Ryu Nokage
Bénévole
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mars 2020

L'associatif « encouragé » à contribuer au Service National Universel

Le SNU (Service National Universel) s'étend à l'ensemble du territoire français cette année. Pour le porter, le gouvernement se retourne au moins partiellement vers l'associatif, notamment dans le sport.

Ryu Nokage
Bénévole
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le modèle sportif français est beau mais fragile. Par bien des aspects, il correspond au système éducatif dans son ambition. Celle d'ouvrir les activités sportives au plus grand nombre possible, tant par le maillage territorial des clubs que par le système associatif qui rend nos licences bien plus abordables que dans de nombreux autres pays, en particulier anglo-saxons.
Oui mais. Comme pour l'école publique, le système peine face aux contraintes. Dans le cadre du sport, l'un des points principaux de tension est celui de l'encadrement des jeunes. L'immense majorité des entraîneurs et dirigeants se compose de bénévoles. Souvent formés via des parcours fédéraux, qualifiés, mais bénévoles. Des passionnés, prêts à donner de leur temps contre aucune rémunération. Des personnes qui parfois s'usent face à l'ampleur des besoins, s'éloignent des structures, doivent se reposer.

Un appel hypocrite

Et voudraient-ils envisager une reconversion pour vivre au moins partiellement de leur passion que cela n'est même pas réellement possible. Mis à part dans le football, les formations fédérales ne sont pas « reconnues » par l'Etat au même titre que des diplômes. Quel que soit le niveau de formation, le bénévole n'obtient que des certifications. S'il souhaite être salarié sur un poste sportif, cette expérience, ce parcours, est partiellement perdu. Il faut utiliser des passerelles, étroites et branlantes, pour tant bien que mal gratter quelques aménagements sur un Certificat de Qualification Professionnelle ou un Brevet d'Etat.

Dans ce cadre, quelle surprise de voir arriver un « appel » officiel dans la boîte mail de mon club ! Quelle surprise de voir l'Etat se tourner vers ces mêmes bénévoles pour la mise en place de son SNU ! Quelle surprise de le voir tout à coup proposer une rémunération aux futurs encadrants de ce grand raout patriotique !

Car oui, effectivement, 12 jours de cohésion en vie en communauté ça ne s'improvise pas. Cela s'encadre. S'anime. S'anticipe. Et quand bien même nous bénévoles, ne sommes pas assez bien formés pour être payés dans le sport, dans la transmission de notre passion pour laquelle nous nous formons en continu, nous le serions pour encadrer des centaines, des milliers, des dizaines de milliers de jeunes 24 heures sur 24 pour une centaine d'euros par jour ? C'est un véritable scandale, une insulte à notre engagement.

Le verre à moitié vide

L'associatif, les bénévoles même indemnisés, ne sont pas là pour remplacer l'Etat dans ses obligations. Nous sommes là pour transmettre nos passions dans le cadre d'un club sportif. Pas dans celui, potentiellement biaisé, d'un camp patriotique au service du roman national. Dans celui d'un SNU dont on pourrait encore et longuement discuter de l'utilité ou du bien fondé de son ambition première.
Ah mais c'est sur la base du volontariat Madame, Monsieur. Personne n'est « sommé » d'encadrer ces séjours. Et puis on vous rémunère. N'est-ce pas ce que vous souhaitiez ? Un peu d'argent pour votre peine ? Et bien non merci. Je ne tordrai pas mes convictions pour une aumône. Vous voulez prendre vos responsabilités vis à vis de nous ? Travaillez plutôt à un système global qui reconnaîtrait le statut des bénévoles et les heures que nous offrons à la communauté.

Ces 12 jours, je préfère les passer sur un stade, comme chaque tranche de 12 jours, tout au long de l'année, année après année. A transmettre, à encourager, à former, à partager. Et j'espère sincèrement, au plus profond de moi-même, que l'outrance que je ressens est aujourd'hui partagée par mes collègues bénévoles de tous secteurs.

Nous sommes dans un temps où la concession trouve son terme. Où l'indignation doit se manifester. Comme l'a si bien écrit Virginie Despentes hier sur un tout autre sujet, bien plus important : « On se lève et on se casse. C'est terminé. On se lève. On se casse. »

Ryu Nokage

NB : Ce billet est un parti pris qui n'engage en aucune façon l'association dont je suis membre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85