CARDIF revient sur sa décision et s'excuse

La société d'assurance privée CARDIF s'est excusée auprès d'un de mes patients souffrant de schizophrénie et a décidé finalement d'assurer le prêt immobilier qu'elle souhaitait contracter.

CARDIF avait récemment refusé à un de mes patients souffrant de schizophrénie de l'assurer, ce qui ne lui permettait pas l'obtention d'un prêt immobilier (confère article précédent).

Suite au billet de blog diffusé il y a 5 jours dénonçant cet état de fait, la société a rapidement pris contact avec la personne pour s'excuser et expliquer qu'elle ferait le nécessaire pour l'assurer.

Il est donc possible que la personne ait accès au prêt demandé.

L'auteur regrette bien entendu la nécessité de mettre en lumière les injustices pour entraver les processus non démocratiques qui semblent avoir libre cours dans notre société. Néanmoins, il souligne également que l'assurance privée semble avoir reconnu son erreur et mené une action corrective.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.