son poste.

Le président nommé courroucé, donnera l’ordre de n’est plus prendre en compte les décisions, où encore les recommandations venant du Dircab.

Satisfaction pour les uns, frustration pour les autres. Sans oublier, deux camps d’ennemis se sont créés dans la chambre et anti-chambre du pouvoir. 

La proche ceinture de Félix n’étant plus en odeur de sainteté avec le clan de Vital Kamerhe, contrecarre toutes actions de leur « Dircab encombrant », un fin jouisseur qui n’a plus de pouvoir.

La guerre entre ces deux camps, s’est retrouvée sur les réseaux sociaux, où tristement les secrets de la république sont jetés en pâture, montrant par ailleurs, l’immaturité politique régnant à la Cité de l’Union Africaine.

Le coup de butoir sur la tête de Vital Kamerhe, arrivera lorsque le nouveau chef du gouvernement, monsieur Sylvestre Ilunga Ilunkamba sera désigné le 20 mai 2019, non par Félix Tshilombo, mais en étant contraint par un second accord (deal) signé entre lui et Joseph Kabila.

Un deal qui efface celui qui a été établi à Nairobi, qui d’ailleurs, son contenu est publié, et relayé par les médias.

LIRE LA SUITE SUR FACEBOOK

https://www.facebook.com/roger.bongos.3/posts/2266006990178458

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.