J-591 : 75% des gens se croient dans la classe moyenne....

Aujourd'hui, notre pause café a tourné autour de la notion de classe moyenne.

Un de mes collègues m'a fait bondir lorsqu'il m'a dit "Nous la classe moyenne, on nous demande de trinquer ... toujours et encore...". Ce matin, à la radio, j'entendais un intervenant nous parler de classe moyenne supérieure, en parlant de chefs d'entreprise touchant 6000 € par mois. Avant cette pause café, je suis donc allé voir les statistiques de l'Insee et muni de ce petit Skud, j'ai posé la question à tous mes collègues s'ils se positionnaient dans la classe moyenne française. 9 sur 10 de mes collègues m'ont dit être dans la classe moyenne. Un seul se considère dans la classe populaire.

Nous sommes tous informaticiens et nous bossons tous dans le service. Le moins bien payé (technicien, 3 ans d'expérience dans l'informatique, 29 ans, célibataire) touche 28 k€ brut par an soit 22k€ net. Le mieux payé, votre serviteur (expert produit, 10 ans d'expérience, 34 ans, marié, un enfant), est payé 52 k€ brut par an soit 41 k€ net. En salaire mensuel net, cela représente une fourchette allant de 1820€ net /mois à 3380€ net /mois.

Nous avons tous des situations familiales différentes (célibataires, couples sans enfants, couples avec un ou deux enfants).

C'est quoi la classe moyenne ?

Du coup, nous sommes forcés de nous poser la question. Il y a plein de définitions du terme de classe moyenne. L'observatoire des inégalités pose ici la question de manière interéssante et argumentée ici : http://bit.ly/9sYoH4

Dans ce très bon article, on apprend ainsi que d'après les sondages, 75% des personnes se considèrent comme faisant partie de la classe moyenne.

Si l'on retient la définition anglo-saxonne de la middle class qui retient les déciles D3 à D7, soit 40% de la population (30% de classes populaires, 30% de classes aisées) et en y ajoutant nos situations familiales et le cas échéant le revenu de nos épouses, aucun d'entre nous ne fait partie de la classe moyenne.

Si l'on retient la définition plus large qui retient les déciles D1 à D9, soit 80% de la population (10% de classes populaires, 10% de classes aisées), toujours en considérant nos situations familiales et le cas échéant le revenu de nos épouses, seuls 4 d'entre nous sommes dans la classe moyenne.

J'avais raison de bondir ce matin en écoutant Bourdin sur RMC.

Faites l'exercice autour de vous. Vous verrez ça marche à tous les coups...

D'après l'observatoire des inégalités :

La tendance à se classer de la classe moyenne [...] s’explique en partie par la sous- déclaration des individus appartenant aux catégories les moins favorisées, qui préfère l’image valorisante des classes moyennes à celle plus ternie attachée aux classes populaires. Les déclarations des groupes les plus favorisés sont victimes d’un biais symétrique. Inconscients de leur aisance, ceux-ci se considèrent en grande majorité comme faisant partie des classes moyennes.

J'irai plus loin en affirmant que nous avons le sentiment d'appartenir à la classe moyenne par méconnaissance des conditions de vies des gens qui ne font pas partie de notre quotidien. Nous vivons chacun dans un milieu professionnel dans lequel nombre de nos collègues ont le même niveau de vie ou quasi, les mêmes valeurs ou quasi, le même mode de vie que nous. De fait, par le simple biais de nos revenus, nous sommes amenés à habiter dans les mêmes logements que les personnes ayant aussi ces caractéristiques communes.

De plus, je crois au prisme déformant de la télévision qui nous sert beaucoup en exemple des situations de personnes aisées comme étant la normalité.

Je ne suis pas directeur général de ma société, je n'ai pas de responsabilité très importante, de ce fait, je ne me sent pas mieux loti que mon voisin de bureau. Et pourtant, sais-je si son épouse gagne bien sa vie ? Et puis ces personnes croisés ce matin sur la route ont-il les mêmes revenus que nous ? Autant de questions auquelles on ne pense pas avant de répondre à ce type de question.

La classe moyenne est pourtant la vache à lait de l'état. Elle est au coeur du débat politique. C'est un enjeu car il permet ou nous de vous faire croire que vous êtes tantôt riche pour les définitions les moins flatteuses, tantôt pauvre pour les définitions les plus flatteuses.Quoi qu'il arrive, et quelque soit la définition, au moins 9 d'entre nous, si ce n'est tous, se sont trompés à ce petit test.

Riche ou bien payé ?

L'autre point de la discussion a tourné autour de la notion de richesse. Etre riche, si l'on excepte les qualités humaines, c'est posséder. Or l'on peut être bien payé mais ne rien posséder, pour diverses raisons (dépensier, dettes, logement trop cher, etc.). De même, on peut hériter d'une situation de privilégié et ne pas avoir de gros revenus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.