Roland RICHA
Abonné·e de Mediapart

1217 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2022

Tentative d’éviction d’une famille palestinienne: la police israélienne se retire

La police israélienne, qui tentait depuis lundi d’expulser une famille palestinienne de sa maison à Jérusalem-Est occupé et annexé par l’Etat hébreu, a dû faire marche arrière mardi, plusieurs des habitants menaçant de s’immoler, a appris l’AFP auprès de proches.

Roland RICHA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 La police israélienne, qui tentait depuis lundi d’expulser une famille palestinienne de sa maison à Jérusalem-Est occupé et annexé par l’Etat hébreu, a dû faire marche arrière mardi, plusieurs des habitants menaçant de s’immoler, a appris l’AFP auprès de proches.
La famille Salhiya est menacée d’éviction depuis 2017, le terrain sur lequel se trouve la maison familiale à Cheikh Jarrah ayant été alloué pour la construction d’une école, dans ce quartier du secteur palestinien de Jérusalem.
En mai, des manifestations de soutien à des familles palestiniennes menacées d’expulsion à Cheikh Jarrah avaient dégénéré en heurts avec la police et des colons israéliens, prémices d’une nouvelle flambée de violences meurtrières entre Israël et la bande de Gaza.
Lundi, peu après l’arrivée de policiers israéliens pour tenter d’exécuter l’ordre d’expulsion, des membres de la famille Salhiya se sont retranchés avec un baril d’essence sur le toit de leur maison, menaçant de s’immoler s’ils sont forcés de quitter les lieux.
Des enfants de la famille Salhiya étaient toujours retranchés sur le toit mardi quand les forces de l’ordre se sont retirées de Cheikh Jarrah, a affirmé à l’AFP leur père, Mahmoud.
Selon lui, aucun accord n’a été conclu avec la police, mais les avocats de la famille ont déposé mardi une requête auprès de la Cour suprême pour annuler l’ordre d’expulsion.
De son côté, la municipalité israélienne de Jérusalem a réaffirmé mardi à l’AFP son intention d’exécuter l’ordre d’évacuation, conformément à une décision de justice, accusant la famille Salhiya d’occuper « illégalement » les lieux.
Des dizaines de personnes ont organisé des veillées autour de feux de camp à proximité de la maison des Salhiya, selon un journaliste de l’AFP.
En soirée, un porte-parole de la police israélienne a affirmé à l’AFP que des Palestiniens ont lancé des pierres sur des membres des forces de l’ordre qui passaient dans le quartier. Des grenades assourdissantes ont été utilisées pour les disperser, sans faire de blessés, a indiqué la même source.
A Jérusalem-Est, des centaines de familles palestiniennes présentes depuis des décennies sont confrontées à des ordres d’expulsion au profit de colons juifs. Sept familles ont déjà fait appel à la Cour suprême contre des avis d’expulsion.
Quelque 210.000 Israéliens sont installés à Jérusalem-Est dans des colonies illégales au regard du droit international, alors que les Palestiniens revendiquent le secteur comme la capitale de leur futur Etat.
D’après la loi israélienne, si des juifs peuvent prouver que leur famille vivait à Jérusalem-Est avant la guerre de 1948 et la création d’Israël, ils peuvent demander à ce que leur soit rendu leur « droit de propriété ».
Une telle loi n’existe toutefois pas pour les Palestiniens ayant perdu leurs biens pendant la guerre. Et les familles palestiniennes assurent avoir légalement acheté leurs propriétés aux autorités jordaniennes, qui ont contrôlé Jérusalem-Est de 1948 à 1967.
Mais selon la maire adjointe de Jérusalem, Fleur Hassan-Nahoum, le cas des Salhiya est « une tout autre histoire ». Lors d’un point de presse, elle a accusé la famille d’utiliser illégalement un terrain qui ne lui a jamais appartenu, assurant que la municipalité l’avait acheté « à des propriétaires arabes » afin d’y construire une école pour des enfants palestiniens.


Agence France-Presse du 18 janvier 2022
Plus d'information sur https://assawra.blogspot.com/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot