ROGER BONGOS
Rédacteur en chef " Afrique Rédaction " actualité, actualité africaine, RDC, Magazine en linge, traitant l'actualité africaine en continu...
Abonné·e de Mediapart

189 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 déc. 2017

RDC: la primature joue le jeu de la “Kabilie” et torpille l’opposition

La navette, surtout le cirque qui se joue entre la majorité présidentielle et ladite opposition n’est que le résultat d’une longue traversée impérieuse du mobutisme de la deuxième république bananière du Zaïre et celle qui devient, une république d’occupation avec ceux qui sont venus d’ailleurs avec des bottes de jardinier, semant la terreur et une dose parcimoniale de la corruption bien inoculée

ROGER BONGOS
Rédacteur en chef " Afrique Rédaction " actualité, actualité africaine, RDC, Magazine en linge, traitant l'actualité africaine en continu...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsqu’on mange avec le diable même avec la longue cuillère, tu risques de te bruler les doigts, me dit-on.

La navette incessante et laborieux, surtout le cirque qui se joue entre la majorité présidentielle et ladite opposition n’est que le résultat d’une longue traversée impérieuse du mobutisme de la deuxième république bananière du Zaïre et celle qui devient, une république d’occupation avec ceux qui sont venus d’ailleurs avec des bottes de jardinier, semant la terreur et une dose parcimoniale de corruption bien inoculée au sein de la société congolaise, victime de sa cupidité et ventripotence.

Un peuple tenu par ces miettes que l’occupant, pilleur qui leur verse du haut de son building construit avec le sang maculé, des vies fauchées dans l’Est de la RDC, où au dernières nouvelles, une meute de loups affamés ne veulent pas se lâcher prise de leur os qui commencer à manquer de la chair, par le fait d’une résistance farouche. L’action de ceux qui luttent durant à présent deux décennies, toute une génération, contre cette occupation qui porterait atteinte à l’intégrité d’une Nation-Etat, qui est la RDC, tire vers sa fin.

Beaucoup se réjouissaient en apprenant la mort d’une quinzaine des casques bleus tombés dans l’Est de la RDC, tout en fustigeant les présumées collisions de la Monusco et les ennemis de la RDC.

Les Nations unies ont subi leur « pire attaque » de ces 24 dernières années jeudi dernier en République démocratique du Congo, où 15 Casques bleus ont été tués dans l’est, lors d’un assaut attribué au « groupe armé ougandais musulman ADF ».

La grande inquiétude se situe non seulement sur le camouflet infligé à la plus grande force d’interposition stationnée en RDC avec plus 21 000 hommes, fonctionnaires des Nations Unies y compris. Mais les craintes se mesurent à un autre niveau, loin de la réalité de cette guerre de basse intensité imposée à la Nation de Kimpa-Vita…

Si la MONUSCO a été humiliée par ADF (rebelles ougandais) instrumentés par le régime de Kaguta Museveni en complicité avec celui qui porte frauduleuse le nom de Joseph KABILA, alors que sera le sort des populations de la zone de conflit ?

Le grand stratège Zbigniew Brzeziński, l’auteur du livre qui a fait grand bruit, que je vous recommande d’ailleurs: «Le grand échiquier», disait, je cite : “Lorsque les Etats-Unis, ou les multinationales veulent atteindre leur but, la vie humaine n’a aucun sens, encore moins, les 15 malheureux (nègres) casques bleus tanzaniens sacrifiés pour la cause“.

L’ancienne secrétaire d’Etat américaine, Madeleine Albright, un pur jus de l’administration Clinton, un président qui a œuvré dans l’Est de la RDC avec Amercan-Field, afin que le Congo soit saucissonné, disait lors d’une interview avec un journaliste de CNN : “il était nécessaire de renverser le régime de Saddam Hussein, même si les dégâts collatéraux ont emporté plus de 500 000 enfants, faisant plus de 2,5 millions d’individus tués“. Je tiens à vous rappeler que les américains n’ont jamais trouvé, une quelconque arme de destruction massive. Un prétexte pour voler les ressources naturelles de ce pays embrasé et exsangue…

Et lorsqu’on on magnifie ce discours de l’attaque perpétrée par ces rebelles de circonstance qui n’attaque pas l’Ouganda encore moins le Rwanda, qu’attendez-vous de la réaction des Etats-Unis pour ce qui se passe dans la région des grands Lacs ? Les intérêts mercantiles passent avant, les considérations bassement humaines et sociétales.

Nous devions nous prendre en charge, comme disait dans sa folie, un homme qui n’a pas encore ses obsèques nationales de par sa trahison et également de la trahison de son fils qui sillonne des capitales occidentales et africaines pour plaider sa cause, d’aller s’asseoir à la place de Bruno Tshibala le fourbe et incompétent qui mange dans la main de l’occupant qui clochardise sa population. Un tartufe inconstant de la politique ! Que puis-je dire aujourd’hui, l’UDPS est-il, la machine à fabriquer les traitres et transfuges ?

Rappelez-vous le dernier rapport pondu avec minutie par l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch (ONGI) qui s’est donné pour mission de défendre les droits de l’homme et le respect de la déclaration universelle que, l’occupant et “incapacitaire”, celui qui porte le nom de Joseph KABILA par usurpation s’est payé le service des mercenaires rwandais du M23 pour réprimer dans le sang les manifestations en 2016 in fine, de se maintenir coûte que coûte au pouvoir, tout en défiant le peuple congolais qui au demeurant, l’a vomi…

La situation qui prévaut dans l’Est de la RDC est d’une extrême gravite et les populations qui subissent, matin, midi et soir, les exactions de ces fous alliés, voient ce que la Monusco qui a été désacralisée recevoir une déculottée. A quel saint vont-ils se confier ?

Ils vont simplement déserter la zone où nos voisins, multinationales lorgnent sur les ressources naturelles incommensurables et trouvent une véritable aubaine pour (leur visée) , le repeuplement planifié de la zone par ceux qui veulent le morcellement de la RDC. L’autodéterminions joue à la faveur du Rwanda et de l’Ouganda qui jouent également la montre. Deux ou trois générations, ces populations deviendront majoritaires et le Congo sera soumis à une dure réalité, où d’ailleurs, sa balkanisation est déjà économiquement effective dans la région où les gens de l’Est posent leurs regards sur deux capitales, Kigali et Kampala.

Le pion qui trône à la tête de la RDC par procuration est très actif actuellement avec le projet de loi qui vient d’être voté à l’Assemblée Nationale, par des députés godillots qui recevaient en prime pour leur sale besogne, une enveloppe de 5 000 $ par tête.  Une honte pour la Nation, une forfaiture qui mériterait qu’on place tous ces traitres à l’échafaud.

Que dit ce projet de loi controversé voté en catimini le lundi 4 décembre en l’absence des députés de l’opposition et dans un silence assourdissant des leaders d’opposition, y compris l’ombre de lui, Bruno Tshibala ?

« Cette nouvelle disposition qui prévoit un seuil de représentativité plus élevé pour être élu à l’Assemblée nationale. » Qui connaît la teneur de cette disposition, et qu’est ce qui se cache derrière cette fameuse disposition ?

« L’article 118 viole la constitution à deux égards : la constitution dit que le suffrage est universel et direct. Et quand vous lisez cet article, il y a un élément indirect qui intervient. Si vous devez introduire le seuil de représentativité surtout pour un indépendant, cela veut dire que son résultat élection dépend d’un élément qui n’est pas de la circonscription là où il se présente directement.  

Deuxième, pour un indépendant qui n’est pas membre d’un regroupement politique comment calculer son taux de représentativité lorsqu’il est candidat dans une circonscription a plusieurs sièges [à l’Assemblée nationale, NDRL]». Dixit, Henri-Thomas Lokondo…

La Majorité Présidentielle, veut contrôler tout le monde, et surtout mettre tout le monde au pas, en recrutant tous ces indépendants et partis politiques alimentaires, afin de constituer un trésor de guerre, pour afin de gagner des prochaines élections haut la main sans se soucier des éventuelles tricheries qui deviennent un peu compliquées. Résultat de courses, l’incapacitaire de Kngakati, pourra revenir en jouant comme Poutine a fait en Russie avec Dmitri Medvedev…

Pendant ce temps perdu par l’opposition, le bras cassé de Félix Tshisekedi fait son pèlerinage à Londres où les congolais ne votent même pas, afin de chercher quelques soutiens après avoir manqué son appel à la marche qui s’est soldé par un fiasco… Un leader sans stratégie aucune, dira sans sourciller, sans honte ceinturé par la police politique de la Kabilie, qu’il attendait que ses combattants ethno-tribalistes viennent pour procéder à leur procession dans les de la capitale. Quelle incurie ! “Il donne le bâton à l’ennemi pour se faire chicoter“…

Bruno Tshibala connaissant bien la famille de Tshisekedi, puisqu’il est le mari de la nièce à Maman Marthe, damera le pion à Félix Tshisekedi avec l’aide de Kabila en personne pour se faire élire par acclamation (à la l’image de la Douma), président de l’UDPS avec ses complices qui participaient à ce gigantesque mise en scène théâtrale payée par Kabila. Cette histoire fera un rire un cheval de trait qui dépasse le « Yearling » que tout ethno-tribaliste a parié sur lui…

Au final, qui sort gagnant de ces tourments de l’enfer que l’opposition vit ? C’est bien ceux qui tirent les ficelles, la Majorité présidentielle, secondée par l’élite Tutsie rwandaise qui gravite autour des toutes les institutions congolaises. Ils jouent leur va- tout !

Nos vieux sages disaient : « il ne faut pas regarder là où tu tombes, mais là où tu as commencé à glisser. »

Parlant de glissement ! Qui a permis à « Joseph Kabila » de glisser ?

Lorsque vous aurez trouver le coupable, vous résoudrez l’énigme qui entoure cette marre aux serpents, aux crabes et aux crocodiles. »

Roger BONGOS

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI