Barbara Henry-Lassus bientôt productrice associée de Baril

Financière internationale qui bénéficie d'une solide réputation, Barbara Henry Lassus réalise un rêve en devenant productrice associée de Baril. Elle possède la surface financière capable de produire des films et séries, notamment aux Etats-Unis ou elle compte bien s'imposer en coproduisant des films.

Après plus d'une année de crise sanitaire qui a ralentit considérablement la mise en production de son prochain film "Elliot"  Franck Phelizon a proposé à Barbara Henry Lassus d'intégrer sa société en qualité de productrice associée.  Séduite par l'audace du réalisateur et ses idées novatrices, elle a accepté. Pour le réalisateur, l'arrivée de Barbara va permettre à Baril de produire des projets que nous déciderons en commun. Paranormal Investigation nous a ouvert des portes et nous allons avancer ensemble avec Barbara, souligne Franck Phelizon. 

Que devient PARANORMAL INVESTIGATION ?

Deux ans après la programmation de Paranormal Investigation, le succès est toujours au rendez-vous.

Un an avant sa diffusion sur Netflix, le succès avait pris tout le monde par surprise.  Présenté aux professionnels du cinéma et honoré à Cannes en mai 2018, le film « Paranormal investigation », du réalisateur Franck Phelizon, a depuis séduit dans le monde entier.

« C'est la productrice canadienne Marie-Claude Poulin qui, la première, a évoqué l'idée d'une diffusion sur Netflix, et qui nous avait mis en relation avec eux, se souvient Franck Phelizon. Au départ, la distribution était cantonnée à la France, mais en décembre 2018, je signe le contrat avec le géant américain avec une diffusion généralisée à 244 pays et sous-titré en 26 langues ! »

Carton immédiat : ce found footage — sous-genre du cinéma d'horreur mêlant documentaire et fiction, et popularisé par des films comme « Le projet Blair witch » ou « Paranormal activity »— reste durant plusieurs semaines parmi les « plus gros succès » de Netflix. « La plate-forme refuse de communiquer des chiffres précis, indique Franck Phelizon. Mais ce qui est sûr, c'est que l’acteur Andrei Indreies, qui interprète le célèbre investigateur dans le film, a reçu et reçoit encore deux après des lettres de fans et des demandes en mariage de femmes du monde entier. »

 Paranormal Investigation devrait séduire le public Chinois. Les contacts ont repris après la crise sanitaire. Netflix ne détient pas de droits en Chine. Franck Phelizon est confiant.

Auteur de KickBack (2015), premier film français de « e-cinéma », Franck Phelizon est un précurseur qui joue avec les nouvelles technologies. Il savait déjà en 2015 que son public n’avait plus besoin de se rendre en salle pour visionner ses films. Car qu’y a-t-il de plus effrayant que de visionner chez soi, dans un espace a priori protégé, un film d’épouvante ? Franck Phelizon connait bien le public des films de fantômes : Un public jeune, aguerri aux nouvelles technologies, et qui connait la dramaturgie des films YouTube. La plateforme étant devenue avec le temps le terrain de jeu des chasseurs de fantômes.

Résultat, devant Paranormal investigation, le spectateur a l’impression d’être immergé dans un vrai film amateur. Et la technique du found footage fonctionne à plein tube. Elle permet un effet de réel si saisissant qu’elle provoque parfois chez certains spectateurs des symptômes physiques : la « cinétose », la maladie de la simulation, qui touche également les personnes qui jouent aux jeux vidéo ou qui utilisent des simulateurs. Des symptômes qui ne devraient pas s’arranger avec la généralisation de la réalité augmentée.

Pour l'heure, on attend avec impatience le prochain opus de Franck Phelizon "Elliot " à destination de Netflix, co produit par Barbara Henry Lassus et dont la productrice exécutive n'est autre que la célèbre productrice canadienne Marie Claude Poulin qui avait vendu Paranormal Investigation au géant américain. « On ne change pas une équipe qui gagne » conclut Franck Phelizon.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.