RDC: le jour se lève et on reprend du poil de la bête et on continue le combat

Le jour se lève un bon dimanche et on reprend du poil de la bête et on continue le combat...Un combat pour la vraie libération du Congo confisqué par une clique de demeurés qui ont vendu ce beau pays à l'occupant, sans se soucier du devenir du souverain primaire.

50927988-2034656776649246-1402161308652011520-n

Le jour se lève un bon dimanche et on reprend du poil de la bête et on continue le combat...

Un combat pour la vraie libération du Congo confisqué par une clique de demeurés qui ont vendu ce beau pays à l'occupant, sans se soucier du devenir du souverain primaire.

On a pas encore dit notre dernier mot. Je vous donne rendez-vous pour les grands moments de l'histoire. Et nous sommes à la porte de ce dénouement.

On ramasse dans des rivières dans toute l'étendue du territoire, des plis nos ouverts de la CENI, on trouve cette situation apocalyptique normale.

On déclare les résultats provisoires à la présidentielle nuitamment, et cela n'étonne personne.

On coupe l'Internet durant 14 jours pour donner un résultat qui devrait satisfaire tout le monde, rien de tout ça et on nomme un intrus, un pantin qui va leur servir.

La joie devrait être euphorie nationale, non, une clique de talibans et ethnotribalistes ont festoyé devant l'hôtel Béatrice, pour saluer "élection" de leur mouton de Panurge.

Et l'entière majorité de la population se résigne dans la colère et la révolte silencieuse.

Cette escroquerie qui n'aura qu'une seule issue, la révolte populaire et s'il faut prendre les armes pour défendre la souveraineté du Congo, on le fera, puisque la constitution avec son article 64, nous édifie à ce sujet.

Ce que les ivoiriens ont vécu, ne sera pas semblable à ce que les Congolais vivront en RDC.

De fait, le pays est partitionné ethniquement, et c'est une réalité. Il y a qu'un seul gagnant dans cette cabale contre le Congo, l'imposteur Joseph Kabila qui se croit au dessus de tout. Son sort, sera celui de Samuel Doé.

Nous affutons, moi et Freddy Mulongo, nos armes et la chute sera difficile pour les ennemis de la Nation.

Je dis et j'insiste que le voleur de voix Félix Tshilombo Escariot Bizimungu ne dirigera pas ce pays et ne sera pas mon président. C'est une promesse faite et elle sera tenue.

Ce combat, mon combat est un hommage que je rends à la mémoire de mon père qui a combattu la dictature de Mobutu au moment de sa grande gloire et il en est mort.

Celui que je mène, est pour ma progéniture, votre avenir et celui de vos enfants. L'histoire ne se trompe pas et reconnaîtra mon patriotisme. J'en suis convaincu.

Le combat n'est pas une partie de plaisir, mais il faut être déterminé et patience en ayant le sens du devoir patriotique.

Un proverbe dit :" La mort est honteuse dans la fuite, glorieuse dans la victoire. "

Et "La victoire la plus rare et la honorable est celle qui se remporte sur l'égoïsme." Fin de citation !

Roger BONGOS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.