Communiqué de Presse : le Dr Romain PADOVANI soutient le mouvement des gilets jaunes

Les revendications populaires pacifistes du mouvement spontané des gilets jaunes sont une nécessité de santé publique. Le docteur Romain PADOVANI, psychiatre, leur apporte son soutien le plus fort

Il est connu maintenant qu'une grande partie des pathologies physiques et psychiques sont la résultantes d'une interaction "environnement et vulnérabilité". La vulnérabilité est en chacun de nous plus ou moins forte. Elle est constitutionnelle, biologique, chimique. Certaines personnes sont très résistantes, d'autres sont très fragiles. Pour les personnes résistantes, ce sont les stress importants qui "déclenchent" le processus pathologique sous-jacent. Pour les personnes constitutionnellement fragiles, des stress plus légers peuvent déclencher une pathologie.

Il est évident que la situation de dictature et d'injustice que nous vivons à chaque instant en France constitue un stress pour le citoyen. Nous savons maintenant qu'une évasion fiscale organisée procède au transfert de centaines de milliards d'euros annuel en faveur de quelques personnes à la tête de très grandes entreprises. À chaque instant le citoyen est pillé dans le cadre d'une grande escroquerie devenue légale, comme l'a révélée la récente affaire du livret A. Mais malheureusement, les exemples sont nombreux.

Cette situation constitue bien évidemment un stress pour tout un chacun. 

Des dizaines de milliers de personnes tombent malades du fait direct de la dictature du système actuel et les injustices violentes et criantes. Et c'est bien ce que le psychiatre, au plus près de nos problèmes de santé psychique, constate au quotidien dans son travail.

Ainsi, même si certains pourraient arguer la nécessité de preuve scientifique, l'hypothèse la plus vraisemblable reste que cette perte progressive et continue de démocratie au fil des précédentes décennies est un des facteurs explicatifs de la dégradation de la santé du peuple et même depuis peu d'une diminution de l'espérance de vie.

L'auteur tient également à témoigner que la violence du système va jusqu'au bout, puisqu'elle s'attaque même aux personnes les plus fragiles, les personnes malades et souffrant de handicap. Les médecins urgentistes n'hésitent plus à dire que les personnes meurent aux urgences (en référence un témoignage parmi d'autres). Combien de personnes se sont entendu dire au péril de leur vie, et en réalité faute de place à l'hôpital, que leur situation "ne nécessite pas une hospitalisation en urgence" ? Combien de médecins conseils de la sécurité sociale, en réalités quoiqu'on dise placés maintenant sous une tutelle administrative et en subissant une pression indescriptible, sont maintenant emmenés à dire à des personnes malades qu'elles sont selon eux aptes à reprendre le travail ? Ces personnes en perdent leur emploi et c'est bien une réalité quotidienne.

Dans ce contexte, il apparaît que la revendication principale de ce mouvement populaire des gilets jaunes, le référendum d'initiative citoyenne tel que recommandé par Étienne CHOUARD, est une nécessité urgente pour la santé du citoyen français.

L'auteur apporte son soutien le plus fort au mouvement pacifiste des gilets jaunes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.