Montreuil, 93 tendance bankable

C'est maintenant confirmé, la gentrification bât son plein à Montreuil, 93 Département encore il y a peu considéré comme dangereux par les "classes moyennes supérieures". Ce temps là est terminé, Montreuil est devenu une destination "tendance", à la mode, il faut habiter Montreuil (ou peut être le 93) pour être dans le vent....

Moi les quartiers populaires ça me plait j'y ai toujours vécu, à la ville comme à la campagne, c'est mon identité sociale et j'y tiens. La vraie vie avec ses aléas. La vie des nécessiteux à ma porte, je trouve cela rassurant. Faire l'aumône c'est pas mon kiff mais je préfère les avoir sous mes fenêtres et savoir qu'ici c'est moins pire qu'ailleurs. Jusqu'ici à Montreuil c'était le cas. C'est en passe de se terminer.

Dans ma rue maintenant le nouveau primeur vend son kilo de raison à 8 euros, son melon à 5 euros la pièce. Les nouveaux arrivants à Montreuil 93, le nouvel eldorado de l'intelligentsia parisienne. Bien sapé genre propre sur soi : Duffle Coast, pompe en cuir (à cause de l'écologie) et coiffé genre "je suis un rebelle" ou "je suis un artiste" avec de jeunes enfants "vachement doués pour leur âge", qui ont un besoin de s'exprimer dans l'espace public, très sonore pour que tous nous soyons au courant de cette progéniture extra.. J'ai pas de chance moi mes 3 filles sont plus que normales. Elles n'ont pas sauté de classe, voire ont des résultats passables. Mais, c'est normal, on ne peut pas tous être logés à la même enseigne. Chacun sa place. 

Le plus important étant de se faire voir, se montrer, occuper l'espace public, être là, déborder,... des fois qu'un producteur, un acteur, un ami, un collégue,.... passerait dans les parages et voit à quel point.... c'est génial d'habiter Montreuil.....

C'est bientôt terminé le 93, occupé pas des artisans, des ouvriers, des rappeurs, des jazz man, des comédiens (genre les Deschiens), des gens modestes... bienvenue aux nouveaux arrivants....

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.