Roland RICHA
Abonné·e de Mediapart

1166 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 janv. 2022

Être journaliste à Gaza, ou comment couvrir un conflit quand on le vit en même temps?

Les traces de la guerre en mai dernier sont encore présentes partout sur la bande de Gaza où vivent plus de 2 millions de Palestiniens. Sur place, il y a aussi tous ces journalistes gazaouis, ceux qui informent le monde les premiers, au risque de leur propre vie.

Roland RICHA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une rue du centre de Gaza, le 24 juin 2021. (Image d'illustration) Stefanie Glinski

Les traces de la guerre en mai dernier sont encore présentes partout sur la bande de Gaza où vivent plus de 2 millions de Palestiniens. Sur place, il y a aussi tous ces journalistes gazaouis, ceux qui informent le monde les premiers, au risque de leur propre vie. Comme la majorité de la population à Gaza, ils sont épuisés psychologiquement et gardent des séquelles des derniers bombardements et du stress de ces jours.
Il y a eu cette guerre, celle des 11 jours en mai dernier, où les journalistes ne quittaient pas le terrain, ne comptaient plus le temps passé dans les hôpitaux, voyaient les victimes, interviewaient les survivants. « À Gaza, être journaliste, c’est couvrir tout ça, et le vivre à la fois », raconte Hosam Salem, 32 ans, photojournaliste freelance depuis 13 ans. « Il y a aussi l’après-guerre et les difficultés quotidiennes », dit-il.
« Freelance à Gaza, vous n’avez aucune agence internationale ou média qui vous donne des gilets pare-balles ou des casques de sécurité. Alors qu’ici, c’est une zone de conflit, on en besoin pour travailler. L’autre chose, c’est le manque d’équipement à Gaza : avec le blocus israélien depuis 15 ans, il n’y a pas beaucoup d’appareils photo, pas de caméra… tout ça complique les choses.
Notre seule solution, c’est d’acheter ce que le marché de Gaza a en stock et les prix sont vraiment bien plus chers. Et évidemment, on le paie de notre poche quand on est journaliste pigiste. Et puis, le pire, évidemment, c’est qu’on a toujours en tête cette idée cauchemardesque qu’on va, un jour peut-être, devoir prendre une photo d’un ami ou de quelqu’un de notre famille décédé. »
Une peur constante, partagée chez tous ces photographes et journalistes. Car Gaza, c’est petit. « Vous connaissez beaucoup de monde », précise Sami Ajrami, 54 ans, journaliste gazaoui pour une agence italienne.
« C’est très difficile pour nous de faire le travail, car on connait les personnes, ce sont parfois des amis. Et réussir à communiquer avec ces gens, et parfois, devoir poser la question difficile, c’est très compliqué. Ça te pousse vers tes limites. L’un des moments où j’étais si nerveux, et si touché, c’était quand j’ai essayé d’interviewer quelqu'un qui avait passé sept jours en soins intensifs, et il venait de se réveiller. Je voulais l’interviewer, savoir ce qui lui était arrivé. Il avait été blessé le premier jour de la guerre. La famille de cet homme m’a dit : "S’il vous plait non ! Ne l’interviewez pas parce qu’il ne sait toujours pas que son fils a été tué et ça peut le tuer". »
À Gaza, les guerres reviennent toujours, elles font ressortir des traumatismes. L’une des filles de Sami, 17 ans, a été touchée en 2012. Elle a perdu sa main. Il sait qu’elle panique lors des bombardements, mais lui, est sur le terrain. Et il sait ce que c’est, il comprend les habitants qu’il interroge, ceux qui ont des comportements nerveux, agressifs, des yeux dans le vide. « Nous, journalistes, on est tous devenus plus au courant des symptômes post-traumatiques. »
Mais comme lui, tous continuent, avec ce même message : « Si on ne fait pas notre travail, qui s’en chargera ? »

Rfi du 29 janvier 2022
Plus d'informations sur https://assawra.blogspot.com/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart