ROGER BONGOS
Rédacteur en chef " Afrique Rédaction " actualité, actualité africaine, RDC, Magazine en linge, traitant l'actualité africaine en continu...
Abonné·e de Mediapart

189 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2017

Michel Amine: la République Centrafricaine comme je la vois

Michel Amine, la République Centrafricaine comme je la vois : un député peut-il quitter son parti et continuer de rester dans l´hémicycle

ROGER BONGOS
Rédacteur en chef " Afrique Rédaction " actualité, actualité africaine, RDC, Magazine en linge, traitant l'actualité africaine en continu...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Michel Amine, président de la formation politique UNDP-RCA

Le débat sur la question qui a cours en ce moment dans le pays mérite que je me prononce sur le sujet. Il est naturellement incompréhensible que dans un pays qui donne le meilleur de lui-même pour s´essayer dans l´exercice du principe démocratique, que des députés élus sous le chapeau d´un parti politique démissionnent de leur parti pour devenir ce qu´on appelle maintenant « députés de la nation ». Les collègues Nicolas Tiangaye du CRPS et Alexandre Ferdinand Nguende du RPR en font en ce moment les frais. Un tel comportement est proche de la débauche, un péché que condamne radicalement la Bible (lire l´excellente exhortation de l´Apôtre Paul à fuir a débauche en 1 Corinthiens 6.9-20) et qui ne saurait être admis dans un pays comme le nôtre, qui a plus à faire que de se laisser distraire par les actes de ce genre.

Le principe de séparation horizontale des pouvoirs constitue en démocratie le moteur même du développement d´une nation mûre qui connaît et comprend où elle va et ce dont elle a à faire pour répondre convenablement aux besoins de sa population. La Centrafrique souffre déjà assez d´instabilités pour que, plutôt que de se mettre au travail productif, des députés se laissent courir pour servir des causes qui ne portent pas. Le comportement de certains de nos députés à l´Assemblé Nationale est loin de refléter ce qu´on attend des élus du peuple qu´ils sont, c´est-à-dire, qu´ils légifèrent dignement et conséquemment, dans l´unique but de servir le peuple qu´ils représentent et dont ils ont le devoir d´en défendre les intérêts. Nous ne devrions pas oublier que le pays reste en guerre et qu´il n´est pas utile de continuer de mettre inutilement des gens en difficulté, cause de plus de guerre et de rébellion. Les députés de notre hémicycle ne doivent pas vivre comme des affamés en quête de nourriture, au point de se laisser aller à de telles tentations d´abandon pour des raisons qu´ils sont seuls à comprendre, et qui, pour nous, n´est pas moins que de la débauche politique.

Les partis qui les ont cooptés constituent le cadre démocratique dans lequel le travail politique doit se faire. Rien ne sert de les déstabiliser au risque de courir des risques inutiles qui ne contribueraient qu´à enfoncer davantage le pays. Un député ne devrait pas être autorisé à abandonner son parti d´origine, pour servir, pendant qu´il est encore en période de législature, dans un autre parti ou même d´opter pour être indépendant. Pour autant qu´il n´a pas été élu comme indépendant, il est tenu de continuer d´œuvrer dans le cadre du parti dont il est le répondant en quelque sorte devant l´Assemblée. En démocratie moderne, une démission du parti pour lequel on a été dûment élu signifie aussi une démission de l´hémicycle, ce qui appelle de toute évidence à son remplacement par le suppléant.

Le nouveau règlement récemment voté qui fait des députés démissionnaires des « élus de la nation » dans le but de les maintenir (pour certainement s´en servir à des fins politiciennes) dans l´hémicycle, revient à semer davantage de trouble dans un pays déjà fortement secoué par l´instabilité et la guerre. Le sentiment de trahison qui anime les collègues Tiangaye et Nguende est donc justifié. J´en appelle ici à la reprise de conscience des députés démissionnaires de ces partis amis, qui sont autorisés à revenir à la maison-mère, à l´image du retour du fils prodigue dont nous raconte la Bible en Luc 15, signe de paix dans une Centrafrique déjà suffisamment touchée. A qui cela profiterait-il que des gens soient poussés à bout ? A qui cela profiterait-il qu´il y ait plus d´ennuis dans notre pays, comme si l´état actuel de notre nation n´était pas déjà suffisamment préoccupant ?

C´est le lieu ici d´interpeller le pouvoir de Mr Touadéra à comprendre qu´en démocratie, la contradiction est la clé de succès du développement d´un pays. Les idées et débats contradictoires aboutissant à des consensus positifs, tirent une nation vers le haut. Le pouvoir en place doit donc faire preuve de maturité pour s´élever tant soit peu au niveau réel de l´exercice du pouvoir, qui en respectant le pouvoir législatif, qui constitue au fond un pouvoir à part, admet la contradiction et cherche des voies de consensus pour avancer, tout en respectant le principe démocratique qui sous-tend tout débat en Assemblée.

Pour que vive la démocratie dans notre pays.

Votre serviteur et frère,

Amine Michel,

Président-Fondateur de l´Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP)

En République Centrafricaine

Ce 15 Novembre 2017

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai