Fally Ipupa: le bilan de la soirée de son concert du 28 février 2020

Fally Ipupa s’est produit mais à quel prix ? Le prix d’une tribune offerte aux activistes, combattants et résistants congolais qui ont vu, toute la grosse machinerie de la presse mondiale braquer ses projecteurs sur le Congo, via l’action de ces vaillants combattants.

le-concerte-de-fally-a-bercy-le-28-fevrier-2020

Une action historique quoiqu’on déplore le travestissent de l’action de combattants. A chaque chose malheur est bon !

Fally Ipupa s’est produit mais à quel prix ?

Le prix d’une tribune offerte aux activistes, combattants et résistants congolais qui ont vu, toute la grosse machinerie de la presse mondiale braquer ses projecteurs sur le Congo, via l’action de ces vaillants combattants.

Fally Ipupa sur son mur dit sans scrupule qu’il est la méga-star en publiant quelques extraits récupérés sur Yahoo et Google en ce qui concerne l’impact médiatique des graves incidents survenus en marge de son concert.

Ce qu’il oublie, en aucun moment ces médias ont parlé de sa musique encore moins de la culture congolaise, mais plutôt des revendications des combattants et résistants congolais...

Au delà même de certaines considérations d’ordre morale, mais l’impact a été mesuré au niveau de la revue de presse internationale...

Quel aubaine pour le combat pour la libération véritable de la RDC.

La finalité de ce boycott du concert de l’artiste congolais au renommée internationale, le curseur s’est placé là où il devrait être, à l’occurrence sur les cas multiples des viols, des massacres planifiés et les pillages systématiques des richesses perpétrés en RDC où on dénombre plus de 10 millions de morts.
Qui n’est plus au courant de ce qui se passe au Congo ?

Même l’excellent Dr Denis Mukwege n’a pas fait mieux lorsqu’il était consacré Prix Nobel de la Paix. Il n’a pas eu les premières pages des médias, contrairement à l’action des vaillants combattants congolais.

Une victoire, puisque la presse dans son ensemble en France, les médias internationaux désignent directement ou indirectement Paul Kagame comme étant le bourreau d’un peuple esseulé qui subit l’invraisemblance tuerie depuis décennies au vu et au su de tout le monde.

On a voulu étouffer la lumière sous la couverture, ils se trouvent envahis par les projecteurs qui viennent de les éblouir...

Tel est pris qui croyait prendre !!!

Une victoire inespérée que tous ces activistes tirent profit aujourd’hui en capitalisant les retombées politiques et médiatiques de cette journée historiquement et inoubliable pour les deux camps, me dit-on.

Les uns disent qu’ils ont bravé cette interdiction en faisant jouer Fally Ipupa qui d’ailleurs a été sponsorisé par le Rwanda et le pouvoir usurpée de l’inconscient de Félix Tshilombo et les autres se frottent les mains en disant qu’ils ont réussi un coup de pub magistral sur la situation qui prévaut en RDC où les médias internationaux avaient détourné sciemment leurs projecteurs sur le génocide et pillages systématiques des richesses de la RDC.

Les retombées politiques sont considérables avec l’interprétation prochaine du gouvernement à l’Assemblée Nationale où le premier ministre pour la première fois sur l’histoire du combat devrait s’exprimer et s’expliquer.

Au delà de cette action, la toile a été ébranlée par les déclarations des leaders politiques français.

La France politique fonctionne depuis sa révolution ( révolution française) avec l’apport et la pression de l’opinion publique.

Celle-ci vient d’initier une pétition demandant le limogeage du préfet qui n’a pas mesuré l’étendue du dégât que ce concert pouvait occasionner. Qui d’ailleurs, en prélude avait agité les réseaux sociaux avec des menaces lancées de parts et d’autres en étant pour ou contre ce dit concert qui ne véhicule en aucun cas, la culture congolaise.

Un prétexte avancé pour revenir aux périodes où la dépravation de mœurs était au sommet lorsque ces musiciens congolais se produisaient en Europe avec comme conséquences, les grossesses juvéniles, le délaissement des études et plus grave, la dépravation de mœurs.

Dans les prochains jours, les effets collatéraux se feront sentir avec en prime, la démission où le limogeage du préfet de Paris qui malheureusement à son tour est parfaite victime de la Realpolik où il devrait satisfaire les intérêts occultes de la France et Rwanda qui s’articulent autour des richesses naturelles de la RDC pillées en complicité avec des acteurs politiques congolais qui ne sont que simples exécutants. Des véritables petites marionnettes.

On apprendra que les assureurs en appui avec les commerçants et l’état se retourneront contre l’organisateur de ce concert, afin de payer les dommages occasionnés lors de cette journée historique pour le combat de la diaspora congolaise.

D’après les indiscrétions de la Place Beauvau dans le 8ème arrondissement, au ministère de l’intérieur, le Ministère d’Etat Monsieur Christophe Castaner très macroniste fragilisé déjà avec cette affaire de gilets jaunes, avait tweeté dans les premières heures de ces graves incidents, décide d’interdire tout prochain concert qui serait susceptible de troubler l’ordre public.

Werrason, Koffy, Wazekwa devraient en prendre la graine.

Alors, la victoire se trouve dans quel camp ?

Roger Bongos

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.