Roland RICHA
Abonné·e de Mediapart

1193 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2022

"Au loup !"

Rappelons, pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas encore, Naftali Bennett est l'actuel premier ministre sioniste de l’État juif en cours de construction en Palestine occupée depuis au moins 1947 (le 29 novembre 1947, date du vote du plan de partage de la Palestine par l'Organisation des Nations unies)

Roland RICHA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rappelons, pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas encore, Naftali Bennett est l'actuel premier ministre sioniste de l’État juif en cours de construction en Palestine occupée depuis au moins 1947 (le 29 novembre 1947, date du vote du plan de partage de la Palestine par l'Organisation des Nations unies) sinon depuis 1948 (le 14 mai 1948, date de la proclamation officielle de l'indépendance de cet État).
Naftali Bennett est donc le premier personnage politique de cet État érigé par la force et contre le droit international. Cet homme, parvenu au pouvoir grâce à une coalition hétéroclite mais fidèle dans son programme à toutes celles qui l'ont précédée, à savoir son opposition ferme et absolue à toute action visant à mettre en difficulté le régime d'apartheid qui caractérise l’État du soi-disant "peuple juif".
S'agissant toute action de ce type, Naftali Bennett ne sait plus où donner de la tête au point de perdre le nord.
En effet, dès l'ouverture de la réunion hebdomadaire de son cabinet de ce dimanche 23 janvier 2022, Bennett déclare que son gouvernement approuve l'allocation d'autres ressources pour combattre le BDS (le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions contre Israël), considérant que "l'antisémitisme à notre époque change de forme."
Cette n-ième déclaration tonitruante et mensongère d'un dirigeant sioniste à propos de la campagne mondiale BDS initiée par les composantes de la société civile Palestinienne me rappela une petite fable qu'on m'avait apprise à mon plus jeune âge. Sauf que ce n'est pas cette version-ci que je vous propose d'écouter mais celle de Tony Ross écrite en 1985.
Leçon à retenir: "A force de conjuguer l'antisémitisme à tous les temps, comme le font les dirigeants sionistes et leurs soutiens à travers le monde, ce réel danger risque de perdre toute sa signification historique.". Elle vaut en premier lieu à tous les membres de la communauté juive, de toutes nationalités, que la propagande sioniste cherche à fourvoyer.
Restons donc vigilants et vive le BDS !


Par Roland RICHA
Lundi, 24 janvier 2022

Accès au document audio :
Au loup !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal
Marioupol, ville martyre
Après trois mois de résistance, le port de Marioupol est tombé le 20 mai aux mains des forces russes, marquant une victoire symbolique pour le président Vladimir Poutine. Plus de 2 400 soldats ukrainiens ont été faits prisonniers, alors que la ville est largement détruite.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées