Romain Jehanin
Avocat au Barreau de Paris / Membre du Bureau et du Collectif national de Génération.s / Conseiller municipal à Asnières-sur-Seine (92) / Ecrit parfois pour Chronik.fr sur l'actu politique et sociale
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 août 2022

Romain Jehanin
Avocat au Barreau de Paris / Membre du Bureau et du Collectif national de Génération.s / Conseiller municipal à Asnières-sur-Seine (92) / Ecrit parfois pour Chronik.fr sur l'actu politique et sociale
Abonné·e de Mediapart

Chérir, pérenniser et élargir la NUPES pour permettre l'alternance !

Alors que les universités de rentrée des différents mouvements de gauche se terminent, et que plusieurs d'entre eux sont entrés en phase de congrès, l'objectif de l'année à venir doit être clairement (ré)affirmé : il faut préserver, pérenniser et élargir la Nupes pour mener les combats indispensables pour la planète et le pays !

Romain Jehanin
Avocat au Barreau de Paris / Membre du Bureau et du Collectif national de Génération.s / Conseiller municipal à Asnières-sur-Seine (92) / Ecrit parfois pour Chronik.fr sur l'actu politique et sociale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si la Nupes a été la bonne surprise des dernières semaines, après 5 ans de division des écologistes et de la gauche qui ont profité à Macron et à l'extrême-droite, nous savons pour autant que ce nouvel espace politique est fragile.

Les prochains mois diront ainsi si la Nupes n’était qu’une coalition strictement électorale, comme certains le prétendent ou le souhaitent, ou le début d’une nouvelle séquence politique porteuse d'espoir à gauche, permettant de construire l'alternance nécessaire pour le pays.

A l’heure où certain.e.s responsables politiques commencent déjà à prioriser leur calendrier personnel ou partisan à celui de la Nupes, il semble donc crucial de rappeler que l’union de toute la gauche et des écologistes est le seul cadre permettant de construire une force suffisamment puissante pour permettre l’alternance à la macronie et constituer un rempart suffisamment solide face à l’extrême-droite.

Pour cela, la coordination et le travail des député.es élu.es sont évidemment essentiels.

Mais la Nupes ne peut et ne doit pas uniquement reposer là-dessus.

Nous le savons en effet, le jeu politique étant ce qu'il est, la Nupes reste exposée au danger des égos, aux petits jeux persos, ou, pire, aux volontés de domination et d'hégémonie bien réelles chez certain(e)s au sein des différents mouvements qui la composent.

A cet égard, l'enjeu des différents congrès à venir au sein notamment d'EELV ou du PS n'est pas négligeable, dans la mesure où ils mettront les militant.es de ces formations face à deux choix, plus ou moins assumés : chercher à conquérir une forme d'hégémonie au sein de la Nupes en rentrant dans une compétition larvée avec la FI, afin de reconstruire la gauche autour d'eux, ou participer pleinement à l'aventure Nupes, et contribuer à en faire autre chose qu'une simple coalition électorale.

Pour cela, il nous faut aussi faire vivre la Nupes pleinement, au niveau national et local.

Deux espaces/outils semblent ainsi essentiels dans le processus de développement et de pérennisation de la Nupes :

1- Le parlement Nupes, composé de représentants des différents mouvements politiques et de la société civile.

Faire vivre pleinement cette structure nous permettrait de ne pas cantonner les militant.es de gauche au rôle de simple supporters-trices de l'action des parlementaires, mais d'en faire de véritables acteurs-trices de la (re)construction d'une culture militante et d'une réflexion communes, tout en garantissant l’ouverture de la Nupes sur la société.

Alors que certaines divergences entre les différents élus/mouvements de la Nupes ont été surmédiatisées cet été, ce qui, sur le long terme, peut contribuer à nous affaiblir, le parlement Nupes pourrait permettre un travail des parlementaires, des différents représentants des mouvements, des territoires et de la société civile autour des sujets qui peuvent susciter des débats, au demeurant parfaitement légitimes, entre nous.

Plutôt que des échanges par tribunes interposées, qui ne peuvent qu'accentuer les différences, préférons le travail de fond en commun.

Faire du Parlement Nupes une véritable instance de travail et d'échange au sein de la Nupes permettrait enfin de créer du lien entre l'action des parlementaires et celle des militant.es, d'alimenter la réflexion parlementaire, et d'utiliser utilement le travail de personnalités de gauche dont les compétences sont reconnues dans tel ou tel domaine.

2- Les assemblées de la Nupes au niveau local.

Bien souvent, les militant.es locaux ont été en avance sur les directions des partis, en créant des alliances et des habitudes de travail, qui perdurent parfois depuis des années dans certains territoires.

Depuis la création de la Nupes, certains territoires ont souhaité prolonger ce processus en créant des collectifs locaux Nupes.

Cette action est très précieuse, tant elle permet de nous mettre en contact, d'apprendre à travailler ensemble, et parfois même de créer des liens forts entre militant.es localement.

Encourager la création d’assemblées locales de la Nupes est donc essentiel pour pérenniser le travail commun qui a vu le jour lors de la campagne des élections législatives.

Mieux, la création de collectifs locaux partout en France, développant sur du long terme des liens et des habitudes de travail entre des dizaines de milliers de militant.es, est la meilleure assurance-vie de la Nupes, tant il deviendra ainsi difficile de mettre à mal l'aventure démarrée en mai.

Développer ces deux espaces de production que sont le Parlement de la Nupes et les assemblées locales est ainsi urgent, car plus nous aurons d’espaces communs (organisés avec un juste équilibre, permettant à chacune des composantes de la Nupes de s’y sentir chez elle), plus nous serons liés et forts dans notre action au service de la planète et du pays.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte