Roger Evano
ex-ébéniste, auteur
Abonné·e de Mediapart

99 Billets

3 Éditions

Billet de blog 7 nov. 2017

Tariq Ramadan : quelle mouche les pique?

Que se passe t-il? Quelle agitation, soudain! François Bonnet commet un article sur "la croisade des imbéciles". La rédaction de Médiapart semble en ébullition. Il est vrai qu'à travers les révélations sur le producteur Weinstein, Denis Baupin ou Tariq Ramadan les bouches s'ouvrent: les lieux de pouvoir sont aussi ceux d'agressions sexuelles. Une révolution des moeurs est en cours

Roger Evano
ex-ébéniste, auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que se passe t-il? Quelle agitation, soudain! François Bonnet commet un article sur "la croisade des imbéciles". La rédaction de Médiapart semble en ébullition. Il est vrai qu'à travers les révélations sur le producteur Weinstein, Denis Baupin ou Tariq Ramadan les bouches s'ouvrent: les lieux de pouvoir sont aussi ceux d'agressions sexuelles. Une révolution des moeurs est en cours et je m'en félicite. Médiapart y joue son rôle et je m'en félicite également.

Tariq Ramadan ne trouve pour sa défense qu'une plainte pour diffamation et subornation de témoin contre Caroline Fourest et déclare: "Il s'agit d'une campagne de calomnies qui fédère assez limpidement mes ennemis de toujours" et son bras droit parle d'un "complot sioniste international". Cette affaire, de viols supposés, met au jour des violences sexuelles et un antisémitisme répugnant. Quand on est journaliste ou intellectuel l'aveuglement est une faute. En l'occurence l'aveuglement ne porte pas sur la vie intime de Tariq Ramadan qui peut être cachée et donc ignorée, mais sur sa politique.

Comment T.Ramadan est-il devenu au fil du temps la parole la plus écoutée de la religion musulmane en France? Les responsabilités sont nombreuses dans les médias et elles ne sont pas seulement celles d'E.Plénel ou d'E.Morin. T.Ramadan a représenté pour des journalistes le type idéal. Jeune, beau parleur, maniant la langue française avec aisance, capable de tenir tête à beaucoup de contradicteurs et de provoquer quelques polémiques, synonymes d'audience. C'était un bon client. Il est devenu au fil de ses apparitions et de ses polémiques l'icône d'une partie des musulmans en mal de repères, la figure phare d'un islam modéré. Cette apparence faisait presque oublier qu'il représentait les Frères musulmans en Europe et leur volonté de conquête du vieux continent à leurs thèses. Il faut le rappeler que l'antisémitisme est enseigné chez les Frères, que leur but est l'installation d'un califat gouverné par la loi islamique. Finie la liberté de conscience et de pensée, au rebut l'égalité des hommes et des femmes, exit la laïcité, remplacée par l'instauration d'une théocratie autoritaire règlementant tant la vie publique que la vie personnelle. Parallèllement à l'audience de son leader se développait l'UOIF, filiale de l'organisation internationale des Frères Musulmans, qui dirige un cartel d'environ 400 associations en France et de nombreuses mosquées.

Pendant deux décennies, des médias ignorants ou inconscients ont permis que se développe ce courant islamique dit "modéré" alors que d'autres auteurs, opposés à leur propagande, n'avaient pas les mêmes tribunes . C'est le reproche que l'on peut faire à E.Plénel, à E.Morin et à beaucoup d'autres, d'avoir participé à mettre au devant de la scène de la deuxième religion de France un type qui, avec habileté, maquillait ses objectifs pour ne pas affronter les valeurs qui fondent notre pays. De nombreux autres intellectuels musulmans restaient ignorés. L'on peut se demander pourquoi ils n'ont pas eu de débats ou de livres d'entretiens avec A. Meddeb (de son vivant), avec A. Bidar, ou F.Benslama sans parler de K.Daoud, M. Sifaoui, G.Bencheikh, S.Rushdie, D.Benhabib, Adonis et tant d'autres?. La seule réponse tient au fossé politique séparant les protagonistes. Pour T.Ramadan et les Frères musulmans l'objectif est une société régie par la loi islamique, tous les autres se donnent pour but de réformer l'islam pour qu'il soit compatible avec les libertés d'une société démocratique. Tous sont critiques de l'intégrisme musulman, de ses dérives djihadistes, de ses volontés hégémoniques. "Tu ne peux plus reculer, tu ne peux plus faire moins que tout cela. Tu ne peux plus faire moins que ta révolution la plus complète. En te débarassant méthodiquement de toutes les métastases de ton cancer religieux qui menace ta civilisation tout entière : fondamentalisme, intégrisme, radicalisme, antisémitisme, machisme, littéralisme, et tous les autres "ismes" de l'obscurantisme dont tu souffres aujourd'hui.." (Abdennour Bidar "Lettre ouverte au monde musulman" p.23). Ces paroles sont celles de musulmans dénoncés parfois comme " traitres à leur origine" (Vincent Geisser) ou à leur religion et sans craindre le ridicule, comme islamophobes.

Vous, les intellectuels et journalistes qui privilégiez les contacts avec Tariq Ramadan et sa mouvance, vous n'êtes pas devenus complices de viols. Mais vous êtes coupables d'avoir participé à la création de ce personnage et donné les couleurs de démocrate à quelqu'un qui ne l'est pas. Tariq Ramadan en compagnie d' E.Plénel ou d' E.Morin est plus présentable qu'aux côtés de Al-Qaradawi présentateur vedette de la chaine Al-Jazeera. Sur Canal+ Edwy Plénel a dit en 2015 qu'il n'avait "aucune divergence de fond avec lui (Tariq Ramadan)".

Un autre de mes désaccords tient au fait qu'après le massacre des onze journalistes de Charlie Hebdo, des policiers et des trois juifs de l'hyper cacher, votre protestation publique porta sur le thème de "l'islamophobie" et E.Plénel a participé à une conférence avec Tariq Ramadan. J'aurais préféré une conférence avec les rescapés du massacre et ceux que menacent les intégristes. Avec le recul, l'on peut mesurer l'énormité de la chose. Rokhaya Diallo qui avait été à l'initiative d'une pétition contre Charlie Hebdo, après l'incendie de ses locaux lors d'un premier attentat en 2011 fut même recruté par Médiapart. Il est des erreurs dont on doit s'expliquer.

Une des cibles de vos attaques systématiques est celle qui nous informe depuis longtemps sur les pratiques et la stratégie de T.Ramadan. Je veux parler de Caroline Fourest. Elle est devenue, grâce à un travail de sape auquel vous prenez part, le diable en personne. Ses rencontres publiques sont attaquées, elle est menacée de mort et de viol. Elle doit vivre sous protection policière. C'est le cas également de Mohamed Sifaoui ou de Salman Rushdie. Kamel Daoud est sous le coup d'une fatwa qui le condamne à mort. Les journalistes de Charlie Hebdo et de Marianne reçoivent à nouveau des menaces de mort. Seuls ceux qui ont la mémoire courte trouveront ces menaces peu crédibles. Il est injustifiable de les tolérer sous prétexte de désaccords (même légitimes) avec ces écrivains, journalistes ou dessinateurs. Je le dis avec gravité, nous nous devons d'être à leurs côtés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP