r.pangaud
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2020

"Complot" et "complotisme", opportunité saisie et opportunité manquée

Tandis que des mots bruyants mais pas si consistants divisent, la possibilité d'un sursaut commun face aux crises s'éloigne...

r.pangaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rien n'y fera ! On connaît tous ce fait de psychologie élémentaire : succomber à la tentation de taxer quelqu’un ou quelque interprétation du réel que ce soit de « complotiste », « idiote », « irrationnelle », « obscurantiste » — ou, ce qui revient au même, d'essayer de faire reconnaître à l'autre qu'il l'est, de se désespérer qu'il le demeure, bref de s'enfermer dans une position de surplomb moral — tout cela sera toujours contre-productif car immédiatement perçu par qui se le verra opposer comme une facilité rhétorique et un signal de rejet, une double insulte à son intelligence et à son besoin de reconnaissance.

À l’inverse, envisager le complot et l'empêchement comme explication du réel par excellence, c’est avouer à mi-mot qu’on se croit démuni des moyens de comprendre adéquatement ce qui, donc, ne peut être que caché, mis complètement hors de portée de nos moyens d'intellection et d'action.
C’est paradoxalement, aussi, accréditer les éventuels comploteurs-conjurés de facultés d’anticipation et de coordination hors du commun. Ce dont, au passage, il nous aurait plutôt rassuré de voir nos dirigeants capables face à la crise, mais qui a surtout brillé jusque-là par ses éclipses répétées… Signe que décidément le complot n’est pas à la portée de tout le monde !

Au total, les uns font l’erreur de se croire intelligents par nature, les autres de se croire tenus à l'ignorance par situation.

Ce qui s'érode en même temps que se creuse le fossé : la simple mais cruciale possibilité de répondre sur un pied d'égalité à une parole autre, soit l'aptitude à se mettre à la place les uns des autres, et donc au final la propension à se reconnaître mutuellement des droits identiques, une communauté de destin proprement politique. Tout cela en même temps que se fatiguent nos aptitudes à juger du bien-fondé d’un raisonnement et à argumenter nos désaccords… À nouveau : ni « complotiste ! » ni « complot ! » ne sont des mots propres à convaincre ou chasser une conviction.

Autres paradoxes : la peur-fascination face au complot « révélé » s'appuie sur une critique partiellement fondée de l’officialité tandis qu’elle inhibe la critique vis-à-vis des soi-disants dénonciateurs. Et malheureusement, une même peur-fascination saisit "le camp d'en face" devant le complotisme galopant (encore plus vive, cette peur, si le complotisme est dûment estampillé comme tel par des relais publics) qui à l'inverse peut faire coller, par réflexe de protection, une partie de l’opinion au récit des intérêts dominants. Malgré les mensonges avérés, malgré les biais éditoriaux et les intermittences du fact-checking journalistique, qui prétend à soi seul délimiter en creux et en bosses toute l'investigation du vrai.

Pris dans un tel mouvement de répulsions réciproques, dans l’immédiat, ce que nous laissons nous échapper, ce n'est pas tant un complot ou des complotistes en cavale, que notre opportunité face à une crise historique, en renonçant à établir ensemble notre interprétation commune des faits, interprétation d'un consensus minimal peut-être mais qui serait partagé sur l'essentiel. Avec le risque de voir s’envoler du même coup d'aile l’opportunité d’agir collectivement afin de rendre nos interdépendances de santé, de production de valeurs, d’occupation d’une même Terre plus bénéfiques.

Véritable risque, car à tout le moins, l'interprétation de la situation qu’endossent globalement nos décideurs politiques et économiques dans la période semble de plus en plus erronée, si ce n’est périmée. Celle-ci n’est pas mystérieuse, les origines intellectuelles n’en sont pas cachées, les idées-forces en sont même continuellement et publiquement revendiquées. Cette vision du monde se nomme néo-libéralisme, corps de doctrine qui a été charpenté par une série de penseurs au XXe siècle (parmi lesquels Walter Lippmann, Milton Friedman, Friedrich Hayek), et qui entend au contraire du libéralisme classique s’appuyer sur l’État et les institutions pour imposer les règles d’un « jeu » permettant la mise en vente libre et concurrentielle d’une toujours plus grande part de l’existant, un marché universel qui serait seul garant de la justice, dont il faut donc « libérer » toujours plus des contraintes du réel les porteurs de capitaux.

En tout ou partie, cette vision du monde n’est plus adéquate à la période, du moins aux intérêts de la majorité, mais elle a le mérite significatif d’exister politiquement — mérite pour elle ! mais de moins en moins pour nous, bien qu’elle convainque encore ses tenants du contraire. C’est cette idéologie (dans l’acception originale du mot idéologie : explication trompeuse du réel), avec ce qu'elle suppose de manque d'empathie pour les faibles, qui imprègne fortement depuis 40 ans nos institutions, nos théories économiques, nos médias, et les esprits qu’ils forment.

Complot, ou complotisme ? Ni l'un ni l'autre. Ce n’est là que la chronique vérifiable historiquement d’une idée qui avance comme elles s’y essayent toutes, bon an mal an, faisant face aux soubresauts, saisissant son opportunité d’avancer à chaque fois qu’elle le peut dans le nouveau paysage que ces soubresauts dessinent (on aura reconnu, bien que sous des oripeaux moins sensationnalistes, la « stratégie du choc » de Naomi Klein). Une idée qui avance surtout : en l’insignifiance actuelle d’une autre idée — d’une nôtre idée dont on devrait extraire et raccorder partout les prémices — qui la réfuterait.

Bibliographie / webographie :

* Grégoire Chamayou, « La société ingouvernable, une généalogie du libéralisme autoritaire », 2018, La Fabrique : Présentation du livre par l'auteur, 15 novembre 2018, France Culture

* Bruno Latour : « Imaginer les gestes-barrières contre le retour à la production d’avant crise », 30 mai 2020

* Jean-Baptiste Fressoz & Judith Rochfeld, « La fabrique de l’apathie face aux changements climatiques », matinale de France Culture, 8 octobre 2020

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse