CONGO-BRAZZA: Agression du journaliste Elie Smith de MNTV et viole collectif de sa sœur

Saccage de la chambre à couché du journaliste Elie Smith © sadio kante Saccage de la chambre à couché du journaliste Elie Smith © sadio kante
dans le living, materiel audiovisuel emporté © sadio kante dans le living, materiel audiovisuel emporté © sadio kante
Elie Smith © sadio kante Elie Smith © sadio kante
le passeport abondonné de la soeur violée de smith © sadio kante le passeport abondonné de la soeur violée de smith © sadio kante

Saccage de la chambre à couché du journaliste Elie Smith © sadio kante Saccage de la chambre à couché du journaliste Elie Smith © sadio kante
 

 

 

 

 

 

 

Elie Smith sort d’une émission télévisée de DRTV avec son confrère Alphonse Ndongo de Jeune Afrique Economie. Les deux journalistes se séparent.

Vers 1h du matin dans la nuit du 9 au 10 septembre, Smith arrive chez lui et peu temps après il entend des bruits d’une altercation qui oppose son gardien à  4 hommes en civil mais fortement armés et portant des rangers de la police.

Le journaliste dit à son gardien de ne pas s’opposer aux gens armés qui manifestement n’en voulaient qu’à Smith, dès que ce dernier  ouvre la porte de sa maison, il est prit d’assaut par 4 hommes tandis qu’un 5e attendait dehors devant la résidence et à coté du taxi qui les a transportés.

L’un des 4 hommes  a demandé à Elie Smith de tendre sa main, lui arrache son alliance et sa montre, on prend aussi son poste téléviseur et son magnétoscope  dans la salle de séjour , on fouille ses poches, on y prend de l’argent et on lui demande également d’enlever ses souliers ce qu’il fit,  et  le tout et gardé par devers les hommes armés.

D’entrée de jeu, lorsque les malfrats se sont trouvés en face de Smith, ils ont dit leur intention de le tuer et de jeter son corps quelque part, c’est alors que le journaliste leur dit de tout son calme : «  ça ne sert à rien de me tuer, vous pouvez prendre ce que vous voulez mais épargnez ma vie ».

Les hommes lui font les poches prennent l’argent qui s’y trouve et  lui demande de rentrer dans sa chambre, ce qu’il fait, suivie de sa sœur et de son gardien. Après qu’ils aient  cherché et trouvé une somme plus importante d’argent, l’un deux s’empare d’une valise vide et y met quelques paires de chaussures, un autre s’accapare du passeport du journaliste et remet celui de la sœur de ce dernier.

C’est ensuite que 3 d’entres les hommes armés dirigent la sœur de Smith vers une autre chambre et se mettent à la violer. «  J’entends les cris de ma sœur sans rien pouvoir faire car mon gardien et moi étions sous la domination d’un des 4 hommes armés » nous dit Smith.

Apres leur ignoble besogne, ils continuaient de faire des menaces de mort à Smith qu’ils ont trainés à leur suite à l’extérieur de la résidence avant que le 5e homme leur signifie qu’il n’est pas besoin de tuer le journaliste.

Notre confrère Alphonse Ndongo alerté, s’est chargé d’évacuer la jeune sœur de Smith dans une clinique de la place pour des soins et différents examens notamment pour un dépistage du VIH.

A signaler que dans la journée du 8 septembre, des internautes avaient signifiés que le porte parole de la police  aurait eu des propos dur à l’égard de Smith qui après avoir couvert le meeting du collectif de l’opposition avait posté sur les réseaux sociaux des photos des militants de l’opposition  blessés à la sortie dudit meeting.

Ajoutant que Smith est camerounais et dirige depuis quelques années une chaine de télévision à Brazzaville qui appartient au frère ainée du président la république. On reproche souvent à Smith sa liberté de ton.

Sadio Kante

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.