Le cauchemar s’appelle Félix Tshilombo, qui ne mérite pas le nom de Tshisekedi.

Le cauchemar s’appelle Félix Tshilombo, qui ne mérite pas le nom de Tshisekedi... Étienne Tshisekedi qui avait l’art de parler et le sens de la répartie. Je me suis réveillé avec des maux de tête pas possible en faisant toute la nuit, le cauchemar sur l’intervention de Félix Tshilombo sur la Radio TopCongo.

Félix Tshisekedi, capture d'écran de son émission sur TopCongo Félix Tshisekedi, capture d'écran de son émission sur TopCongo

Le cauchemar s’appelle Félix Tshilombo, qui ne mérite pas le nom de Tshisekedi... Étienne Tshisekedi qui avait l’art de parler et le sens de la répartie.

Je me suis réveillé avec des maux de tête pas possible en faisant toute la nuit, le cauchemar sur l’intervention de Félix Tshilombo sur la Radio TopCongo. Celui qui veut que son destin soit dans des bonnes mains doit absolument visionner l’interview de celui qui part hasardeusement vers l’inconnu en fricotant avec l’absurdité. Et veut égaler, ceux qui n’ont pas été à la politique par héritage politique en faisant un hold-up nuitamment, afin de récupérer un parti politique qui devient tribal et source d’enrichissement illicite et personnel.

A la question du journaliste de TopCongo : « Que va-t-il se passer si vous êtes élu au soir du 30 décembre à la présidence de la république? »

Félix Tshilombo répond avec un mauvais français sans respect des accords grammaticaux, à la lumière de son cursus :

« Je ferme tous les cachots de la république, tous ces cachots là, ANR, DEMIAP, là où, ils en ferment nos compatriotes injustement’ arbitrairement. Le premier jour, on ferme tout ça...Ça déjà, l’une des premières mesures... ».

Le journaliste qui reste sur sa faim, l’aide à aller plus loin au regard de son insuffisance en actionnant l’adverbe : ensuite ?

Je tiens à vous préciser que cet adverbe est utilisé, pour exprimer l’insatisfaction et l’attente d’autre chose, et on peut également dire : « mais encore ! ».

Félix Tshilombo, dit au journaliste : il « faudra venir vivre avec moi, pour voir.... » ( une phrase incomplète qui démontre, la difficulté de construire une phrase complète suivie d’une argumentation).

Il s’enfonce en rajoutant : « vous savez quand on est pas encore aux affaires, il y a des choses qu’on ne connaît pas, il y’a des choses qu’on découvrira, je ne suis pas quelqu’un qui va, vous rencontrer des histoires ici »...Un français de Nganda à Matonge à Bruxelles !

Cela prouve que cet individu n’a jamais occupé un poste de responsabilité et ne sais pas quelle est première chose qu’on fait lorsqu’on est investi des grandes responsabilités dans une institution ou entreprise, et surtout, les premiers choses à réaliser dans ses 100 premiers jours de sa fonction. Je tiens à vous rappeler ici, la fonction présidentielle, correspond à une la fonction d’un PDG ou gérant d’une entreprise.

Cela démontre également que cet individu navigue à vue sans conseiller et encore moins sans un programme. Raison pour laquelle, il a refusé le débat démocratiquement réclamé par le soldat du peuple, Martin Fayulu, qui a fait montre d’un grand professionnalisme avec son projet de société qui comporte 15 pages avec ses axes d’actions immédiates.

Chacun de nous, devrait visionner l’interview de Félix Tshilombo avant de mettre son bulletin dans l’urne, et cela y va de notre destin et celle de notre progéniture.

Nous avons en face de nous, une véritable imposture et je donne raison à son défunt père qui avait observé l’incurie de son incapacitaire de fils. Il laissera un testament non respecté, qui désignera comme son unique successeur, Valentin Mubake, n’en déplaise à ceux qui auront, un pincement au cœur de cette vraie vérité et aux ethno-tribalismes-talibans qui ont une seule arme, une seule religion, les insultes caractérisées qui montre à la face du monde, leur incurie et insuffisance patentes.

Je n’ai pas eu la force intellectuelle d’aller jusqu’au bout de cette interview, mais ceux qui ont vécu ce calvaire jusqu’à la fin, peuvent nous apporter leur commentaire et observation, et je ne suis pas avare, de vos impressions dans un esprit d’équité et démocratique.

Voir l'extrait de son interview

https://www.facebook.com/roger.bongos.3/videos/1910644232381404/

 

Roger Bongos

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.