Inventaire de la Tunisie après deux ans passés sous la Troïka

Un Gouvernement dominé par le parti islamiste, largement, très largement,

Composé d’ex terroristes, prisonniers et réfugiés politiques, principalement,

Ayant vécu notre Révolution en spectateurs, paisiblement et passivement,

De Paris, de Londres ou d’ailleurs, ou de certains pays du Moyen-Orient,

Caractérisés par la mauvaise foi, dans les deux sens du terme, généralement,

Par les engagements non tenus, le double langage et les revirements

Pour qui, la Tunisie est un pays à re-conquérir, islamiquement,  à leur façon,  

Quitte, pour certains parmi eux, à le faire par la terreur, éventuellement :

La Sharia-rien que la Sharia-toute la Sharia, étant leur finale solution

Et, pour ce faire, ils ont commencé à faire main basse sur les rouages de l’administration,

Sur les collectivités territoriales et les établissements publics ou équivalent

Sans oublier les islamistes auto-promus cadres supérieurs dans la publique fonction :

Professeurs des Universités, Ingénieurs Généraux,…, tout en étant incompétents,

Au lieu de s’atteler, d’abord, aux problèmes économiques et sociaux de la population

Qui souffre d’un taux de chômage historique, avoisinant les vingt pour cent,

Avec une économie bloquée, des entreprises et des hôtels agonisants

Et le couffin de la ménagère, à dépenses égales, allant en se vidant

Quant aux services d’hygiène communaux, ils sont de plus en plus inexistants,

Sans oublier le choléra, la galle, l’hépatite,…qui ont fait leur apparition

Et pour semer la peur et intimider tous ceux qui seraient tenté de penser autrement,

Une organisation terroriste et des milices variées, alliées, vandalisant

Les biens privés et publics, agressant et assassinant

Opposants, policiers, militaires et militants,

Bénies, encouragées et adulées, initialement,

Par Ghannochet, le Grand Gourou de l’islamiste mouvement

Qui, de fait, est leur maître à penser, incontestablement

 

Un Président, champion exceptionnel de la politique fluctuation,

Défenseur des Droits de l’homme, dans une autre vie, précédemment,

Drôle de Chef d’ État n’ayant de la fonction que les honneurs, la paye et le nom,

Ayant obtenu rien  que quelques milliers de voix, aux élections,

Mais, élevé à ce rang grâce à un accord conclu avec les islamistes, auparavant

À qui il aurait promis fidélité et allégeance, allant jusqu’à l’abandon

De ses fondamentaux qui avaient fait, jusqu’alors, sa réputation

Comme le montre le sort du premier ministre libyen et son extradition

Vers une Libye en guerre civile, malmenée par  diverses phalanges de combattants,

Comme le prouve son silence assourdissant entourant les violations et les exactions

Relatives aux Droits humains, dans la Tunisie post-révolution,

Ainsi que sa grâce refusée à son premier prisonnier d’opinion,

Jabeur MEJRI qui croupit dans la prison de Mahdia, voilà bientôt trois ans

Et pour les autres libertés : de la femme, de l’artiste, de réunion, de création,…,

Il est le plus souvent un permanent des abonnés absents

Occupé par ses multiples, étranges et étrangers déplacements

Pour faire sa promotion d’écrivain ou vendre du vent

Aux frais de notre Dinar, Dinar allant en se dépréciant

 

Un Président de la Constituante, sans odeur, ni saveur, mais, sachant,

Opportunément, favoriser, dans les débats, les idées et orientations

Développées par les représentants du dit parti dominant

Parti à qui il doit, aussi, son perchoir et ses émoluments

 

Et tout cela ternissant notre tunisanité et son exception,

Un bien-vivre ensemble établi depuis longtemps, très longtemps,

Un demi-siècle de progrès exceptionnel dans le monde arabo-musulman,

Dont les emblèmes sont le Code du Statut Personnel et l’éducation

Qui ont permis à ces messieurs-dames qui nous gouvernent d’être ce qu’ils sont

 

Mais, mais,… il y a aussi le combat d’un Peuple debout qui se bat quotidiennement

Malgré les risques encourus, les menaces et les liquidations

Encadré par la Société civile et soutenu par les démocrates de l’opposition

Où les jeunes et les femmes sont le fer de lance, l’espoir et le ferment,

Un peuple qui se bat contre cette vague brune-verte, surgie des ténèbres du temps,

Vague qui sera à coup sûr engloutie par la détermination de ce Peuple vaillant

 

Salah HORCHANI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.