je n'accepte plus en 2021 de me faire voler par Macron.

Au prétexte de la pandémie du Covid-19, sous couvert du président de la république, de son premier ministre et de son ministre de l'education nationale, l'escroquerie à l'inscription aux concours communs des écoles d'ingénieurs se chiffre par millions d'€uros.

Janvier 2020, notre fils en fin de prépa (filiére STI, CPGE) s'inscrit au CCINP et ses banques d'écoles. 1000 € de frais d'inscription.

Mars  2020, confinement. Puis annulation des oraux devant se derouler en juin et juillet 2020.

Le Paiement de l'inscription est déjà débité.

Les écrits se déroulent, notre fils est admis . Curieusement, les choix sont éliminants. A la Premiere réponse positive

d'une école, TOUS les autres choix du candidat sont supprimés, sans que le-dit candidat puisse donner son avis.

Le choix proposé ne correspondant absolument pas aux attentes du candidat, sur les conseils de sa famille, celui-ci

choisit de redoubler sa deuxieme année.

Rentrée 2020, en septembre, en présentiel.

Octobre 2020, cours en présentiel, aucune nouvelles des modalités de concours de juin/juillet 2020.

Novembre 2020, cours en présentiel, aucune nouvelles des modalités de concours de juin/juillet 2020.

Décembre 2020, cours en présentiel, aucune nouvelles des modalités de concours de juin/juillet 2020.

Janvier 2021, cours en presentiel, inscriptions au CCINP 2021 à réaliser pour la modique somme de 1400 €; la RAGE 

m'habite et je décide de demander des comptes.

Les oraux ayant été anulés, une grande partie de la somme devrait être remboursée. Ou à tout le moins nous valoir un avoir sur les frais d'inscription 2021.

Il ne s'agit pas d'une petite embrouille. Pour le seul CCINP, il s'agit de 21444 inscrits, ET donc d'une escroquerie potentielle à 10 millions d'€.

Combien de milliers d'autres candidats sur d'autres concours? combien de millions dérobés ? Dans les poches de qui ?

Le CCINP, relancé à 2 reprises, mettra 7 Jours à nous répondre qu'IL a décidé de ne RIEN rembourser, unilatéralement. De quel droit? Aprés quel débat et quelle décision législative?

Le service contractualisé n'ayant pas été rendu, il s'agit ni plus ni moins d'une escroquerie. En bande organisée? En réunion de "SACHANTS" ?

Le président de la république, saisi deux fois, nous engage à suivre son actualité, mais ne nous répond pas; lui dont la belle-fille trouve tous les appuis pour ouvrir un lycée privé.

le premier ministre Castex, saisi deux fois, trop occupé à enterrer ses casseroles, ne répond pas.

Le ministre de l'education nationale, de la jeunesse et des sports, Blanquer, ne répond pas; trop préoccupé à démanteler les secteurs publics dont il a la charge et trop occupé certainement à aider Tiphaine Auziere à mettre en route son usine "Autrement".....

La ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, Vidal, est officiellement injoignable. trop pâle et trop inféodée.

le mediateur de l'education nationale et de l'enseignement supérieur répond, fait ce qu'il peut..... peu, si peu, trop peu, trop tard. Dérisoire et ridicule.

Le silence assourdissant en réponse à nos demandes temoigne du mépris colossal dans lequel les décideurs nous tiennent.

Ceux que nous prenont pour des guignol sont les pourfendeurs de la cohésion sociale qui leur fait peur, de la solidarité qui leur est une insulte, de la justice qui est une injure à leurs yeux, de la transparence qui est une tâche sur Marianne.

Le péché capital, devoir rendre des comptes, s'expliquer, en passer par un débat public.

Tous ces hommes et femmes complices de ce système qui n'a que trop duré seront comptables devant nos enfants.

Non pas une menace, une promesse.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.